Tous les articles par Abdelouahab Bouchareb

MANSOUR BOUKHTACHE M’hamed

  • Né en 1971 à Chlef.
  • Diplomé en 1995 de l’EPAU .
  • Juillet 1995 à juillet 2000. Salarié chez BET MAC puis associé
  • Depuis 2000 Architecte concepteur. Gérant de ARTECH Scp CHLEF.

Collaborateurs :

  • ABDELLATIF LILA Architecte et associée
  • FELLAG MED ING GC,
  • BOURAHLA MED AMINE Architecte
  • ABBED SEYID AHMED Architecte,
  • SMAIL BELLALA Infographe.
  • HENNI DOUMA Projeteur.

SIEGE DE WILAYA CHLEF 2014/en groupement avec ML. Merhoum (MLM) 

SALLE OMNISPORT TENES 2012  (démarrage travaux 2015)

ECOLE PRIMAIRE CHLEF 2014 (Travaux entamés en 2019)

CENTRE RÉGIONAL D’ ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE

 

ECOLE PRIMAIRE CHLEF 2020

 

SOURCES ; toutes les informations et les photos ont été fournies par MHAMED MANSOUR .

MERCI MHAMED .

25 Ans…..

Ce texte est un prélude au carnet qui a accompagné l’exposition intitulée « 25 ans et des poussières  » (2019) consacrée au parcours d’un architecte du nom de Mohamed Larbi MERHOUM. A ma connaissance, c’est la première fois qu’un tel événement met en  lumière la production d’un architecte algérien toujours en exercice…

Remarquons que la nature, la forme et la mise en scène de qualité de cette présentation (à laquelle j’ai assisté)  laisse présager que ce métier d’architecte figurera  pour longtemps dans la sphère artistique, celle la créativité, de l’inspiration et de la beauté …C’était une bouffée d’air dans une conjoncture qui tend à acculer le métier dans le registre des faire-valoir.   

Je reproduis un extrait avec l’aimable autorisation de l’auteur. 

 

L’architecte libéral que je suis, né d’un avortement .

Je dois ma liberté au FMI et à la banque mondiale, qui ont imposé à mon pays, a l’aube des années 90 un programme d’ajustement structurel délestant l’’État des missions de prestations et de service… Mon métier n’est pas la cristallisation d’un besoin social ni rnême d’une exigence de qualité et de rationalité de la dépense publique. Je suis un numéro d’inscription au tableau national de l’ordre des architectes et un cachet rond pour intermittent du spectacle.

Et pourtant, ma génération d’architectes sensibilisée à l’histoire et à la géographie, abreuvée de pensée et de rhétorique, qui a préféré quitter le « nous » des BET publics pour affirmer le « je » de l’acteur social, culturel et politique, a assumé le désert qu’ elle a eu à traverser , a supporté les quolibets des maçons, des ingénieurs et des maîtres d’ ouvrages pour qui nous ne sommes que des figurants imposés de l’acte de bâtir.

C’est un témoignage de ces 25 ans de pratique professionnelle libérale, dans les conditions sociales, économiques et politiques, qui ont imprimé à notre pays une trajectoire unique, que l’ exposition  » 25 ans et des poussières » invite le visiteur à parcourir.

Les dessins, les mots, les petites histoires qui s’offrent aux lecteurs, aux voyeurs, aux curieux et même aux détracteurs, se veulent un message d’amour pour ce métier, ce peuple et cette terre d’Algérie.

Mohamed Larbi MERHOUM

(Architecte-Urbaniste)

 

Pour citer cet article:

ML MERHOUM . 25 ans . catalogue de l’exposition « 25 ans et des poussières ». Ed.MLM.  2019. p.4.

GUERINEAU ET BASTELICA Architectes. (periode de l’entre-deux-guerres)

GUERINEAU et BASTELICA. Architectes

SALLE MAJESTIC ALGER (Auj ATLAS) .1928-30

Présenté en 1930 par la presse architecturale comme la salle de spectacle la plus grande d’Afrique, le Majestic, œuvre des architectes Guérineau et Bastélica, édifié entre 1928 et 1930, témoigne d’innovations importantes : il est doté d’un toit ouvrant, à la manière d’un pont roulant électrique, qui permet d’admirer le ciel lors des spectacles en soirée.

