L’ATELIER ET L’ENEIGNEMENT DE L’ARCHITECTURE ET DE L’URBANISME.

نحتاج امثلة على لاميناجمو تاع
تيران فيه كولكتيف و سومي كوليكتيف و الانديفديال ڨروبي ماعرفتش كيفاش نخدمو 😭
حتا كان نلقا ترشيتاكت يعاوني و نخلصو بشرط اني نحتاجهم ليوم بعد
Le pitch;
Un post d’un (e) étudiant (e) , écrit en arabe algérien parlé, à la recherche « d’un aménagement de terrain, contenant de l’habitat collectif, semi-collectif et individuel groupé ». L’apprenant avoue ne pas savoir comment aborder un tel exercice (projet). Il se dit prêt à payer un architecte, à condition de lui fournir le projet aujourd’hui-même. 
Comment réceptionner ce post ?
Un cri de détresse d’un apprenant  sans soutien ?  une déclaration d’impuissance qui met à nu des pratiques frauduleuses,  déloyales, inconvenantes ?
Il y a dès le départ un constat d’échec criard, car ce « cri » ne peut s’exprimer qu’après une accumulation de faits  identiques ou proches. En fait, n’avons-nous  pas vu des Bureaux d’étude d’architecture proposer leurs services aux étudiants ? Le enseignants ne sont-ils au courant de l’ampleur de pratiques.
Trêve de  badinage. N’avons-nous pas entendu que des enseignants mêmes sont derrière cet aiguillage malveillant ?
Il y a dans cette situation les relents des insuffisances pédagogiques, didactiques et éthiques d’une caste de formateurs dont l’évaluation des performances se limite aux « produits » présentés, achevés peu importe l’origine. Dois-je préciser que souvent ce personnel enseignant se retrouve dans ce statut par défaut.  Les seuls diplômes (doctorats ou magisters)  suffisent à leur recrutement, manquant évidemment d’une culture pédagogique,  particulièrement dans l’enseignement de l’architecture et de l’urbanisme. Ainsi, la reconduction des modèles appris, avec leurs insuffisances et leurs « erreurs » sont inculqués, sans innovation sans maitrise.
Par ailleurs l’absence de maturité, de patience de ces jeunes recrues accueillants des apprenants (dont la différence d’âge est minime) arrivent à leur faire abhorrer cette filière dans laquelle ils voulaient faire carrière, usant d’une autorité excessive.
En réalité, l’enseignement de l’architecture commande une passion, un enthousiasme, une aptitude à « ramener » l’autre à aimer la filière, à le motiver, à l’aider à découvrir ses capacités en prenant le temps qu’il faut….avec patience.
En architecture la formation s’initie, se développe et croît (accent circonflexe sur le i), se perfectionne, se bonifie en ATELIER. Or aujourd’hui , ce dernier se banalise de plus en plus. En premier l’Atelier est un espace, un local, un cadre dans lequel l’étudiant « séjourne », il peut y rester travailler le temps nécessaire dans l’accomplissement de ses exercices (nuits et jours et même jours fériés et weekends). Polyvalent, l’atelier accueille les séances de cours, de TD, de TP, de débats, de présentations, de projections…..par conséquent il est aménagé et équipé pour répondre à diverses activités (y compris préparer un café…). 
Parce que ce lieu est appelé à être occupé en permanence, l’étudiant est autorisé à s’approprier un « coin » pour lui tout en respectant les règles de bien séance (propreté, respect des collègues….). Mon ami Tarek Benmohamed, a même établi une charte de son atelier. C’est dire combien l’atelier peut se substituer temporairement au « home »…car l’étudiant peut concrétiser son « habiter »!
L’Atelier devient le lieu ou se tissent la collégialité, l’amitié et la solidarité….L’enseignant est appelé à être un véritable « catalyseur » dans le groupe. Car il n’est pas la seule source des savoirs, en fait cette proximité entre les apprenants favorise une diffusion horizontale des connaissances, de l’apprentissage pratique…..
(Le cri de détresse mentionné au début  de cet article montre combien la solidarité fait défaut entre les étudiants. Car en l’absence de relations à l’intérieur de l’atelier, l’apprenant s’oriente sur l’extérieur) ). 
Mais cette forme de « pédagogie » spécifique à l’enseignement de l’architecture et de l’urbanisme n’est pas facilement admise par les responsables des universités, qui ne connaissent que les « cours, TD et TP ».  En fait, habitués à méthodes pédagogiques rigoureuses, ce personnel  administratif, par ignorance, n’y voit que de l’anarchie. (Personnellement j’ai consacré beaucoup de temps à expliquer dans diverses occasions à expliquer aux responsables universitaires la nature de l’architecture et son enseignement, qui procèdent davantage d’une origine artistique). 
   
