VILLES, NON LIEUX.

Nos villes portent en elles nos destins passés, présent et à venir : stigmates, cicatrices sur un corps malade de ses improvisations et de ses trouvailles donquichottesques Elles portent comme fardeau nos hésitations, nos cheminements erratiques, nos tâtonnements d’aveugles, nos troublantes certitudes. C’est là où le sous développement se pavane pompeusement, effrontément en affichant ses crise multiformes…on habite la ville parce que nulle part on n’a où habiter, cela amènerait à la question : qu’est-ce qu’habiter ? Habiter c’est vivre…Ailleurs la vie s’offre végétative, médiocre, quasi carcérale…on se plierait à la tradition, à la société conservatrice …

La ville est refuge ou lieu de déperdition, elle offre comme paravent l’anonymat. A la longue, elle finit par nous habiter, par nous posséder comme un démon, et quitte à ne pas y habiter, on erre dans ses rues pour y rester comme dans le giron d’une mère indigne qui nous rejette. Il faut y venir enfant prodige ou prodigue pour y étaler ostentatoirement ses richesses, mal ou bien acquises, ses relations, son pouvoir, ses douteuses affaires, ses débauches …Et à l’acmé de la dépression souvent on ira la noyer dans la drogue ou l’alcool. Et la ville faisant fi de toutes ces conjectures d’alarmistes ringards, ira contre vents et marées d’extension en extension, broyant tout sur son passage..pervertir le paysage, ruiner l’espace, y laisser plein de ratures, de l’inachevé partout..enrichir du beau monde, être le creuset de la misère en détail et en gros…

Et la saleté s’étale méprisante devant un citoyen aigri, grincheux, qui se complaît dans la procrastination et qui jette l’anathème sur un système dépassé par ses lois, par ses commis qui deviennent de plus en plus obèses, gourous d’une jeunesse sans idéal.

Mais si vous voulez habiter la ville sachez que c’est une amante exigeante et qui dévore la tête de ses amants. Mais au fond, qui sait, vous pouvez toujours raser les murs en attendant un boulot salvateur ou prendre une felouque, qui passerait par là pour aller…habiter ailleurs.

Bencherif Mostefa (Poète/philosophe)

le 15 05 2020

Pour citer l’article .

MOSTEFA BENCHERIF. Villes, non lieux. https://archialg.hypotheses.org/496

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.