BALLU Albert

ALBERT BALLU 1849-1939

Architecte, inspecteur général des édifices musulmans :  « Fils de Théodore Ballu ; École des Beaux-arts, élève de Magne. Architecte en chef de l’Algérie pendant plus de trente ans où il dirige, en particulier, les fouilles de Tebessa et de Timgad. Il fut aussi chargé de la Charente, où il restaura les édifices de la Rochelle, les églises d’Esnandes et Chadenac, de la Corse (oratoire de Saint-Michel à Murato et l’église de Corbini), il travaille aussi à la cathédrale de Dol et à la tour Solidor de Saint-Servan en Bretagne. Architecte diocésain d’Aix-en-Provence, Alger et Ajaccio.Il prend sa retraite en 1921 ».

MEDERSA DE CONSTANTINE 1906-1909

CATHEDRALE /BIBLIOTHEQUE D’ORAN 1898-1900

Concernant ce projet, qui avait fait l’objet de beaucoup de modifications avant d’opter pour l’actuel édifice consulter l’article:

Dalila Senhadji, « La cathédrale du Sacré-Cœur d’Oran (1898-1913) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 13 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5838 ; DOI : 10.4000/mcv.5838

Sources ; 

  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/voc/protagonistes?protid=12821&protname=Ballu%2C+Albert+%281849-1939%29%2C+architecte
  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_BAH51/inventaire/objet-24057
  • Les photos de la medersa de Constantine . A.Bouchareb. 16. 09. 2009.

LUIGI MORETTI WALTER (années 1968-1973)

  • LUIGI MORETTI WALTER Architecte italien
  • (Rome, 22 novembre 1906 – Capraia, 14 juillet 1973)

HLM, Baïnem (wilaya d’Alger), 1976

HLM, Djen Ben Omar (Kouba, wilaya d’Alger)

HLM, El-Mohammadia (ex-Lavigerie) (wilaya d’Alger),1968

CEM (Collège d’enseignement moyen) de Hydra (wilaya d’Alger), vue générale 1969-71

  • HOTEL AURASSI Alger 1938-76
  •  Pierluigi Borlenghi, Lucio Causa, Giovanni Quadarella et l’ingénieur Silvano Zorzi, 1968-1976

D’après la liste des projets d’écoles et CEM réalisés par L.Moretti, figurent deux établissements à Constantine, un à Faubourg Lamy et l’autre à Sidi Mabrouk. Vu son style, je suis tenté par apparenter le Technicum Ali Boushaba (Sidi Mabrouk) à Luigi Moretti . (J’ai passé un cycle de ma scolarité dans ce Technicum entre 1971-1975).

Hôtel du Sahel au Club des Pins, Alger,

SOURCES :

  • http://elconum.huma-num.fr/
  • http://boowiki.info/art/architectes-italiens-du-xxe-siecle/luigi-moretti-architecte.html
  • Nabila Chérif, « Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction », Perspective [En ligne], 2 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7596 ; DOI : 10.4000/perspective.7596
  • Eleonora Carrano, « Luigi Moretti. Opere in Algeria – L’oeuvre Algérienne », Edizioni Prospettive, Rome, 2007

Merci à Mahdi Ouarab.

 

 

l’architecture-marketing sans architectes !

Architecture sans architectes ?

Une entreprise qui semble souvent spontanée,  instinctive, produit de réflexe du vivant qui refuse le destin de la passivité… Cet humain produit son « abri »,  une sorte d’accoutrement « grossier », fait de succédanés de différentes origines, un ersatz que seuls l’imaginaire et l’urgence peuvent réunir dans l’acte de bâtir…

L’architecture vernaculaire ou régionale, possède ce caractère à la différence que l’imaginaire est collectif, alors que l’acte de bâtir se base sur des expériences séculaires. L’architecture vernaculaire correspond à un ordre social et culturel issu des « codes » locaux. Au delà de l’abri fondamental à une existence stable et sécurisée, les hommes forts de leurs expériences, y insèrent le « confort » adéquat pour « habiter » en poètes.

Une chose est sûre. Les auteurs de cette architecture sont nombreux. Ils n’avaient pas fait de  l’esthétique un souci majeur. Oui, l’esthétique ne semble pas  s’inscrire comme une « valeur  » exclusive… »Fonctionnalistes », ces concepteurs/ bâtisseurs étaient pragmatiques, comptables, économes (qui signifiait écolo également) et réalistes tenaient à préserver leur unité avant tout. Resulat ; un ensemble sobre, expressif, cohérent, « respectueux », fonctionnel, organisé…..tout ce qui assemblé, ne peut ne pas s’inscrire dans les canons de la beauté, tant il répond favorablement à un mode de vie bien défini.

Ainsi, l’esthétique est un résultat au bout d’une entreprise correspondant aux attentes d’une communauté qui n’en fait pas une fixation….