Un jour un vice-recteur (pourtant fin pédagogue) , de passage au Département d’Architecture et d’Urbanisme (Campus Zerzara Constantine), constatant l' »anarchie » dans l’occupation des ateliers a eu cette réplique:  » …mais ce n’est pas une salle de cours, c’est un pub anglais!« .
Une de décennie après, je croise ce Monsieur (promu Recteur), j’ai eu tout le temps pour lui expliquer la spécificité de l’enseignement de l’archi. Il m’a écouté sereinement et à la fin il a compris que le « pub » est effectivement un exemple qui correspond à l’atelier d’architecture…..Il a fini par conclure: « ….donc tout est dans l’inspiration ?« .
C’est le cas de cet (te) étudiant(e)….en l’absence d’un cadre adéquat (humain et matériel) favorisant l’inspiration, il (elle) se replie sur le « marché » et la forme « projet en main ».  
Ainsi nait le consommateur, ce client solvable ….
       
Abdelouahab Bouchareb, "L’ATELIER ET L’ENEIGNEMENT DE L’ARCHITECTURE ET DE L’URBANISME.," Architectures algériennes, 10/06/2021, https://archialg.hypotheses.org/834.

Ricardo BOFILL

Fils d’architecte, Ricardo Bofill (1939) est né à Barcelone et est diplômé de l’école d’architecture de l’université de Barcelone et de l’école de Genève.
Considéré comme l’un des principaux représentants du mouvement postmoderne, Bofill est actif depuis près de 60 ans grâce à de nombreux travaux effectués au niveau international avec le studio Taller de Arquitectura (RBTA) qu’il a fondé en 1963.
Le studio RBTA, dont le siège est une ancienne cimenterie surnommée « La Fabrica » (L’Usine), propose un travail interdisciplinaire avec des designers, des ingénieurs, des planificateurs et des mathématiciens, mais également des artistes comme des poètes, des sculpteurs et des peintres, sans oublier des sociologues, des cinéastes et des philosophes.

En 1980, il réalise le projet du VILLAGE SOCIALISTE H.BOUMEDIENE A ABADLA AU SUD DE BECHAR.

Sources :

https://www.floornature.eu/ricardo-bofill-44/#:~:text=S’int%C3%A9ressant%20aux%20probl%C3%A8mes%20de,partie%20sud%2Dorientale%20du%20pays.

https://ricardobofill.com/projects/alger-urban-planning-extension-bechar-abdadla/

http://www.archidatum.com/2143/countries/Tunisia

FARÈS KHIMA, ARCHITECTE DU PATRIMOINE : “Imedghassen n’a pas fini de livrer ses secrets” Interview parue dans le quotidien LIBERTE du 04.03.2021

Liberté : Le projet de restauration du tombeau d’Imedghassen a été relancé dernièrement par le ministère de la Culture. La nouveauté est qu’il sera réalisé exclusivement par des experts algériens. Qu’en pensez-vous ?
Farès Khima : 
On ne peut qu’applaudir ce regain d’intérêt. La mobilisation de la société civile a fini par sortir le monument d’un anonymat latent, et son attachement a fini par alerter sur son importance. Une nouvelle occasion pour concrétiser l’essai se présente, et il faut en profiter pour en faire un exemple.

Pour ce qui est de l’exclusivité de l’expertise algérienne, je reste persuadé que le pays regorge d’experts, de génies et de compétences intrinsèques dans tous les domaines. Si le potentiel existe, la clé de la réussite est dans la méthode, la démarche scientifique et l’expérience dans la gestion de ce genre de projets. Combien de restaurateurs diplômés en Algérie ? Très peu ! Combien sont formés exclusivement en Algérie ? Aucun, car la formation n’existe pas encore.

