ML MERHOUM: Centre de formation et de recyclage des personnels des   collectivités locales des collectivités locales.

Centre de formation et de recyclage des personnels des   collectivités locales des collectivités locales.
Le projet s’ installe tout doucement dans sa nouvelle topographie..il prend possession du lieu imaginaire que je m’ étais dessiné,inventant une poésie à un POS mortifère et sans âme.
Sans l’ abnégation de mon jeune et talentueux collaborateur M.Khalfi ,qui vient de perdre son père, j’ en serais encore à pleurer une générosité perdue dans les méandres de l’Algérie nouvelle.
Forza Setifienne.
ML. MERHOUM (le 23.11.2020)
(reprise de son mur FB)
Photos, Crédits. MLMerhoum et M.Khalfa.

L’ARCHITECTURE ALGERIENNE EXISTE, ELLE DOIT ETRE REINVENTEE

C’est une des questions qui taraudent les architectes algériens (en tout cas un bon nombre). Certains font des efforts louables pour l’inventer.  Car cela relève de leur existence en tant que cadres incarnant les « démiurges », dont la mission est de mettre en place un environnement architectural familier, authentique et aussi performant à hauteur de la richesse des architectures vernaculaires.

Comment la faire exister? l’inventer ?

La loi de 1994 est est restée dans le flou « philosophique ». Si l’art de bâtir se nourrit des connaissances et d' »un savoir-faire« , l’architecture est « l’émanation et la traduction d’une culture« .  Si nous considérons que la culture « comme tout ce qui , dans le milieu est dû à l’homme » (M.J. Herskovits, l’anthropologie culturelle), il est suggéré  que l’architecture est un fait de culture, elle est sensée reproduire le fond culturel  local.

Qu’y a-t-il comme efforts ou travaux qui ont tenté de dépasser cet hiatus?  Rares…  Et pourtant cette architecture algérienne doit être inventée. Personnellement, et d’après mes connaissances, je cite dans cette catégorie:

  1. Le néo-mauresque initié par Jonnart (Gouverneur de l’Algérie en 1900) . Il est certainement caricatural, « faux », mimétique et  » vicieux ». Il reconduisait des poncifs de l’orientalisme déjà éprouvés en orient. Le Maghreb (maure) est différent de l’orient, par son histoire propre,  sa proximité à Rome antique , à la Grèce antique  et à l’Andalousie (médiévale). Le lancement du néo-mauresque a été précédé d’un « engouement » artistique envers la vie sociale algérienne et domestique intime. Ce dévoilement avait mis a nu les rapports intimes des maghrébins à l’art de bâtir, aux matériaux, aux  couleurs  et à l’artisanat (Delacroix). Les artistes  peintres avaient excellé dans la reproduction des détails architecturaux et architectoniques. C’est comme s’ils préparaient le catalogue « stylistique » des éléments à faire figurer partout.  Quelques « clins d’oeil » ont été savamment incrustés dans le style classique avant 1900. Puis, des études savantes ont été effectuées  sur le style mauresque brut par les frères Marçais (Willian et Georges), sans oublier les travaux de Dutoit vers la fin du XIXe S.  Enfin la « décision » politique, incarnée par Jonnart a été incontournable.
  2. Les travaux de Simounet pour le CIAM 9 de 1953 restent quand même une expérience riche en enseignements dans l’approche de l’habitat. En fait, tout ce que l’homme réalise pour vivre (ou survivre) doit constituer une référence incontournable, avec ses malfaçons, ses maladresses et ses aberrations.  Simounet avait « retracé » (dans les détails) cet espace produit juste pour montrer que l’architecture  réside essentiellement dans l' »habiter », en tant que rapports intimes de l’homme à l’espace. Faut-il rappeler que ces travaux avaient favorisé la naissance de l’Institut d’Urbanisme d’Alger (sous la houlette de Maisonseul). Là aussi, les études de détails, de l’intimité des rapports de l’homme à son habitat, à sa production « spontanée » (bidonvilles) ,  même pleine de « maladresses » , demeurent chez les « visionnaires » un génie populaire inestimable à exploiter. Cette innovation avait rencontré d’une volonté « politique » pour réaliser des objectifs en  permettant aux « novateurs » d’accéder à des commandes publiques .
  3. Justement, ce génie populaire  a été bien identifié par  Ravereau et Pouillon entre autres . Pour le second, il a nourri de  véritables inclinations aux  détails des « architectures vernaculaires », qu’il avait magnifiquement réinterprétés dans ses œuvres pour l’Algérie indépendante. Il ne faut oublier aussi cet adossement à une « autorité » politique qui l’avait vraiment  priorisé dans des commandes du secteur touristique. Mais le résultat aussi probant  laisse apparaitre cette passion et ce génie de l’architecte pour le vernaculaire, dépourvu des poncifs et des clichés orientalisant.  Aujourd’hui, l’homme et ses œuvres font l’objet de thèses…  il inspire aussi des jeunes architectes à oser réinterpréter ce vernaculaire et produire aussi quelques lectures originales susceptibles de cultiver quelques orientations pour « adopter » un style national (néanmoins sans appui politique franc.).

