Tous les articles par Abdelouahab Bouchareb

ANDRE RAVEREAU

Né à Limoges en 1919. élelvé au rang d’Achir de l’Ordre du mérite national d’Algérie en 2012.

Cet ancien élève d’ Auguste Perret à l’École des Beaux Arts de Paris, visite la vallée du M’zab en Algérie en 1949 alors qu’il est étudiant. En découvrant les cités du M’zab, André Ravéreau prend conscience, au-delà du choc émotionnel, de ce que peut apporter cette architecture dans la définition de nouvelles pratiques.

Biographie :

En 1949, André Ravéreau étudiant en architecture se rend à Ghardaïa où il découvre l’architecture mozabite du M’Zab. Conscient de l’apport de cette architecture de tradition dans la définition de la modernité architecturale, il se décide à retourner au M’Zab avec d’autres étudiants. Les relevés des principaux monuments et édifices civils le conduisent à engager la création d’ateliers régionaux d’architecture où les étudiants conviés ont pu s’imprégner trois mois durant des lieux avant même d’engager leur travail de projetation.
En 1965, André Ravéreau est nommé architecte en chef des monuments historiques en Algérie, s’efforçant alors d’obtenir le classement de la vallée du M’Zab en 1970 avant de créer à Ghardaïa le premier atelier du ministère.
En quelques années, la réputation de l’atelier dépasse les frontières et des étudiants de toutes origines viennent s’affronter à la leçon du désert, comme en écho des leçons du célèbre Construire avec le peuple d’Hassan Fathy.
L’expérience de l’atelier du M’Zab constitue désormais une référence incontournable pour tous ceux qui essaient de concevoir une gestion du territoire plus respectueuse tout à la fois du contexte naturel et des cultures locales. C’est dans la discussion quotidienne avec les mozabites qu’André Ravéreau forge la dynamique de son projet.
Mode de vie, comme mode de construction font l’objet d’observations et de descriptions attentives que les étudiants sont invités à transcrire dans le dessin et à pratiquer sur les chantiers.

Source: : http://www.amazon.fr/Andr%C3%A9-Ravereau-latelier-du-d%C3%A9sert/dp/2863641204

L’architecte André Ravéreau cumule aujourd’hui une œuvre construite et écrite qui sont des manifestes en faveur d’une architecture cohérente, et “située”. Il s’est beaucoup consacré à l’étude des architectures et cultures méditerranéennes, toujours dans le soucis de comparer la pertinence du geste “savant”, à celle du savoir-faire “vernaculaire”.
En 1980, aux côtés d’Hassan Fathy, André Ravéreau obtient le prix Agha Khan d’architecture.

« Le vantail sur pivot »

« C’est dans l’architecture dite populaire que je trouve des subtilités constructives savoureuses, des inventions, une rigueur qui, à mes yeux, fait défaut à certaines architectures de “représentation”. […] Un effet statique n’a pas de culture ni d’époque, c’est le bon sens ; un sens imposé, car la sanction est immédiate. ».

André Ravéreau Élève d’Auguste Perret et marqué lors d’un voyage dans la vallée du M’Zab, il construit sa pensée entre l’enseignement d’un « poète, qui parle et pense en construction », et la « leçon » d’une architecture du désert, adaptée au contraintes de son milieu et inscrite dans l’épaisseur d’une culture.
Le vantail sur pivot est à la fois le fil rouge d’un voyage à travers la Méditerranée,un élément architectural qui nous parle d’usages et de modes d’habiter, et un détail qui permet du juger de la cohérence de l’ensemble.

Source: http://www.marseille.archi.fr/actualites/agenda/conference-le-vantail-sur-pivot-par-andre-ravereau/

Logements à Sidi Abbaz

réalisation – avec la participation de Michel Meert (suivi de chantier), et dans le cadre de l’ERSAURE

Hôtel des postes de Ghardaïa

réalisation – en association avec Michel Rossier et Béatriki Gattou
localisation  Ghardaïa, vallée du M’Zab (Algérie) – nature  réception, bureaux, logement – date  1966-1967 – client  Ministère des PTT

Plan d’urbanisme de Ghardaïa

étude – maquette réalisée par Daniel Baudet
localisation Ghardaïa, vallée du M’Zab, Algérie – nature plans d’urbanisme de détail – date 1960-62 – client OCRS (organisation commune des régions sahariennes)

J’ai été appelé en 1960 pour terminer le plan de Ghardaïa qui avait été préparé par Gerald Hanning. Le plan directeur étant en réalité achevé, je me suis attelé à la réalisation des plans de détails, notamment celui d’un ancien champ de manœuvre, situé à l’extérieur du ksar, et marqué par l’occupation française. Déjà un hôpital, une caserne, la gendarmerie, le commissariat et le palais de justice y étaient construits. L’espace entre ces bâtiments était parfois libre, parfois au contraire encombré au point de créer une sorte d’étranglement.

J’ai décidé de tirer parti des percées visuelles existantes sur le paysage environnant : le ksar de Melika, le minaret de Ghardaïa… J’ai souligné les directions de ces vues par une zone bâtie dense, permettant à la fois de canaliser la circulation, qui était très importante, et de masquer certains bâtiments trop imposants pour le lieu. L’agencement de la place était entièrement déterminé par ces percées visuelles. Plutôt que de déterminer un épannelage cherchant à caractériser les hauteurs des bâtiments à bâtir selon leur importance dans l’espace public, je voulais des constructions basses lorsque c’était nécessaire pour conserver les vues, mais je laissais le bâti libre de hauteur quand il ne les masquait pas.