Le domaine scientifique est, par essence, inclusif et multidisciplinaire, il ne doit connaître aucun clivage. Même si la fierté d’une restauration 100% algérienne est la bienvenue, elle ne doit pas occulter l’objectif premier : la réussite de l’intervention sur un monument emblématique.

Des travaux de restauration du tombeau n’ont pu aboutir entre 2006 et 2012, puis entre 2015 et 2018 dans le cadre d’un programme en partenariat avec l’UE. Pourquoi ces projets ont-ils été continuellement marqués par des échecs ? 
La mission la plus aboutie fut la mission dite des Donati, au début des années 70. La mission de 2006 fut un fiasco qui a failli emporter le monument lors de la chute accidentelle d’un moyen de levage. Elle résume parfaitement les dangers liés à des interventions sur un monument sans des études préalables sérieuses.

La mission de 2015-2018, dans le cadre du Programme d’appui à la protection et à la valorisation du patrimoine culturel en Algérie, devait prendre en charge ce monument de la manière la plus complète et aboutir à des travaux maîtrisés pour sa restauration et sa mise en valeur.

Ce fut un rendez-vous raté avec l’Histoire et une occasion avortée de voir l’énigme du monument élucidée, et cela, vu les moyens mis à disposition. La qualité des études fournies par le prestataire étaient loin des termes initialement prévus. Il y eut une tentative, par la cellule de l’UAP (Unité d’appui au patrimoine), de mettre à niveau ces études à travers des diagnostics complémentaires et une analyse scientifique des différents relevés effectués.

Mais vu l’incohérence de l’étude rendue par l’équipe des prestataires, le ministère a décidé d’arrêter le programme. Je faisais partie de l’équipe d’experts séniors de l’UAP, et même si l’on peut être déçus de l’arrêt, on ne peut que comprendre le refus de la tutelle de voir se réaliser un projet qui consistait en le démantèlement partiel du tombeau, pour le reconstruire (anastylose), sans aucune certitude scientifique sur son système constructif.  Le problème réside principalement dans la démarche et la rigueur avec laquelle, on aborde ce genre de projets sensibles.

Même si sa réhabilitation tarde à se concrétiser, y a-t-il eu des découvertes ou des relevés qui nous renseigneraient davantage sur l’histoire et la construction du monument ?
Les documents les plus intéressants concernant le tombeau ne datent pas des dernières études, mais plutôt dans la synthèse des données compilées depuis le milieu du XIXe siècle. Il y a bien eu une campagne de relevés avec des technologies de pointe (lors de la campagne de 2015), mais leur exploitation fut uniquement graphique et très sommaire par le prestataire.

Après leur analyse postérieure par l’Unité d’appui au patrimoine (UAP), plusieurs pistes, très intéressantes, mettent en doute les hypothèses courantes sur la construction du tombeau. Ces pistes doivent être confirmées par des diagnostics et des explorations techniques non destructives. Mais une chose est sûre : ce monument n’a pas fini de livrer ses secrets.

Vous avez relevé lors de votre intervention que le mausolée, même avec la technologie dont nous disposons, ne pourrait jamais être érigé tel qu’il l’a été pendant l’ère numide…
Le monument tel qu’il est présenté de nos jours est juste impossible à construire selon le processus répandu dans les études présentées. Passer d’un tumulus à un monument, tel que le tombeau d’Imedghassen sans génie constructif, et penser que le monument est constitué d’un tumulus habillé de pierres de taille de plus de 500 kg avec 25 assises en gradins, est juste ubuesque.

Les traces de mise en œuvre sur les pierres en place témoignent que tout était taillé au sol avant d’être acheminé et placé au millimètre près… Même avec des grues de levage modernes, cet exercice est impossible sans structure stable sous quelques assises. On peut, dès lors, parler de plans de construction comme préalable à sa construction, et donc, d’architecte et de gestion de projet.

C’est pour cela qu’il est primordial de comprendre la manière avec laquelle il a été construit avant de procéder à de quelconques travaux hasardeux. Prétendre devoir l’éventrer pour découvrir ses secrets, tel que proposé dans certaines études, est juste inimaginable. Des études sérieuses et multidisciplinaires sont la condition sine qua non à toute intervention.

