Batailles d’architecte.

ALGER Janvier 2021:  BATAILLES PERDUES, BATAILLES A PERDRE  (Acte 2) 
Concours national restreint d’ architecture no 07/2019
College base 6 ,Ain Djarda Medea
Maitre d’ ouvrage : Opgi de Medea
Janvier 2020
Il y a un an, presque jour pour jour, tombait l’avis d’attribution du collège sympathique a faire a Medea. Nous n’etions pas retenus. Nous n’avions même pas atteint la note minimale.
L’ aventure avait commencé par la mise en place d’ un groupement entre mon agence et un jeune architecte talentueux et téméraire Abdou ELEMDANI qui, après avoir fait son stage et un peu plus chez MLM ,a décidé de se lancer dans la bataille de l exercice libéral.
Je l’avais encouragé à le faire en mettant à sa disposition les références de MLM.
Nous avions particulièrement flashé pour le site de Ain Djarda, parce que Abdou est originaire de Medea et que son Papa est un confrère qui connait les arcanes locales      (condition minimale pour un algérois qui veut bosser hors d’Alger!)  Et parce que le site réunissait toutes les tares d’un plan d’aménagement de merde fait certainement par un BET public !
Terrain triangulaire présentant 7 mètres de dénivelé trop petit pour le programme demandé. Y caler un collège base 6 avec 2500 m² de cour et un terrain multisports avec piste d’athlétisme etait juste quasi impossible pour 90 % des concurrents potentiels ,y compris les habitués de l’ OPGI locale!
Pour l’ astuce offerte gratuitement ,il fallait juste poser l’ encombrant stade au point bas du terrain,faire une coupe, dégager un préau au point haut du site et caler des parties de programme en bâtiments soutènement pour soutenir une cour qui se rapprochait de la surface théorique demandée.
Compte tenu de la difficulté de l exercice, nous étions doublement confiants.
Mes 25 ans d’ expérience et ses 25 ans d’ âge ne pouvaient que démonter les belles collines de Médéa.
EBIN NON!!!
le projet fût attribué au sinistre BET public SETAME pour qui le site était devenu plat et l’ obligation d’ y caler la cour de 2500 m2 et le stade multisports avec piste d’athlétisme n’ étaient plus de rigueur.
Nous avons dû mal lire le cahier des charges!!
Nous avons bien déposé des recours auprès de l’ OPGI puis auprès de la Commission sectorielle des Marches du MHUV ,Rien n y fit.
Même le CLOA de Médéa a fait un recours documenté!
Ni le CNOA, ni la DGEP ni la DGUA mis en copie de nos recours n’ ont pu arrêter la machine bureaucratique de sévir.
Ce qui m’ a le plus attristé, ce n’ est certainement pas de perdre un concours public! Je ne fais que ça depuis 25 ans! Mais c’est plutot le désir contrarié de voir Abdou ELEMDANI signer sa première œuvre et s’ affranchir définitivement des conditions merdiques des cahiers de charges en détenant une référence administrativement admise..
Il a cru chuiya que l’ ALGERIE NOUVELLE allait, un peu avec ma complicité lui offrir un ancrage sur cette terre d’ Algérie..
EBIN NON!
Abdou, près avoir galéré deux ans,a laissé l’ Algérie nouvelle aux octogénaires et a décidé de partir a l’ étranger rejoindre les milliers d’ algeriens- ennes- qui dessinent tous les jours leur Algérie nouvelle vue des quais de la Seine.
.

Md Larbi Merhoum (MLM architecte) 

texte publié sur ce carnet avec l’autorisation de l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.