Réhabilitée en 1969 puis en 2003, la salle Atlas a subi plusieurs transformations. Les bas-reliefs de la façade, du sculpteur Alaphilippe, ont été enlevés. Les panneaux en marbre blanc ainsi que les arcades ajoutées pour prolonger la servitude de la rue Mohamed Seghir Saidaoui ont été introduits lors de ces campagnes de travaux.

Malgré les changements apportés au volume originel, le goût pour l’Art déco de l’époque y est toujours perceptible.

http://mutualheritage-alger.univ-tours.fr/items/show/135

SALLE DES FETES A ROUIBA

ECOLE A JIJEL (1935/36)

NOUVEAU GROUPE SCOLAIRE FORT-DE-L’EAU. ALGER 1934/35 

SOURCES : 

  • Les chantiers Nord-africains (1929/37)
  • http://mutualheritage-alger.univ-tours.fr/items/show/135
  • Picard Aleth. Architecture et urbanisme en Algérie. D’une rive à l’autre (1830-1962). In: Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°73-74, 1994. Figures de l’orientalisme en architecture. pp. 121-136;
  • Said Almi Urbanisme et colonisation présence fran aise en Algérie Liège Mardaga 2002.  160

Merci à MAHDI OUARAB. 

 

BALLU Albert

ALBERT BALLU 1849-1939

Architecte, inspecteur général des édifices musulmans :  « Fils de Théodore Ballu ; École des Beaux-arts, élève de Magne. Architecte en chef de l’Algérie pendant plus de trente ans où il dirige, en particulier, les fouilles de Tebessa et de Timgad. Il fut aussi chargé de la Charente, où il restaura les édifices de la Rochelle, les églises d’Esnandes et Chadenac, de la Corse (oratoire de Saint-Michel à Murato et l’église de Corbini), il travaille aussi à la cathédrale de Dol et à la tour Solidor de Saint-Servan en Bretagne. Architecte diocésain d’Aix-en-Provence, Alger et Ajaccio.Il prend sa retraite en 1921 ».

MEDERSA DE CONSTANTINE 1906-1909

CATHEDRALE /BIBLIOTHEQUE D’ORAN 1898-1900

Concernant ce projet, qui avait fait l’objet de beaucoup de modifications avant d’opter pour l’actuel édifice consulter l’article:

Dalila Senhadji, « La cathédrale du Sacré-Cœur d’Oran (1898-1913) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 13 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5838 ; DOI : 10.4000/mcv.5838

Sources ; 

  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/voc/protagonistes?protid=12821&protname=Ballu%2C+Albert+%281849-1939%29%2C+architecte
  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_BAH51/inventaire/objet-24057
  • Les photos de la medersa de Constantine . A.Bouchareb. 16. 09. 2009.

LUIGI MORETTI WALTER (années 1968-1973)

  • LUIGI MORETTI WALTER Architecte italien
  • (Rome, 22 novembre 1906 – Capraia, 14 juillet 1973)

HLM, Baïnem (wilaya d’Alger), 1976

HLM, Djen Ben Omar (Kouba, wilaya d’Alger)

HLM, El-Mohammadia (ex-Lavigerie) (wilaya d’Alger),1968

CEM (Collège d’enseignement moyen) de Hydra (wilaya d’Alger), vue générale 1969-71

  • HOTEL AURASSI Alger 1938-76
  •  Pierluigi Borlenghi, Lucio Causa, Giovanni Quadarella et l’ingénieur Silvano Zorzi, 1968-1976

D’après la liste des projets d’écoles et CEM réalisés par L.Moretti, figurent deux établissements à Constantine, un à Faubourg Lamy et l’autre à Sidi Mabrouk. Vu son style, je suis tenté par apparenter le Technicum Ali Boushaba (Sidi Mabrouk) à Luigi Moretti . (J’ai passé un cycle de ma scolarité dans ce Technicum entre 1971-1975).

Hôtel du Sahel au Club des Pins, Alger,

SOURCES :

  • http://elconum.huma-num.fr/
  • http://boowiki.info/art/architectes-italiens-du-xxe-siecle/luigi-moretti-architecte.html
  • Nabila Chérif, « Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction », Perspective [En ligne], 2 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7596 ; DOI : 10.4000/perspective.7596
  • Eleonora Carrano, « Luigi Moretti. Opere in Algeria – L’oeuvre Algérienne », Edizioni Prospettive, Rome, 2007

Merci à Mahdi Ouarab.

 

 

l’architecture-marketing sans architectes !