Le problème récurrent des opérations de sauvegarde et de réhabilitation du patrimoine bâti demeure dans l’opacité de sa gestion… 
Le Patrimoine bâti (et même immatériel) est un legs précieux et un repère identitaire de toute une nation. La gestion du Patrimoine bâti ne doit pas se limiter aux opérations de sauvegarde, de “sauvetage” et de réparation. Elle doit s’inscrire dans une politique visionnaire et une programmation pluriannuelle maîtrisée.

On ne peut pas faire à l’État le procès des moyens. Cependant, les sommes allouées doivent imposer un niveau d’exigence plus élevé. On ne peut plus se permettre de restaurer sans programmation préalable, sans destination réfléchie et rentable. Il faut réellement sortir de la logique d’urgence, et aller vers une approche constructive qui permettra un retour sur investissement des deniers publics. Les textes de loi existent, il faut simplement les appliquer et laisser les compétences s’exprimer.
Propos recueillis par : Y. AZZOUZ

Roland SIMOUNET . Bibliographie

    • SIMOUNET (Roland), Pour une invention de l’espace, Electa Moniteur, Paris, 1986, 143 p.
    •  SIMOUNET (Roland), D’une architecture juste, 1951-1996, complément de textes après décès de RIBOULET (Pierre), DIB (Mohammed), PELEGRI (Jean), Le Moniteur, Paris, 1997, 207 p.
    • SIMOUNET (Roland), Traces écrites, avec une postface par Jean de Maisonseul, Domens, Pézenas, 1997, 92p.
    • SIMOUNET (Roland) , Dialogues sur l’invention , Éditeur scientifique Richard Klein, Le Moniteur, Paris, coll. Questions d’architecture, 2005, 172 p.
    • Encyclopaedia Universalis, Dictionnaire des Architectes, Encyclopaedia Universalis et Albin Michel, Paris, 1999, 783 p.
    • KLEIN (Richard, s.dir.), Roland Simounet à l’œuvre, architecture 1951-1996, édition musée d’Art Moderne de Lille-Villeneuve d’Ascq, Lille-Villeneuve d’Ascq, 2000, 168 p.

    • SODA (Kumido), «La réalisation de la nouvelle agglomération de Timgad pendant la guerre d’Algérie : Roland Simounet et sa «mission impossible» », in

      Livraisons d’histoire de l’architecture, 2005, vol.9, p.149-159.
    • BONILLO (Jean-Lucien), MASSU (Claude), PINSON (Daniel), « L’expérience du bidonville, Roland Simounet et le groupe CIAM-Alger » in La modernité critique, autour du CIAM d’Aix-en-Provence-1953, Imbernon, Marseille, 2006, 303 p.
    •  Anthologie des écrits de Roland Simounet, inventaire et commentaires, Le Moniteur, Paris, 2004.
    • ROLAND (Simounet), «Respect et métamorphose d’un lieu» in Revue de l’Art, vol 68, n°1, 1985, p. 53-54.

  • «Le séminaire archéologie du projet et les archives de Roland Simounet» in L’annuel n°5, École d’architecture de Lille et des Régions Nord, juin 2000.
  • «Le pavillon de l’Aluminium» in La Pierre d’Angle n°27, Paris, juillet-août 2000.
  • Roland Simounet : une revendication tranquille de la modernité. Entretien ddo n°41, Lille, sept. oct. Nov. 2000.
  • «Roland Simounet à l’œuvre» in Le b.a. ba, spécial petit journal de l’exposition, Lille, octobre 2000.

  • Les archives de Roland Simounet, Paul Decaux, Raphaël Hoden, Le Corbusier et Charles Vollery – Restaurer le XXe siècle – La contribution des écoles d’architecture à l’exposition « Roland Simounet à l’œuvre », L’annuel n°6, École d’architecture de Lille et des Régions Nord, juin 2001.
  • COHEN (Jean-Louis), OULEBSIR (Nabila), KANOUN (Youcef), Autour des expositions, Alger paysage urbain et architectures , Éditions de l’Imprimeur, Paris, 2003, 400 p.
  •  « L’Orient véhiculaire de Roland Simounet » in BERTRAND (Nathalie, dir.), L’Orient des architectes, actes du colloque, la Seyne-sur-Mer, Villa Tamaris, 22-24 mai 2003, publications de l’Université de Provence, collection histoire des arts, Aix-en-Provence, 2006, 190 p.
  • MONNIER (Gérard, dir.) et al., « L’exposition Roland Simounet à l’œuvre et sa réception » in L’architecture : la réception immédiate et la réception différée, l’œuvre jugée, l’édifice habité, le monument célébré, publication de La Sorbonne, Paris, 2006, 166 p.DVD

SOURCE: ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAI

Batailles d’architecte.