Rapidement, nous pouvons conclure qu’une architecture algérienne ne peut se « concrétiser » sans:

  1. Une volonté politique franche, claire et motivée.
  2. Des recherches savantes sur les architectures vernaculaires, regroupant tous les corps de métiers, universitaires, sociologues, artistes, architectes, urbanistes, paysagistes, historiens, critiques d’art….
  3. Des « essais » suivis et évalués rigoureusement  dans des commandes publiques.
Abdelouahab Bouchareb, "L’ARCHITECTURE ALGERIENNE EXISTE, ELLE DOIT ETRE REINVENTEE," Architectures algériennes, 21/11/2020, https://archialg.hypotheses.org/739.

KAMEL LOUAFI, PAYSAGISTE.

Le paysagisme tarde à faire une place dans les « métiers » de la ville en Algérie. Même, sur le plan de la formation, il figure dans le registre de l’agronomie. Et pourtant,  cette spécialité est primordiale dans l’aménagement des sites et dans la recherche des qualités des espace et des paysages.

L’esthétique urbaine n’est une retombée de l’intérêt porté au paysage. Le paysagisme n’est pas façadisme, il émane d’une sensibilité « artistique » qui  s’inscrit dans les registres fonctionnels et techniques.

 »  Le paysagisme est au paysage ce que l’urbanisme est à la ville : à la fois un art, une science et une technique de l’organisation spatiale des territoires. » (Donnadieu P. 2009).

Parmi les paysagistes les plus en vue: Kamal LOUAFI. Algéro-Allemand, ce natif de Batna semble disposé à semer les grains à travers le monde,  qui donneront naissances à des paysages fortement imprégnés  des images bucoliques de son Aurès natal.

Prolifique, Kamel Louafi a aussi publié plusieurs ouvrages :

PUBLICATIONS

1991 Balburg, Cord, Kamel Louafi, Bernd Müller-Wünsche: « Mensch, Natur und Raum in Maghreb. Probleme einer ökologischen Entwicklung in Nordafrika », Heft 20, DSE
1999 Aedes-Katalog zur Ausstellung: « Skizzen und Planung zur EXPO 2000 »
1999 Beton-Marketing/Louafi-Katalog zur EXPO 2000 – die Weltausstellung in Hannover
2000 Aedes-Katalog zur Ausstellung: « Die Metamorphose, EXPO 2000, die Realisation »
2005 Aedes-Katalog zur Ausstellung: « Le voyage oriental in den Gärten der Welt, Berlin-Marzahn »
2009 Aedes-Katalog zur Ausstellung: « Urbane Landschaften – Bremen, Kassel, Hannover »
2012 Kamel Louafi: « Landcape Interventions / City Paradises », Jovis Verlag, ISBN 978-3-86859-107-1
2013 Kamel Louafi: « Green Islands in the City – 25 Ideas for Urban Gardens », Jovis Verlag, ISBN 978-3-86859-263-4
2016 Kamel Louafi: « Public Spaces – Pourquoi ? », Jovis Verlag, ISBN 978-3-86859-446-1
2017 Kamel Louafi: « IMAGINATION – Paysages urbains entre l’Occident et l’Orient », Jovis Verlag, ISBN 978-3-86859-482-9
2018 Kamel Louafi: « Louafi’s Paysages Hanoveriens – Louafi déclare son amour pour Hanovre », Leuenhagen & Paris, ISBN 978-3-945497-07-4
2018 Kamel Louafi:  « Stations d’Art – Entre L’Architecture et l’Art », Palm Art Press, ISBN 978-3-96258-001-8
2020 Kamel Louafi: « Choreography of Landscape », Leuenhagen & Paris, ISBN 978-3-945497-11-1

SES REALISATIONS EN ALGERIE

BISKRA.  LES JARDINS DES ZIBANS

BATNA 

BATNA .Aménagement d’une Place

POUR PLUS D’INFORMATIONS (Surtout sur ses projets internationaux) voici le lien sur son siteweb officiel:

http://www.landschaftsarchitektur-louafi.de/8/

MERCI à KAMEL LOUAFI pour nous avoir autoriser à exploiter ces photos.

De l’architecte et des maîtrises d’oeuvre et d’ouvrage

De par mon expérience de 45 ans en qualité d’architecte exécutant jusqu’à architecte chef de projet études et suivi, le constat est que notre mission d’architecte a beaucoup changé en tous points de vues et complexités.
Il est évident que notre formation d’architecte en 5 ans s’avère totalement insuffisante pour pouvoir exercer son métier d’architecte maître d’oeuvre.

Ce n’est qu’après plus de 20 ans d’exercice auprès de bureau d’études nationaux, d’entreprises de réalisation dans les différents corps d’état, d’administrations publiques en qualité de maître d’ouvrage délégué ainsi qu’en qualité de maître assistant chargé d’encadrement d’élève architecte au sein d’un Institut d’architecture, ce n’est qu’à partir de ce moment que j’avais accepté d’ouvrir mon cabinet privé d’architecture.

Pour mériter le titre d’architecte libéral maître d’oeuvre, il faut nécessairement prendre tout ce temps de post formation pour comprendre et assimiler la complexité de notre métier pluridisciplinaire.

