De la nécessité de lancer le débat sur l’architecture algérienne

L’Algérie est un musée d’architectures. Oui un musée pour le commun des mortels, pour ces gens qui ont voyagé, ces gens qui ont vu « du pays » ! Mais, pour les spécialistes, rien ne transparaît… C’est trivial, banal, peu pertinent.

Chaque architecte (qu’il soit professionnel, chercheur ou formateur) se complaît  dans son confinement, se cramponnant dans sa suffisance  à ses savoirs (ou ses non-savoirs) , ses connaissances (ou ses méconnaissances) , toujours hésitant à entamer le débat (en dehors des soucis corporatistes en rapport à l’exercice de la profession).

En tout cas le champ est toujours silencieux, ou peu bavard. Même à l’occasion des quelques rencontres organisées, les débats superficiels , circonstanciés ne peuvent outrepasser des limites d’une distanciation « normée » pour éviter les collusions de la passion. Et pourtant l’architecture et d’essence scolastique…et la passion est une condition de bonne santé. 

« L’architecture est un ensemble de connaissances et un savoir-faire réunis dans l’art de bâtir. Elle est l’émanation et la traduction d’une culture ». (Art.2. DL.94/07). Malgré sa  complétude et sa densité, il n’en demeure que cette sentence soit interrogeable  en rapport aux  détails et aux  interstices résultant de la coexistence des ses termes-clés.

Connaissances et savoir-faire, art de bâtir ou encore le rapport à la culture, cette discipline semble bien encadrée sur le plan juridique…mais la richesse proviendrait du déploiement des ressources offertes par les liens « hypertextes ». Art de bâtir, savoir-faire , héritage ou appropriation ? La culture, modèle de référence ou réinterprétation ?

Toutes ces interrogations sont en mesure de déclencher des débats houleux….Rien ! Toutes la palabres au sein de l’Ordre des Architectes sont confinées dans les « formalités » administratives en rapport avec l’exercice de la profession…(.CNOA )

Le Syndicat National des Architectes agrées Algériens ( SYNAA . A G élective du 23 janvier 2016) ) , relance le débat sur les intérêts la profession, en insistant sur la qualité architecturale et la maîtrise d’oeuvre. Ici, les chose semblent s’inverser, l’Ordre se soucie davantage des questions « socio-professionnelles » des architectes inscrits au Tableau National. Il donne cette impression d’une instance « socialisante ». Alors que le Syndicat annonce ses inclinations envers la production de la qualité architecturale et prône quelques pistes à même de lancer des débats pour trancher sur des questions fondamentales . (SYNAA)

En somme, le débat sur l’architecture demeure muet. Ce manquement est impardonnable tant le pays laisse constater que les nombreux immenses chantiers en BTP ne peuvent se dérouler dans les silence  . Car en l’absence d’un esprit critique, d’une dynamique de « sachants« , de synthèses de retours d’expériences ou d’un espace d’échange idéel, la qualité architecturale ne pourra être promue. et l’on craint que l’architecture (émanation et traduction d’une culture) ne succombe dans l’inertie des arts mécaniques .

Provocateur….peut-être qu’un sursaut...  

(photo. Beni Abbas. Nov..2013) 

 

Abdelouahab Bouchareb, "De la nécessité de lancer le débat sur l’architecture algérienne," Architectures algériennes, 04/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/31.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.