ALGER Janvier 2021:  BATAILLES PERDUES, BATAILLES A PERDRE  (Acte 2) 
Concours national restreint d’ architecture no 07/2019
College base 6 ,Ain Djarda Medea
Maitre d’ ouvrage : Opgi de Medea
Janvier 2020
Il y a un an, presque jour pour jour, tombait l’avis d’attribution du collège sympathique a faire a Medea. Nous n’etions pas retenus. Nous n’avions même pas atteint la note minimale.
L’ aventure avait commencé par la mise en place d’ un groupement entre mon agence et un jeune architecte talentueux et téméraire Abdou ELEMDANI qui, après avoir fait son stage et un peu plus chez MLM ,a décidé de se lancer dans la bataille de l exercice libéral.
Je l’avais encouragé à le faire en mettant à sa disposition les références de MLM.
Nous avions particulièrement flashé pour le site de Ain Djarda, parce que Abdou est originaire de Medea et que son Papa est un confrère qui connait les arcanes locales      (condition minimale pour un algérois qui veut bosser hors d’Alger!)  Et parce que le site réunissait toutes les tares d’un plan d’aménagement de merde fait certainement par un BET public !
Terrain triangulaire présentant 7 mètres de dénivelé trop petit pour le programme demandé. Y caler un collège base 6 avec 2500 m² de cour et un terrain multisports avec piste d’athlétisme etait juste quasi impossible pour 90 % des concurrents potentiels ,y compris les habitués de l’ OPGI locale!
Pour l’ astuce offerte gratuitement ,il fallait juste poser l’ encombrant stade au point bas du terrain,faire une coupe, dégager un préau au point haut du site et caler des parties de programme en bâtiments soutènement pour soutenir une cour qui se rapprochait de la surface théorique demandée.
Compte tenu de la difficulté de l exercice, nous étions doublement confiants.
Mes 25 ans d’ expérience et ses 25 ans d’ âge ne pouvaient que démonter les belles collines de Médéa.
EBIN NON!!!
le projet fût attribué au sinistre BET public SETAME pour qui le site était devenu plat et l’ obligation d’ y caler la cour de 2500 m2 et le stade multisports avec piste d’athlétisme n’ étaient plus de rigueur.
Nous avons dû mal lire le cahier des charges!!
Nous avons bien déposé des recours auprès de l’ OPGI puis auprès de la Commission sectorielle des Marches du MHUV ,Rien n y fit.
Même le CLOA de Médéa a fait un recours documenté!
Ni le CNOA, ni la DGEP ni la DGUA mis en copie de nos recours n’ ont pu arrêter la machine bureaucratique de sévir.
Ce qui m’ a le plus attristé, ce n’ est certainement pas de perdre un concours public! Je ne fais que ça depuis 25 ans! Mais c’est plutot le désir contrarié de voir Abdou ELEMDANI signer sa première œuvre et s’ affranchir définitivement des conditions merdiques des cahiers de charges en détenant une référence administrativement admise..
Il a cru chuiya que l’ ALGERIE NOUVELLE allait, un peu avec ma complicité lui offrir un ancrage sur cette terre d’ Algérie..
EBIN NON!
Abdou, près avoir galéré deux ans,a laissé l’ Algérie nouvelle aux octogénaires et a décidé de partir a l’ étranger rejoindre les milliers d’ algeriens- ennes- qui dessinent tous les jours leur Algérie nouvelle vue des quais de la Seine.
.

Md Larbi Merhoum (MLM architecte) 

texte publié sur ce carnet avec l’autorisation de l’auteur

VERNISSAGE . 25 ans et des poussières….