Pour pouvoir étudier et réaliser un projet dans le respect de toutes les règles de l’art, la maîtrise d’ œuvre est nécessairement toute une équipe pluridisciplinaire qui travaille en parfaite symbiose pour la conception et le suivi de tout projet et ce quelque soit sa taille et compléxité.

Pour que le projet réussisse, la maîtrise d’oeuvre doit être accompagnée par un bon maître d’ouvrage, ce qui n’est pas tout le temps évident.

Au début de ma carrière d’architecte, un collègue architecte français m’avait fait cette réflexion
 » une bonne architecture nécessite un bon maître d’oeuvre et surtout un bon maître d’ouvrage  ».
Notre problème d’architecture en Algérie est surtout posé par l’absence d’un bon maître d’ouvrage en général qui définit au préalable les programmes et les attendus du projet recherché selon un calendrier et des étapes préliminaires pour la confection d’un bon cahier des charges professionnel.

Donc un architecte doit être nécessairement un bon manager dans le domaine technique mais aussi dans le domaine des relations humaines avec tous les intervenants au projet sans exceptions

En Algérie le problème est faussé dès le départ en accordant l’agrément aux nouveaux architectes qui n’ont pas les connaissances minimales de tout ce monde complexe et parfois incompétent qui nous environne.
Toutes ces questions méritent un long débat pour essayer de remettre les pendules à l’heure face à l‘anarchie qui nous environne telle que les copier-coller de l’ AADL qui ne cessent de me choquer et surtout révolter car on est entrain de dénaturer et de défigurer tous nos paysages urbains en périphérie de nos villes comme des cages à poules sans âmes ni qualité urbaine. C’est malheureux mais très grave.

Face à cette situation actuelle qui ne cesse de me mettre en colère, je m’excuse auprès de certains de mes collègues si je les ai choqués ou malmenés.

Moncef KALA 

Architecte

Posté sur FB le 22 juillet  2020 et publié ici avec l’aimable autorisation de l’auteur.

ACTUALITES ARCHITECTURALES ALGERIENNES

Salle omnisports de Ténès Arch. Mansour Boukhtache Mhamed 

le projet de la salle omnisports de Ténès, entre dans la phase cruciale, la pose de la poutre centrale qui va supporter les poutres courbes de part et d’autres..(Juillet 2020)

 

 

Centre National de Formation et de Recyclage des Personnels des Collectivités locales. SETIF . Arch. ML MERHOUM 

En voie d’achèvement (juillet 2020)

Ilyes SALHI

Mr.SALHI LYES – Architecte Manager

  • Diplômé de l’école Polytechnique d’Architecture et D’Urbanisme – EPAU – ALGER – 1980.
  • Président Directeur Général – BET’S…….Depuis 1999
  • S/Directeur Technique – Direction des Résidences Officielles – Présidence de la République ………………1991 / 1994
  • Chef de Projet de Cinq (05) Résidences d’Hôtes – Zéralda – Présidence de la République ……………..1988 / 1990
  • Chef de Projet, Ecole Supérieure des Cadres, Bouzaréah – Présidence de la République ……………..1986 / 1987
  • Directeur de Projets, Hôtel El Mithaq, Centre socioculturel – Riadh El Feth ( le Monument )……… 1983 / 1986

HOTEL BENIS (HASSI MESSAOUD)

  • Surface du terrain : 54 400 m²
  • Surface emprise au so
  • l : 8700 m²
  • Surface plancher : 31 000 m²
  • Hotel : 15 500 m²
  • Villa : 4320 m²
  • Centre conférences : 2450 m²
  • Business center : 8730 m²

240 Logements Tigditt – Mostaganem

René BRUNO

ARCHITECTE géomètre.

Projet de 40 habitations « pour indigènes » à Staouéli. 1929-1931.  

Le projet occupe un terrain communal de 991.80 m².

Le programme consiste en la construction d’habitations composées d’une chambre de 20 m& (4 m x 5 m), avec un coin atre, une cour et une « wc ». ces habitations sont dotées d’eau potable et de « connectées » à l’égout.

Cet ensemble est organisé en blocs d’habitations répartis selon un plan en damier (avec deux places).

Cette composition rappelle étrangement les villages de colonisation et les « fururs » village de regroupement des années 50/60.

 

Sources: CHANTIERS NORD-AFRICAINS. Juillet 1932.

Mohamed Larbi MERHOUM

Mohamed Larbi MERHOUM né le 16 janvier 1964 à Alger. Architecte/urbaniste diplômé de l’EPAU en  1987.

  • Passage au BEREG (Bureau d’Etude et de Recherche et d’Engineering Général).
  • En 1993 Il fonda sa propre Agence MLM. 
  • 1995-1998, président du Conseil Local de l’Ordre des Architectes d’Alger (CLOA).
  • 1999 Prix du Président de la République  avec le projet du SIEGE CNEP de Sétif.
  • 2004. Prix National d’Architecture  avec projet du SIEGE SOFINANCE Alger.
  • 2012. Prix National d’Architecture avec un projet IMMEUBLE HISTORIAL Alger.   