Architecture sans architectes ?

Une entreprise qui semble souvent spontanée,  instinctive, produit de réflexe du vivant qui refuse le destin de la passivité… Cet humain produit son « abri »,  une sorte d’accoutrement « grossier », fait de succédanés de différentes origines, un ersatz que seuls l’imaginaire et l’urgence peuvent réunir dans l’acte de bâtir…

L’architecture vernaculaire ou régionale, possède ce caractère à la différence que l’imaginaire est collectif, alors que l’acte de bâtir se base sur des expériences séculaires. L’architecture vernaculaire correspond à un ordre social et culturel issu des « codes » locaux. Au delà de l’abri fondamental à une existence stable et sécurisée, les hommes forts de leurs expériences, y insèrent le « confort » adéquat pour « habiter » en poètes.

Une chose est sûre. Les auteurs de cette architecture sont nombreux. Ils n’avaient pas fait de  l’esthétique un souci majeur. Oui, l’esthétique ne semble pas  s’inscrire comme une « valeur  » exclusive… »Fonctionnalistes », ces concepteurs/ bâtisseurs étaient pragmatiques, comptables, économes (qui signifiait écolo également) et réalistes tenaient à préserver leur unité avant tout. Resulat ; un ensemble sobre, expressif, cohérent, « respectueux », fonctionnel, organisé…..tout ce qui assemblé, ne peut ne pas s’inscrire dans les canons de la beauté, tant il répond favorablement à un mode de vie bien défini.

Ainsi, l’esthétique est un résultat au bout d’une entreprise correspondant aux attentes d’une communauté qui n’en fait pas une fixation….

A voir certains édifices aujourd’hui, la « précipitation » de l’architecte (surement sous la pression du client et  même des maîtres d’ouvrage public), est manifeste. L’unique souci, la seule préoccupation demeure celle d’un « rendu  » fascinant, impressionnant  et éblouissant…L’esthétique est dans ce qui fait montre de puissance: le monumental, le mondial (ou mondialisé:globalisé), géant, gigantesque, imposant, titanesque, dinosaurien,  colossal…(je multiplie les qualificatifs, pour dire que tout s’opère sur le visible). L’architecture dans cette entreprise se résume à un habillage de circonstance…..Paillettes et strass sont disponibles pour flanquer un zeste d' »événementiel »  à tout édifices pour « affirmer » une  présence parmi tant d’autres qui visent le même enjeu.

Dans ce sens, cette architecture « factice » peut être classée dans la même catégorie: « sans architecte », car l’auteur agissant sous la « pression » ne peut échapper à un modèle « catalogué », répétitif, froid, impertinent,  u-topique et atemporel. Une architecture du marketing.

Le statut « effacé  » de l’auteur correspond à l’anonymat de cette architecture « savante ». On fait peu cas de l’identité et de la signature  de l’architecte….. Une architecture  sans architecte.

L’architecture vernaculaire a ceci  de particulier qu’elle est « quasi-anatomique« . Aussi une architecte , ne se regarde pas elle se côtoie

! elle met tous les sens à contribution dans le jugement….

Loos aurait dit « l’architecte est un maçon qui a appris le l

atin« … C’est tous les apprentissages émanant des savoirs  vernaculaires insérés dans la culture savante….

L’architecture actuelle ne s’encombre pas des hésitations et des moments « dramatiques » accompagnant les phases de gestation et des balbutiements.  ….Ses auteurs ont appris le langage… informatique qui souvent se montre impuissant à libérer l’instinct du poète ou l’irrationalité de l’artiste.

  • Photo 1. Pole Judiciaire Constantine (
  • Photo 2. Centre commercial Sidi Mabrouk Constantine . (12.05.2020 à 15h00)

Abdelouahab Bouchareb, "l’architecture-marketing sans architectes !," Architectures algériennes, 13/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/338.

Abderrahmane BOUCHAMA

Né en 1910 à Alger mort en 1985.

Ingénieur à l’Institut polytechnique de Nantes puis étudie l’architecture à l’Ecole des Beaux-arts de Paris. 
Etudie la médersa Dar El Hadith (1936-1937).
Ouvre en 1963 une agence avec son fils Elias, actuel architecte du nouveau ministère des Affaires étrangères aux Annassers.
Fondateur et le premier président de l’Union des Architectes algériens.