Sans connaissance précise des besoins, j’ai établi un certain nombre de critères suggérés par l’interaction de chaque espace vis-à-vis de l’autre, et de l’ensemble vis-à-vis des percées visuelles ,dans un programme urbanistique très précis, indépendamment du programme d’affectation des équipements. C’est un arbitraire esthétique, mais quand il y a un contexte, ce n’est pas la peine de l’oublier.

SOURCE: http://www.aladar-assoc.fr/portfolio/plan-durbanisme-de-ghardaia/

PUBLICATIONS 

DJOUAHER Hammou (Architecte)

PRÉCISION 

Le but de cette catégorie est de faire connaitre les architectes algériens. En fait, il s’agit de mettre un nom sur un édifice, un ouvrage, un aménagement. Aussi, il n’est pas question de « mettre » en exergue un produit par rapport à un autre, ni un nom par rapport à un autre. Cette valorisation sera l’apanage des « pairs » ou des lecteurs….Car ici ne figurent que les « œuvres » accessibles sur le net, ou connues  et relevés par nos soins.

Aussi, je dois signaler que les contenus de chaque « tiroir » (correspondant à chaque architecte ) demeurent ouverts, pour y insérer des nouveautés, des modifications , ou même pour introduire  un mini CV.  Il suffirait de me les envoyer. 

IMMEUBLE DE BUREAU A CHERAGA (Alger) Année ? 

SIÈGE DU MINISTÈRE DES FINANCES ALGER

500 LOGEMENTS A MAGHNIA 

500 LOGEMENTS TIARET  

Projets et études
  • Concours
    • Siège du Ministère des Finances à Agha
  • Équipements publics
    • Immeuble de bureau à Chéraga
    • Centre régional des archives à Boumerdes
    • Centre des impôts de Boufarik
    • Centre des impôts de Blida
    • Centre de proximité des impôts à Tlemcen
    • Centre de proximité des impôts a Mansourah
    • École à Hydra
    • Complexe touristique « La sablette »
    • Centre régional des archives du trésor à Chlef
  • Logements promotions immobilières
    • 500 Logements à Tiaret
    • 500 Logements à Maghnia
  • Maisons individuelles
    • Villa à Draria
    • Restauration d’une maison individuelle

(Source;  https://prescriptor.info/architecte/?c=hamou-djouaher)

De la nécessité de lancer le débat sur l’architecture algérienne

L’Algérie est un musée d’architectures. Oui un musée pour le commun des mortels, pour ces gens qui ont voyagé, ces gens qui ont vu « du pays » ! Mais, pour les spécialistes, rien ne transparaît… C’est trivial, banal, peu pertinent.

Chaque architecte (qu’il soit professionnel, chercheur ou formateur) se complaît  dans son confinement, se cramponnant dans sa suffisance  à ses savoirs (ou ses non-savoirs) , ses connaissances (ou ses méconnaissances) , toujours hésitant à entamer le débat (en dehors des soucis corporatistes en rapport à l’exercice de la profession).

En tout cas le champ est toujours silencieux, ou peu bavard. Même à l’occasion des quelques rencontres organisées, les débats superficiels , circonstanciés ne peuvent outrepasser des limites d’une distanciation « normée » pour éviter les collusions de la passion. Et pourtant l’architecture et d’essence scolastique…et la passion est une condition de bonne santé. 

« L’architecture est un ensemble de connaissances et un savoir-faire réunis dans l’art de bâtir. Elle est l’émanation et la traduction d’une culture ». (Art.2. DL.94/07). Malgré sa  complétude et sa densité, il n’en demeure que cette sentence soit interrogeable  en rapport aux  détails et aux  interstices résultant de la coexistence des ses termes-clés.

Connaissances et savoir-faire, art de bâtir ou encore le rapport à la culture, cette discipline semble bien encadrée sur le plan juridique…mais la richesse proviendrait du déploiement des ressources offertes par les liens « hypertextes ». Art de bâtir, savoir-faire , héritage ou appropriation ? La culture, modèle de référence ou réinterprétation ?

Toutes ces interrogations sont en mesure de déclencher des débats houleux….Rien ! Toutes la palabres au sein de l’Ordre des Architectes sont confinées dans les « formalités » administratives en rapport avec l’exercice de la profession…(.CNOA )

Le Syndicat National des Architectes agrées Algériens ( SYNAA . A G élective du 23 janvier 2016) ) , relance le débat sur les intérêts la profession, en insistant sur la qualité architecturale et la maîtrise d’oeuvre. Ici, les chose semblent s’inverser, l’Ordre se soucie davantage des questions « socio-professionnelles » des architectes inscrits au Tableau National. Il donne cette impression d’une instance « socialisante ». Alors que le Syndicat annonce ses inclinations envers la production de la qualité architecturale et prône quelques pistes à même de lancer des débats pour trancher sur des questions fondamentales . (SYNAA)

En somme, le débat sur l’architecture demeure muet. Ce manquement est impardonnable tant le pays laisse constater que les nombreux immenses chantiers en BTP ne peuvent se dérouler dans les silence  . Car en l’absence d’un esprit critique, d’une dynamique de « sachants« , de synthèses de retours d’expériences ou d’un espace d’échange idéel, la qualité architecturale ne pourra être promue. et l’on craint que l’architecture (émanation et traduction d’une culture) ne succombe dans l’inertie des arts mécaniques .

Provocateur….peut-être qu’un sursaut...  

(photo. Beni Abbas. Nov..2013) 

 

Abdelouahab Bouchareb, "De la nécessité de lancer le débat sur l’architecture algérienne," Architectures algériennes, 04/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/31.