LE SIEGE CNEP DE SETIF 1999

HISTORIAL Rue Benmhidi ALGER 2004

 

H HOUSE ALGER 2007

 

BIBLIOTHÈQUE TELEMLY ALGER 2004

Cette bibliothèque de quartier, conçue en 2004 par l’architecte Larbi Merhoum, s’inscrit dans la lignée des édifices qui ont investi la ligne de crête depuis les années 1950.

Ce bâtiment, qui surplombe l’ancien quartier de la Robertseau, s’offre une double échelle : l’une domestique, en rapport avec le quartier pavillonnaire dans lequel il s’insère, et l’autre comme un repère urbain, puisqu’il s’adresse de manière évidente à la ville.

Son programme culturel a été l’occasion pour l’auteur de transcrire sur la façade l’esthétique de l’œuvre picturale de Mondrian.

 

 

 

 

 

 

RESIDENCE BEL HORIZON BOUISMAIL

LYCEE TIARET 

 

Rencontre
Alger #3 : Mohamed-Larbi Marhoum “regarde la ville en architecte”
Alger est l’une des dernières métropoles populaires de la Méditerranée. Balade impressionniste, toute cette semaine,
avec des Algérois qui nous racontent leur ville. Aujourd’hui, la journaliste Ghania Mouffok rencontre l’architecte
Mohamed-Larbi Marhoum.
Quand Mohamed-Larbi Marhoum, l’un des meilleurs architectes algériens, fait l’éloge convaincu et convaincant d’Alger dans sa partie européenne, et que vous lui faites remarquer que c’était quand même une ville coloniale de laquelle étaient exclus les «indigènes » , il balaie le passé et parle d’avenir : «Je regarde cette ville en architecte. Alger a supporté les pieds-noirs, puis les Algériens se la sont appropriée en 1962. Cette ville est destinée à avoir plusieurs vies . » A 45 ans, passant facilement de l’arabe au français ou à
l’algérois, inspiré autant par le pionnier de l’abstraction Piet Mondrian que par le chaâbi, la musique populaire algéroise, Mohamed-Larbi Marhoum lâche de sa voix gouailleuse : «Nous n’avons pas réussi, depuis soixante ans, à faire un jardin, trois rues alignées correctement…»
L’aveu est d’autant plus terrible que la rue sur laquelle nous avançons porte le nom de son oncle maternel, Larbi Ben M’hidi, héros de la bataille d’Alger, assassiné par les paras français. Si l’héritage est lourd, il libère. Marhoum entre à son tour dans l’Histoire comme le premier architecte algérien à poser son empreinte sur cette rue : après des années d’attente et de travaux au ralenti, il vient de mettre la dernière main à l’Historial, un magnifique écrin pour un lieu culturel aux contours encore mal définis, voulu et financé par la ville d’Alger. Ce lieu polyvalent, mi-centre culturel, mi-médiathèque, pourrait être dirigé par l’écrivain Amine Zaoui.
L’ouvrage contemporain, blanc, est glissé comme une évidence dans cette rue historique (l’ex-rue d’Isly du temps de la colonisation), entre deux immeubles haussmanniens. A l’intérieur, tout devient transparent. Economie de murs, baies vitrées qui donnent à voir d’un
côté la rue Larbi Ben M’hidi et de l’autre, depuis la terrasse, les toits d’Alger. Au loin, la mer. « Il était impossible que quelqu’un d’autre que moi bâtisse ici, sur une rue qui porte le nom de mon oncle ! » s’exclame l’architecte, qui s’est longuement interrogé avant de dessiner le bâtiment : « Comment intervenir sur un territoire aussi dessiné ? Comment fabriquer une institution culturelle qui ne soit pas un symbole de pouvoir ? »
Pari réussi. Mais il aura fallu convaincre le maître d’ouvrage, la mairie d’Alger. Refuser de se soumettre aux canons de
l’esthétique d’aujourd’hui, entre kitscherie et pastiche d’un passé fantasmé. Imposer cette simplicité, ces surfaces sans murs, comme une idée de liberté. Plusieurs fois couronné par les pouvoirs publics, Mohamed-Larbi Marhoum exerce depuis près de vingt ans dans le privé ; il s’autorise d’ailleurs une critique radicale de la politique d’urbanisme menée par les gouvernants algériens : «
Il leur manque un projet de société.

Pendant longtemps, on a considéré que l’Algérien était monochrome, ni en haut, ni en bas, ni à gauche, ni à droite. Tout ceci fabrique des politiques urbaines… totalement à côté. Cette cécité a donné des ghettos pour riches à côté des « bombes à retardement » que sont les