VERNISSAGE.
« 25 ans et des poussières »…
Un quart de siècle, l’équivalent d’une génération, alternance de succès et d’insuccès, de plaisir et de déception…
Mais 25 ans d’exercice d’un métier d’art et de technique qui sème la joie, mais qui peut aussi procurer des désillusions à l’auteur…
Il faut trouver quelqu’un pour faire le récit d’un parcours qui se poursuit…
MLM (Med Larbi Merhoum) viendra le 18 et 19 janvier 2021, exposer son parcours dans les dédales de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme (Université Salah Boubnider Constantine 3).
Cet architecte, véritable mécène du XXIe S., saura parler à une génération d’un métier qui doit être renouvelé sinon réinventé.
A Constantine, le plaisir sera double: au delà de sa présence emblématique, MLM allumera énième une bougie dans son parcours de vie.
Chanceux les constantinois, car cette bougie apportera plus de clarté et de convivialité…..

SIGNATURES D’ARCHITECTURE MODERNE A CONSTANTINE

Quel hasard a fait  que des grandes signatures de l’Architecture Moderne se retrouvent sur un site aussi important dans le paysage constantinois ?

Sur la RN 79 au sud de Constantine remontant vers le Plateau de Ain El Bey, Oscar Niemeyer (en 1969), Fernand Pouillon (mi-années 70) et Kenzo Tange (76/77) avaient, chacun de son côté, dessiné un projet, qui aujourd’hui comme un ensemble, marque le paysage de la ville.

Franchement, nous avons (en tant qu’habitants et architectes) mis du temps pour saisir la valeur de ces interventions et les enjeux qu’elles constituent pour la ville. En effet, ces trois réalisations inscrivent Constantine dans la trame historique mondiale concernant la promotion de l’Architecture Moderne. Mis à part , Fernand Pouillon, « fils  de la maison », adopté pour ses réalisations des complexes et autres équipements touristiques post-coloniales, les styles des deux autres  sont considérés comme « avant-gardistes ».

Oui, entre le brutalisme de Niemeyer,  poésie du béton et le métabolisme de Tange,  comme une rupture avec les préceptes figés du MM, Constantine était, sans le savoir, un ilot ou se jouait l’histoire de l’architecture dans un débat par styles interposés.

Dans ces disputations sommitales, Pouillon étalait une riche connaissances des architectures locales vernaculaires, à travers des réinterprétations savantes. Ainsi, La cité U (appelée d’ailleurs Pouillon, officiellement Mentouri) laisse entrevoir un grand nombre de détails architecturaux émanant de lectures expertes de modèles originaux issus des casbahs et des médinas….

Aujourd’hui, ce site très remarquable est en passe de « dénaturation ». 

Au niveau des édifices, l’Université de Niemeyer a subi quelques réaménagements qui ont éclipsé les performances  et l’audace voulues par l’architectes….En clôturant le tour des pilotis du Bloc des Lettres, le défi à la gravitation, jadis très visibles est aujourd’hui estompés. La Cité U 2000 lits (Aicha), n’est pas fonctionnelle….ce qui risque d’accélérer son altération. Quand à la Cité U Pouillon, le manque d’entretien est flagrant.

Au niveau du paysage, l’éperon Draa Boufrika, dont la ligne de « crête » laissait voir l’atterrissage  « élégant » des bâtiments s’est aujourd’hui complètement dilué avec les mastodontes « architecturales », l’Hôtel Marriott et le nouveau Pôle Judiciaire….

Il y a urgence….. Il va falloir « sauver » les bâtiments et préserver le paysage.  

 

Abdelouahab Bouchareb, "SIGNATURES D’ARCHITECTURE MODERNE A CONSTANTINE," Architectures algériennes, 08/01/2021, https://archialg.hypotheses.org/761.
       

ML MERHOUM: Centre de formation et de recyclage des personnels des   collectivités locales des collectivités locales.

Centre de formation et de recyclage des personnels des   collectivités locales des collectivités locales.
Le projet s’ installe tout doucement dans sa nouvelle topographie..il prend possession du lieu imaginaire que je m’ étais dessiné,inventant une poésie à un POS mortifère et sans âme.
Sans l’ abnégation de mon jeune et talentueux collaborateur M.Khalfi ,qui vient de perdre son père, j’ en serais encore à pleurer une générosité perdue dans les méandres de l’Algérie nouvelle.
Forza Setifienne.
ML. MERHOUM (le 23.11.2020)
(reprise de son mur FB)
Photos, Crédits. MLMerhoum et M.Khalfa.

