De l’architecte et des maîtrises d’oeuvre et d’ouvrage

De par mon expérience de 45 ans en qualité d’architecte exécutant jusqu’à architecte chef de projet études et suivi, le constat est que notre mission d’architecte a beaucoup changé en tous points de vues et complexités.
Il est évident que notre formation d’architecte en 5 ans s’avère totalement insuffisante pour pouvoir exercer son métier d’architecte maître d’oeuvre.

Ce n’est qu’après plus de 20 ans d’exercice auprès de bureau d’études nationaux, d’entreprises de réalisation dans les différents corps d’état, d’administrations publiques en qualité de maître d’ouvrage délégué ainsi qu’en qualité de maître assistant chargé d’encadrement d’élève architecte au sein d’un Institut d’architecture, ce n’est qu’à partir de ce moment que j’avais accepté d’ouvrir mon cabinet privé d’architecture.

Pour mériter le titre d’architecte libéral maître d’oeuvre, il faut nécessairement prendre tout ce temps de post formation pour comprendre et assimiler la complexité de notre métier pluridisciplinaire.

Pour pouvoir étudier et réaliser un projet dans le respect de toutes les règles de l’art, la maîtrise d’ œuvre est nécessairement toute une équipe pluridisciplinaire qui travaille en parfaite symbiose pour la conception et le suivi de tout projet et ce quelque soit sa taille et compléxité.

Pour que le projet réussisse, la maîtrise d’oeuvre doit être accompagnée par un bon maître d’ouvrage, ce qui n’est pas tout le temps évident.

Au début de ma carrière d’architecte, un collègue architecte français m’avait fait cette réflexion
 » une bonne architecture nécessite un bon maître d’oeuvre et surtout un bon maître d’ouvrage  ».
Notre problème d’architecture en Algérie est surtout posé par l’absence d’un bon maître d’ouvrage en général qui définit au préalable les programmes et les attendus du projet recherché selon un calendrier et des étapes préliminaires pour la confection d’un bon cahier des charges professionnel.

Donc un architecte doit être nécessairement un bon manager dans le domaine technique mais aussi dans le domaine des relations humaines avec tous les intervenants au projet sans exceptions

En Algérie le problème est faussé dès le départ en accordant l’agrément aux nouveaux architectes qui n’ont pas les connaissances minimales de tout ce monde complexe et parfois incompétent qui nous environne.
Toutes ces questions méritent un long débat pour essayer de remettre les pendules à l’heure face à l‘anarchie qui nous environne telle que les copier-coller de l’ AADL qui ne cessent de me choquer et surtout révolter car on est entrain de dénaturer et de défigurer tous nos paysages urbains en périphérie de nos villes comme des cages à poules sans âmes ni qualité urbaine. C’est malheureux mais très grave.

Face à cette situation actuelle qui ne cesse de me mettre en colère, je m’excuse auprès de certains de mes collègues si je les ai choqués ou malmenés.

Moncef KALA 

Architecte

Posté sur FB le 22 juillet  2020 et publié ici avec l’aimable autorisation de l’auteur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.