grands ensembles de banlieue où « l’on déplace les Algérois de quartiers innommables pour les jeter à soixante kilomètres sans aucun repère. On va en payer le prix, c’est sûr ». Le soir tombe, les rues s’apaisent. Les embouteillages se résorbent, rendant la ville à ses habitants qui prennent l’air au pied de leurs immeubles : « Alger compte 3 millions d’habitants et 2 millions la traversent tous les jours alors qu’elle a été conçue à l’origine pour 500 000 habitants. La ville résiste et continue de fonctionner. Ce qui prouve à quel point elle a du ressort ».
Ghania MOUFFOK
le 16.07.2011
http://www.telerama.fr/monde/alger-3
QUELQUES LIENS
https://www.youtube.com/watch?v=pv2EXlBp2HI
https://www.elwatan.com/pages-hebdo/magazine/mohamed-larbi-merhoum-architecte-architecte-un-metier-de-liberte-07-06-2019
https://www.facebook.com/MLarbi.Merhoum.Architectes/
https://www.youtube.com/watch?v=o3wWJ8XqC3I
https://www.liberte-algerie.com/culture/un-nouveau-regard-sur-larchitecture-317325
https://viesdevilles.net/pvdv/459/larbi-merhoum-quand-l-experimentation-est-permise
http://www.lexpressiondz.com/culture/25-ans-de-med-larbi-merhoum-315908

https://www.cairn.info/revue-la-pensee-de-midi-2001-1-page-45.htm

MERCI à
.M.Md Larbi MERHOUM
Mme Amina Wissem BOUMACHOUK
Toute l’équipe de MLM. 

Décoloniser…

Jusqu’à quand devrions nous  supporter les « leçons » sur nos villes, nos architectures et leurs problématiques, données par des « érudits » en visite touristique dans nos contrées?   Attention, que l’on s’entende bien, je précise, nous avons produit un grand nombre de thèses, de mémoires, d’articles, d’expertises et d’écrits sur nos villes et leurs problématiques. Une véritable base de données méconnue, ignorée ou négligée.  Faut-il alors qu’un « expert » venu d’ailleurs, qui , après une lecture assidue de cette base de données accessible, et dans un élan pédantesque, élabore une synthèse bien renseignée, la débitera dans un webinaire (l’illusion technologique) pour un « parterre » fasciné.

Faut-il encore demeurer dans cette attitude immobiliste à n’accorder aucun crédit aux expertises locales, ni écouter ce que ressassent à longueur d’année les spécialistes? Il y a des travaux de grandes factures qui s’élaborent dans nos universités, produits par des chercheurs désintéressés, perspicaces et patriotes….

Faut-il encore supporter ces clichés diffusés par ces « touristes » qui ne viennent pas pour partager leurs expériences , mais pour nous faire » découvrir les notres .   

Combien de générations ont « glissé » sur cette fameuse culture « islamique » de l’Algérie et son interprétation qui avait servi à expliquer que  la hiérarchie des espaces (du public au privé) des vieilles-villes, des médinas et des dechras, est à la base de leurs  compositions spatiales?

C’était à ça que les coopérants techniques (en majorité) affectaient la « composition » spatiale, urbaine et architecturale de nos  vieilles-villes, de nos médinas, nos dechras et nos habitations….Et nous, naïfs, nous  croyons que nous avions accroché la lune….Cette panacée suivie à la lettre nous a conduit à produire non pas des villes mais des schémas.  

Soyons critiques, regardants, attentifs, tout ce qui se passe sous nos yeux, sous notre  nez (il faut le sentir aussi) , nous concerne. La problématique est là….Elle est « observable » dans une objectivation en conformité avec la relation cause/effet….   

Il y a quelques minutes, j’ai « assisté » à un webinaire dont l’intitulé m’a rappelé les anciens films d’aventures « L’arrogance du projet architectural »….(Tous projet est appelé à être ambitieux…Arrogant?). Le communiquant ne pouvait se départir des poncifs d’autrefois en parlant des villes nouvelles. Ouais, la société islamique, la famille algérienne, l’intimité,  l’introverti….la hiérarchie…Ghardaia…Ali Mendjeli…

Nom de dieu,….mais que de boulot pour décoloniser …. 

Pour citer cet article;

Abdelouahab Bouchareb, "Décoloniser…," Architectures algériennes, 17/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/577.

DELUZ Jean-Jacques

« Depuis quelques années, je dessine une ville nouvelle près d’Alger. C’est peut-être l’œuvre d’art la plus

informelle, la plus folle, la plus stimulante, la plus décevante aussi, qui soit, puisqu’elle se fait dans un
temps, dans une échelle qui nous échappent, et dans des conflits qui lui sont inhérents.
Mais c’est aussi le creuset dans lequel toutes les expériences se rassemblent, – l’affrontement au site,
le concept urbain, la matérialisation des espaces, les relations de l’espace à la technologie,
le mélange complexe des interférences politiques et historiques, le hasard, l’objectif et le subjectif. »

  • Les voies de l’imagination, Jean-Jacques Deluz,Éd. Bouchène, Saint-Denis, 2003

« Je suis né à Lausanne en 1930, un 8 avril, sous le signe du Bélier. »  Décédé le 30 avril 2009 à Ain Naadja. 

EPAU

L’école d’Architecture d’Alger est à l’origine un projet conçu par l’architecte Oscar Niemeyer . Située dans la commune d’El Harrach, à l’est d’Alger, l’école vient renforcer le pôle universitaire déjà établi, qui comprend l’Institut national d’Agriculture, l’École vétérinaire, l’École polytechnique et une cité universitaire.

Pour répondre au nombre toujours croissant d’étudiants, dans les années 1980, on confie à l’architecte-enseignant Jean-Jacques Deluz le projet d’extension de l’école d’Architecture.