L’ARCHITECTURE ALGERIENNE EXISTE, ELLE DOIT ETRE REINVENTEE

C’est une des questions qui taraudent les architectes algériens (en tout cas un bon nombre). Certains font des efforts louables pour l’inventer.  Car cela relève de leur existence en tant que cadres incarnant les « démiurges », dont la mission est de mettre en place un environnement architectural familier, authentique et aussi performant à hauteur de la richesse des architectures vernaculaires.

Comment la faire exister? l’inventer ?

La loi de 1994 est est restée dans le flou « philosophique ». Si l’art de bâtir se nourrit des connaissances et d' »un savoir-faire« , l’architecture est « l’émanation et la traduction d’une culture« .  Si nous considérons que la culture « comme tout ce qui , dans le milieu est dû à l’homme » (M.J. Herskovits, l’anthropologie culturelle), il est suggéré  que l’architecture est un fait de culture, elle est sensée reproduire le fond culturel  local.

Qu’y a-t-il comme efforts ou travaux qui ont tenté de dépasser cet hiatus?  Rares…  Et pourtant cette architecture algérienne doit être inventée. Personnellement, et d’après mes connaissances, je cite dans cette catégorie:

  1. Le néo-mauresque initié par Jonnart (Gouverneur de l’Algérie en 1900) . Il est certainement caricatural, « faux », mimétique et  » vicieux ». Il reconduisait des poncifs de l’orientalisme déjà éprouvés en orient. Le Maghreb (maure) est différent de l’orient, par son histoire propre,  sa proximité à Rome antique , à la Grèce antique  et à l’Andalousie (médiévale). Le lancement du néo-mauresque a été précédé d’un « engouement » artistique envers la vie sociale algérienne et domestique intime. Ce dévoilement avait mis a nu les rapports intimes des maghrébins à l’art de bâtir, aux matériaux, aux  couleurs  et à l’artisanat (Delacroix). Les artistes  peintres avaient excellé dans la reproduction des détails architecturaux et architectoniques. C’est comme s’ils préparaient le catalogue « stylistique » des éléments à faire figurer partout.  Quelques « clins d’oeil » ont été savamment incrustés dans le style classique avant 1900. Puis, des études savantes ont été effectuées  sur le style mauresque brut par les frères Marçais (Willian et Georges), sans oublier les travaux de Dutoit vers la fin du XIXe S.  Enfin la « décision » politique, incarnée par Jonnart a été incontournable.
  2. Les travaux de Simounet pour le CIAM 9 de 1953 restent quand même une expérience riche en enseignements dans l’approche de l’habitat. En fait, tout ce que l’homme réalise pour vivre (ou survivre) doit constituer une référence incontournable, avec ses malfaçons, ses maladresses et ses aberrations.  Simounet avait « retracé » (dans les détails) cet espace produit juste pour montrer que l’architecture  réside essentiellement dans l' »habiter », en tant que rapports intimes de l’homme à l’espace. Faut-il rappeler que ces travaux avaient favorisé la naissance de l’Institut d’Urbanisme d’Alger (sous la houlette de Maisonseul). Là aussi, les études de détails, de l’intimité des rapports de l’homme à son habitat, à sa production « spontanée » (bidonvilles) ,  même pleine de « maladresses » , demeurent chez les « visionnaires » un génie populaire inestimable à exploiter. Cette innovation avait rencontré d’une volonté « politique » pour réaliser des objectifs en  permettant aux « novateurs » d’accéder à des commandes publiques .
  3. Justement, ce génie populaire  a été bien identifié par  Ravereau et Pouillon entre autres . Pour le second, il a nourri de  véritables inclinations aux  détails des « architectures vernaculaires », qu’il avait magnifiquement réinterprétés dans ses œuvres pour l’Algérie indépendante. Il ne faut oublier aussi cet adossement à une « autorité » politique qui l’avait vraiment  priorisé dans des commandes du secteur touristique. Mais le résultat aussi probant  laisse apparaitre cette passion et ce génie de l’architecte pour le vernaculaire, dépourvu des poncifs et des clichés orientalisant.  Aujourd’hui, l’homme et ses œuvres font l’objet de thèses…  il inspire aussi des jeunes architectes à oser réinterpréter ce vernaculaire et produire aussi quelques lectures originales susceptibles de cultiver quelques orientations pour « adopter » un style national (néanmoins sans appui politique franc.).