Réalisations : les Archives nationales (Birkhadem), la Cour Suprême et le Centre culturel (Ben Aknoun), le siège du ministère du Tourisme ainsi que les Instituts islamiques de Constantine (1969), Tlemcen (1970), Caroubier (1972), mosquées dont celles d’El Biar (Place Kennedty) et de Hydra.

INSTITUT DES SCIENCES ISLAMIQUES CAROUBIER ALGER 1972

MOSQUEE MALEK IBN ANAS (année 70 ? ) 

Le LYCEE AHMED BEY CONSTANTINE (de mémoire, Institut islamique, affecté en lycée vers mi années 70)

Affiche Discours dans le Congrès Mondial des Partisans de la Paix  

OUVRAGES 

Article à lire  

  • https://drive.google.com/file/d/1QVTltr_mxzGkJQYgVhXoX8wyAm0zsFwZ/view?usp=sharing

Louis MIQUEL (Années 50)

Louis-Charles-Victor Miquel est né dans un village du Sud Oranais, Aïn Temouchent (Algérie), le 22 septembre 1913, et décédé à Sète en 1987.  Entré en 1927 à l’école des Beaux-Arts d’Alger, il obtient une bourse pour poursuivre ses études à Paris, où il travaille dans l’atelier de Le Corbusier. De retour à Alger en 1935, il monte les décors du théâtre de l’Equipe, fondé par Camus. Il est également employé au plan régional d’urbanisme de la région algéroise. En 1942, il revient en France

1957/62  Cité HLM Henri-Sellier, Alger (avec Pierre Bourlier et Pierre-André Emery, arch.)

1955 VILLA MINIMA (Ex. Orléansville, ex. El ASNAM , auj Chlef=

1950-1959. Groupe HLM Aéro-habitat, Alger (avec Pierre Bourlier et B. José Ferrer-Laloë, arch.)

1959. Villa Lehalle au Paradou, Alger (avec Pierre-André Emery, arch.)

  • Sources ;
  • Chantiers Nord-Africains.
  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_MIQLO

Documents à lire

  • https://drive.google.com/file/d/1v25hqMVlyC0kAxUKO5KuwyM8EUw7AnoU/view?usp=sharing
  • https://drive.google.com/file/d/1RjXVVF0S_KgFt_uBiJKuha1LKu60E_bW/view?usp=sharing
  • https://drive.google.com/file/d/1KdAPxIzV4_E_MFZMW1NXU31bPk59GHHR/view?usp=sharing
Immeuble de logement pour le compte du personnel de l’EGA , Telemly, 1952. (En collaboration avec A-P.Emery).  

SOURCE:  photos. Mahdi OURAB (Mai 2020)

Architecture à Alger entre les deux guerres (M.Lathuillière et A.Seiller)

  • Marcel LATHUILLIERE né le 3 aout 1903 à Paris décédé 1984  Architecte DPLG

Albert SEILLER né le 28 novembre 1901 a Alger Architecte Ancien élève de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris

Immeuble Rue Dr. Trolard (Auj.MokhtarAbdellatif)      MARCEL LATHUILLIERE. Asile de nuit Alger 1932.

Marcel Lathuillière (1903-1984), père de Jean Lathuillière, étudie aux Beaux-Arts de Paris (atelier Pontremoli) et s’installe comme jeune architecte à Alger en 1928 à l’occasion du concours du Foyer civique. Associé à Albert Seiller jusqu’à la mort de celui-ci fin 1938, puis de 1947 à 1975 à Nicolas Di Martino et Jean Dudych, en enfin de 1976 à 1984 à Jean Lathuillière et Pierre Dudych, il construit notamment un grand nombre d’immeubles de logement à Alger (entre autres, HBM avant-guerre; HLM Hussein-Dey, 1961; résidences à Alger), des écoles et lycées (ainsi à El Biar: école, 1939; école normale de jeunes filles, 1953; lycée de garçons), l’aérogare d’Alger-Maison-Blanche (1956) et puis ceux de Bône, Constantine et Reggane, et la cité administrative de Médéa (1961). Dans les années cinquante l’agence intervient aussi en France (immeubles à Montpellier) où elle est rapatriée en 1962.

        SALLE DE CINEMA LA PLAZA Alger. 1938

Immeuble Rue Sadi Carnot Alger .1930 (?)

ORPHELINAT BENI MESSOUS ..ALGER 1934/35

  • SOURCES :
  • Les chantiers Nord-Africains.
  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_LATJE