Tout en respectant la continuité du tracé de l’ensemble, Jean-Jacques Deluz a su optimiser l’espace et le coût du projet en opposant aux volumes longilignes et fluides, conçus par l’architecte brésilien, la rigueur d’une trame et en superposant des volumes cubiques simples qui obéissent une vision rationaliste.

1998: Ville Nouvelle Sidi Abdellah: Projet de 400 logements au Quartier Sidi Bennour en collaboration avec Karim BOUKHENFOUF et LIès HAMIDI.

UNE FONTAINE DE MARBRE NOIR, UN RIDEAU D’EAU A TRAVERS LEQUEL LA MOSQUEE Emir Abdelkader (Constantine)  APPARAÎTRAIT COMME UN MIRAGE.

Pour le ministère de l’aménagement, plans de masse pour l’institut des déserts du monde à Ghardaïa. 2008

TRAVAUX URBANISME 

Les travaux suivants ont été réalisés dans le cadre de ma collaboration avec A.DAURE et H.BERI architectes à Alger, entre 1956 et 1958.

Plan d’urbanisme de détail du quartier Ameziane à Constantine, (5000 logements).
Plan de masse de la cité Les Apôtres à Constantine, (400 logements).
Plans de masse pour diverses cités d’habitation à Alger, La Concorde à Birmandreis (1000 logements), Les Jasmins au Clos Salembier, (300 logements), Taine Fau Frais Vallon, (300 logements), Les Palmiers à Ouchaya, (1000 logements).
En France, avec A.DAURE, architecte: plan d’aménagement de détail de la commune d’Argelès – plage.
Les travaux suivants ont été réalisés dans le cadre de ma collaboration à I’ Agence du Plan d’Alger, créée par le maire CHEVALLIER, avec P.DALLOZ, G.HANNING, R.HANSBERGER; j’ai repris la direction de l’Agence en 1959 après le départ de G. HANNING. A partir de 1961, l’agence du plan est devenue « l’Atelier d’Urbanisme de l’Algérois».
Plan général d’aménagement du groupement d’urbanisme de la région d’Alger, (GURA, 25 communes).
Plan d’urbanisme de détail de la cité des Annassers à Alger, (100 000 habitants).

Plans de masse des premiers quartiers, (15 000 logements, centre urbain, parc central).
Cité des Annassers: études routières; plans d’exécution des terrassements généraux ; coordination des opérations.
Étude du quartier de la Marine à Alger.
Étude du terrain Garnier, (les Asphodèles) à Ben Aknoun, Alger, (1000 logements).
Plan d’urbanisme de détail du bassin de l’oued Kniss à Alger.
Plan d’urbanisme de détail des hauts de Bab el Oued à Alger.
Plan de masse du Front de mer d’Hussein Dey à Alger.
Plan d’urbanisme de détail du bassin de l’oued Lekhal à Châteauneuf, Alger; premières esquisses du stade olympique.
Plan de masse et étude routière des Tagarins, à Alger.
Etude analytique des densités de population et de la morphologie urbaine de la région d’Alger.
Conseil au permis de construire de la ville d’Alger.
Mise à jour du plan régional d’Alger.
Plan d’urbanisme de détail du quartier d’Ouchaya à Alger.

Les travaux suivants ont été réalisés en collaboration avec R.HANSBERGER et A.RAVEREAU :

  • 1960 : Concours pour la ZUP Le Mirail à Toulouse.
  • 1962 : Plan directeur d’urbanisme de la Vallée du Mzab.

Comme responsable de la cellule« habitat» à l’ETAU, en 1969-1970:

3300 logements répartis à Annaba, Guelma, Tébessa, Ouenza, Harris, Merouana, Skikda, Médéa, Bou Saada, Tablat, Sour el Ghozlane, Alger, Arzew. Etudes des sites et de leur environnement, étude de système, plans de masse.

Études à titre personnel:

  • 1974 : Plan de lotissement et d’urbanisme de détail du quartier nord de Merouana.
  • 1986 : Consultation restreinte pour 700 logements à Reghaïa. (Projet retenu).
  • 1992 : Projet de l’Esplanade de la Mosquée Emir Abdelkader à Constantine, (4 hectares)
  • 1994 : Concours international pour la reconstruction des souks de Beyrouth
  • 2006 : Nouveau village de Boughzoul, (100 hectares), plan d’urbanisme de détail, plan de masse.
  • 2006 : Ville nouvelle de Boughzoul, schéma d’ensemble d’aménagement, (sur la base partielle de la proposition de Bofill)
  • 2006 : Médéa: étude d’un nouveau pôle administratif, (150 hectares)
  • 2004 : Jijel : étude du quartier de Mezghitane, urbanisme, plan de masse
  • 1999 : Plans de masse pour 600 logements sociaux répartis sur Reghaïa et Birtouta, (avec la collaboration de Karim BOUKHENFOUF)
  • 2007 : A la ville nouvelle de Sidi Abdellah : révision du plan de masse des 2000 logements AADL. (voir logements)
  • 2008 : Pour le ministère de l’aménagement, plans de masse pour l’institut des déserts du monde à Ghardaïa.
  • 2008 : Avec Y.Maïza et le Bneder: étude préalable pour une résidence présidentielle sur le littoral oranais.1997 à Ville nouvelle de Sidi Abdellah :2006  : Mission permanente de consultant en urbanisme et en architecture, de 1997 à 2006, auprès de l’Etablissement public d’aménagement de l’agglomération nouvelle de Sidi Abdellah. (EPA-ANSA).
    Plan directeur de la ville, (1000 hectares, 26 000 logements).
    Plan d’occupation du sol du quartier de Sidi Bennour, (3000 logements).
    Schéma directeur du quartier d’extension du village de Mahelma, (900 logements).
    Schéma directeur du quartier d’extension du village de Rahmania, (3200 logements).
    Plan d’occupation du sol et plan de masse du quartier d’El Menzah, (1500 logements).
    Plan d’occupation du sol et plan de masse du quartier 18, (800 logements).
    Quartier de Sidi Bennour : plan de masse de la zone sud, (1000 logements).
    Nouvelle version du plan directeur.
    Plan d’occupation du sol de la zone d’activités d’ El Boustène, (46 hectares).
    Quartier de Sidi Bennour : plan de masse pour 400 logements.