Rapidement, nous pouvons conclure qu’une architecture algérienne ne peut se « concrétiser » sans:

  1. Une volonté politique franche, claire et motivée.
  2. Des recherches savantes sur les architectures vernaculaires, regroupant tous les corps de métiers, universitaires, sociologues, artistes, architectes, urbanistes, paysagistes, historiens, critiques d’art….
  3. Des « essais » suivis et évalués rigoureusement  dans des commandes publiques.
Abdelouahab Bouchareb, "L’ARCHITECTURE ALGERIENNE EXISTE, ELLE DOIT ETRE REINVENTEE," Architectures algériennes, 21/11/2020, https://archialg.hypotheses.org/739.

KAMEL LOUAFI, PAYSAGISTE.

Le paysagisme tarde à faire une place dans les « métiers » de la ville en Algérie. Même, sur le plan de la formation, il figure dans le registre de l’agronomie. Et pourtant,  cette spécialité est primordiale dans l’aménagement des sites et dans la recherche des qualités des espace et des paysages.

L’esthétique urbaine n’est une retombée de l’intérêt porté au paysage. Le paysagisme n’est pas façadisme, il émane d’une sensibilité « artistique » qui  s’inscrit dans les registres fonctionnels et techniques.

 »  Le paysagisme est au paysage ce que l’urbanisme est à la ville : à la fois un art, une science et une technique de l’organisation spatiale des territoires. » (Donnadieu P. 2009).

Parmi les paysagistes les plus en vue: Kamal LOUAFI. Algéro-Allemand, ce natif de Batna semble disposé à semer les grains à travers le monde,  qui donneront naissances à des paysages fortement imprégnés  des images bucoliques de son Aurès natal.

Prolifique, Kamel Louafi a aussi publié plusieurs ouvrages :

PUBLICATIONS

1991 Balburg, Cord, Kamel Louafi, Bernd Müller-Wünsche: « Mensch, Natur und Raum in Maghreb. Probleme einer ökologischen Entwicklung in Nordafrika », Heft 20, DSE
1999 Aedes-Katalog zur Ausstellung: « Skizzen und Planung zur EXPO 2000 »
1999 Beton-Marketing/Louafi-Katalog zur EXPO 2000 – die Weltausstellung in Hannover
2000 Aedes-Katalog zur Ausstellung: « Die Metamorphose, EXPO 2000, die Realisation »
2005 Aedes-Katalog zur Ausstellung: « Le voyage oriental in den Gärten der Welt, Berlin-Marzahn »
2009 Aedes-Katalog zur Ausstellung: « Urbane Landschaften – Bremen, Kassel, Hannover »
2012 Kamel Louafi: « Landcape Interventions / City Paradises », Jovis Verlag, ISBN 978-3-86859-107-1
2013 Kamel Louafi: « Green Islands in the City – 25 Ideas for Urban Gardens », Jovis Verlag, ISBN 978-3-86859-263-4
2016 Kamel Louafi: « Public Spaces – Pourquoi ? », Jovis Verlag, ISBN 978-3-86859-446-1
2017 Kamel Louafi: « IMAGINATION – Paysages urbains entre l’Occident et l’Orient », Jovis Verlag, ISBN 978-3-86859-482-9
2018 Kamel Louafi: « Louafi’s Paysages Hanoveriens – Louafi déclare son amour pour Hanovre », Leuenhagen & Paris, ISBN 978-3-945497-07-4
2018 Kamel Louafi:  « Stations d’Art – Entre L’Architecture et l’Art », Palm Art Press, ISBN 978-3-96258-001-8
2020 Kamel Louafi: « Choreography of Landscape », Leuenhagen & Paris, ISBN 978-3-945497-11-1

SES REALISATIONS EN ALGERIE

BISKRA.  LES JARDINS DES ZIBANS

BATNA 

BATNA .Aménagement d’une Place

POUR PLUS D’INFORMATIONS (Surtout sur ses projets internationaux) voici le lien sur son siteweb officiel:

http://www.landschaftsarchitektur-louafi.de/8/

MERCI à KAMEL LOUAFI pour nous avoir autoriser à exploiter ces photos.