Quartier de Sidi bennour : plan de lotissement pour une coopérative, 40 maisons.
Plan de lotissement de la zone d’activités de Sidi Bennour, (8 hectares).
Quartiers 9, 10 et 25, plans d’occupation des sols et plans de masse.
Quartier 11, plan de masse pour 2000 logements. (AADL).
Quartiers 19, 20 et 21 : plans d’occupation des sols et plans de masse.
Propriété de M. Gamaz, étude de faisabilité, plan d’urbanisme et plan de masse. (Env.600 logements).
Voir plus de détails dans le document : « Rapport sur mes activités à la ville nouvelle de Sidi Abdellah de 1997 à 2007.
Plan d’occupation du sol du quartier 23.
Plan de masse du terrain Bouchachia.
Plan d’occupation du sol du quartier 8.
Nouvelle version du plan d’occupation du sol du quartier 19: secteur 1 – 2- 3.
Plan d’occupation du sol des quatriers 12 et 13.

En association avec J.M.FLEURY, architecte :

  • 1978 : Plan d’urbanisme de détail de la zone ouest de Djelfa.
  • 1984 : Concours pour l’aménagement urbain de l’îlot du Hamma à Alger, avec schéma d’urbanisme du quartier.
  • 1989 : Étude d’un centre urbain à Sarcelles, (France), plan de masse.

En association avec C. JUANEDA, architecte:

Concours pour 600 logements à Cheraga, 1er prix et réalisation.

En France, en collaboration avec R :HANSBERGER, architecte.

1988 : Concours pour l’aménagement de la vallée du Flon à Lausanne, (Suisse).

  • Concours pour l’aménagement de la Place de la Révolution à Blagnac, (Toulouse).
    Plan d’urbanisme de détail du quartier de la Deymarde à Orange.
  • 1989 : Concours pour l’aménagement de la Piazza Dante à Genova, (Italie).
  • Plan de structure : axe urbain Rouvière – Foch à Mazamet, (France).
  • 1989-91  : Concours pour la zone d’Avignon – nord le long du Rhône; développement de ce projet dans une étude générale de programmation et d’aménagement urbain baptisée, dans sa forme la plus récente,« Axe Médicis et axe vert de la Barthelasse».
  • 1990 : Concours pour le bâtiment du Conseil général à Marseille, aménagement urbain de l’îlot.
  • 1991 : Concours pour la Place des Suisses de l’étranger à Brunnen, (Suisse)1992 : «Parvis République»: Ilot urbain d’Avignon avenue du Blanchissage. Concours avec attribution de l’étude, non réalisée par suite d’entente illicite des adversaires : Parking, activités de centre urbain, logements et hôtel.
  • 1993 : Aménagement d’un carrefour et de ses abords à St Alexandre, (France)
  • 1994 : Aménagement d’un carrefour et de ses abords à Remoulins, (France)
  • 1998 : Esquisse d’un plan de quartier à Lagnes, (Vaucluse, France)

En association avec R.FROIDEVAUX, architecte:

  • 2002 : Concours pour l’aménagement de la Place du Château et la construction d’un nouveau Parlement à Lausanne, (Suisse)
  • Dans le cadre de l’association avec OUARDANI, architecte, et BETUR-KHABABA, bureau d’études techniques, (DOK):
  • 2003 : Études préliminaires de la ville nouvelle de Bouinan
  • 2004 : Plan d’urbanisme de détail et plan de masse de la zone prioritaire est
  • 2006 : Plan de masse de la zone prioritaire ouest, 5000 logements, (variante)
  • 2007 : Étude d’une zone prioritaire de 2000 logements.

En collaboration avec Riad BENHADDAD, architecte :

2004 : Quartier dit« SUF 3 »de 3000 logements à Oran.

Pour le compte de l’Agence Nationale d’Aménagement du Territoire (ANAT):

2002 : Ouargla, étude critique du plan d’urbanisme de la ville, projet (plan de masse) d’un quartier structurant Touggourt, esquisse d’aménagement

Écrits

  • Structures de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et de l’architecture; travail collectif: Bachofen, Bujard, Deluz, Gerber, Ravéreau, Ravillard, Rossier, Vivanco, Wintsch.
  • En particulier : Deluz, La formation professionnelle (architectes, ingénieurs, techniciens, etc).1980
  • Revue Techniques et architectures, n° 329, 2 mars 1980, «Algérie, L’héritage empoisonné» rebaptisé «L’héritage» par la rédaction.1980
  • «Espaces et volumes architecturaux» cours polycopié EPAU, pour 1ère année, «AO».1987
  • « Quelques réflexions autour de Le Corbusier et l’Algérie», colloque à Marseille, 24-26 septembre 1987, Le Corbusier et la Méditerranée, Actes publiés par l’université de Provence, 1991.
  • 1988 L’urbanisme et l’architecture d’Alger, P. Mardaga-Office des publications universitaires.
  • AREMM, Atlas en réseau des espaces méditerranéens, CD ROM sur Alger (en collaboration avec Mme J. Deluz-La Bruyère), Institut agronomique méditerranéen de Montpellier.
  • 1997 ? E.P.A. ANSA (Ville nouvelle de Sidi Abdellah), Charte urbanistique et architecturale.
  • 2001 Alger, chronique urbaine, Ed. Bouchène.
  • 2002 Revue Naqd, Alger, printemps-été 2002 : Des Ordres urbains. «Ordre et désordre dans les périphéries urbaines».
  • «Pour une analyse pluridisciplinaire du fait urbain, l’exemple d’Alger», colloque 4-5 juin 2002, Lumière sur la ville, publié par l’EPAU, le Centre culturel français et l’institut Cervantès d’Alger.
  • «Marseille-Alger, au miroir des mémoires : Parlez-moi d’Alger», éd. Réunion des musées nationaux.« L’urbanisme colonial à Alger» (article transformé en interview par Roncayolo en intégrant mon texte et celui de Rachid Sidi Boumediène.
  • Alger, paysage urbain et architecture, 1800-2000, Institut français d’architecture, éd. De l’imprimeur. «La contribution de l’agence du Plan, entretien avec J.-J. Deluz, 2002 », retranscrit par Rachid Ouahès.
  • E.P.A. ANSA, (Ville nouvelle de Sidi Abdellah) : charte environnementale et et culturelle, (en collaboration avec Isma et Liess Hamidi).
  • 2003 Qantara, magasine des cultures arabes et méditerranéenne, (institut du Monde arabe), n° 48, été 2003, Architectures et villes d’orient (1850-1950)
  • Les voies de l’imagination, éd. Bouchène.
  • et le plan d’Alger», titre imposé, en réalité article sur André Ravéreau.
  • 2003 ? Centre Jacques Berque (Maroc), colloque à Marrakech, 3ème séminaire, «Fabrication urbaine» université Cadi Ayad, Marrakech. Problématique urbaine au Maghreb, le cas de l’Algérie.
  • 2008 Fantasmes et réalités, recueil d’articles parus dans l’hebdomadaire Les Débats, éd. Barzakh, Alger.
  • En préparation, Les 1001 nuits de Sidi Bennour : relation d’une expérience à la ville nouvelle de Sidi Abdellah.
  • 2010 Le tout et le fragment, Barzakh, 2010. Recueil de communications et articles.

Sources ; 

http://www.jeanjacquesdeluz.org/

http://prescriptor.info/site/3994/document-d-archives-entretien-avec-le-regrette-jean-jacques-deluz?fbclid=IwAR0sttQDQw-kJt7INx_Xg8lWuJ5RvwMQRZ-ltcdOa6LDWCMo2mGrtrwkgjI

Vidéo ; JJDeluz 2006

          JJDELUZ 2006…..

 

TEMOIGNAGE. 

Je l’ai rencontré une seule fois à Constantine en 2003 lors d’un colloque internationale sur le thème de « la monumentalité ». Je ne saurai dire, un visage de messie, un Demis Roussos (en frêle), un ascète au corps fatigué, mais des yeux brillants, un regard étincelant    et une écoute très intelligente.  J’avais présenté une introduction de communication sur le sujet de la monumentalité vs la banalité, suivie  de cas présentés par mes étudiants (Place de la Brèche et les bâtiments des alentours et de l’Université Mentouri de Niemeyer).

Cette « incursion » avait soulevé quelques mécontentements d’autant que les étudiants ne sont pas allés de « main morte » sur ces « œuvres ». (Nous étions en plein préparation d’une expo dans le cadre de l’Année de l’Algérie 2003, en partenariat avec l’ENSAGrenoble). 

A La fin du Colloque, et comme le voulait la tradition, la synthèse finale et le mot de clôture ont été confiés  à l’illustre personnage. J-J. Deluz avait entamé son discours par dire qu’il a  « agréablement apprécié l’intervention de M.Bouchareb, suivie de celle de ses étudiants… ». C’était une manière pour signifier ses encouragements aux efforts pédagogiques et à l’implication des étudiants dans toutes activités et les débats sur l’architecture….C’est ce qu’il m’avait bien expliqué en aparté….

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search