A voir certains édifices aujourd’hui, la « précipitation » de l’architecte (surement sous la pression du client et  même des maîtres d’ouvrage public), est manifeste. L’unique souci, la seule préoccupation demeure celle d’un « rendu  » fascinant, impressionnant  et éblouissant…L’esthétique est dans ce qui fait montre de puissance: le monumental, le mondial (ou mondialisé:globalisé), géant, gigantesque, imposant, titanesque, dinosaurien,  colossal…(je multiplie les qualificatifs, pour dire que tout s’opère sur le visible). L’architecture dans cette entreprise se résume à un habillage de circonstance…..Paillettes et strass sont disponibles pour flanquer un zeste d' »événementiel »  à tout édifices pour « affirmer » une  présence parmi tant d’autres qui visent le même enjeu.

Dans ce sens, cette architecture « factice » peut être classée dans la même catégorie: « sans architecte », car l’auteur agissant sous la « pression » ne peut échapper à un modèle « catalogué », répétitif, froid, impertinent,  u-topique et atemporel. Une architecture du marketing.

Le statut « effacé  » de l’auteur correspond à l’anonymat de cette architecture « savante ». On fait peu cas de l’identité et de la signature  de l’architecte….. Une architecture  sans architecte.

L’architecture vernaculaire a ceci  de particulier qu’elle est « quasi-anatomique« . Aussi une architecte , ne se regarde pas elle se côtoie

! elle met tous les sens à contribution dans le jugement….

Loos aurait dit « l’architecte est un maçon qui a appris le l

atin« … C’est tous les apprentissages émanant des savoirs  vernaculaires insérés dans la culture savante….

L’architecture actuelle ne s’encombre pas des hésitations et des moments « dramatiques » accompagnant les phases de gestation et des balbutiements.  ….Ses auteurs ont appris le langage… informatique qui souvent se montre impuissant à libérer l’instinct du poète ou l’irrationalité de l’artiste.

  • Photo 1. Pole Judiciaire Constantine (
  • Photo 2. Centre commercial Sidi Mabrouk Constantine . (12.05.2020 à 15h00)

Abdelouahab Bouchareb, "l’architecture-marketing sans architectes !," Architectures algériennes, 13/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/338.

Abderrahmane BOUCHAMA

Né en 1910 à Alger mort en 1985.

Ingénieur à l’Institut polytechnique de Nantes puis étudie l’architecture à l’Ecole des Beaux-arts de Paris. 
Etudie la médersa Dar El Hadith (1936-1937).
Ouvre en 1963 une agence avec son fils Elias, actuel architecte du nouveau ministère des Affaires étrangères aux Annassers.
Fondateur et le premier président de l’Union des Architectes algériens.

Réalisations : les Archives nationales (Birkhadem), la Cour Suprême et le Centre culturel (Ben Aknoun), le siège du ministère du Tourisme ainsi que les Instituts islamiques de Constantine (1969), Tlemcen (1970), Caroubier (1972), mosquées dont celles d’El Biar (Place Kennedty) et de Hydra.

INSTITUT DES SCIENCES ISLAMIQUES CAROUBIER ALGER 1972

MOSQUEE MALEK IBN ANAS (année 70 ? ) 

Le LYCEE AHMED BEY CONSTANTINE (de mémoire, Institut islamique, affecté en lycée vers mi années 70)

Affiche Discours dans le Congrès Mondial des Partisans de la Paix  

OUVRAGES 

Article à lire  

  • https://drive.google.com/file/d/1QVTltr_mxzGkJQYgVhXoX8wyAm0zsFwZ/view?usp=sharing

Louis MIQUEL (Années 50)

Louis-Charles-Victor Miquel est né dans un village du Sud Oranais, Aïn Temouchent (Algérie), le 22 septembre 1913, et décédé à Sète en 1987.  Entré en 1927 à l’école des Beaux-Arts d’Alger, il obtient une bourse pour poursuivre ses études à Paris, où il travaille dans l’atelier de Le Corbusier. De retour à Alger en 1935, il monte les décors du théâtre de l’Equipe, fondé par Camus. Il est également employé au plan régional d’urbanisme de la région algéroise. En 1942, il revient en France

1957/62  Cité HLM Henri-Sellier, Alger (avec Pierre Bourlier et Pierre-André Emery, arch.)

1955 VILLA MINIMA (Ex. Orléansville, ex. El ASNAM , auj Chlef=

1950-1959. Groupe HLM Aéro-habitat, Alger (avec Pierre Bourlier et B. José Ferrer-Laloë, arch.)

1959. Villa Lehalle au Paradou, Alger (avec Pierre-André Emery, arch.)

  • Sources ;
  • Chantiers Nord-Africains.
  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_MIQLO

Documents à lire

  • https://drive.google.com/file/d/1v25hqMVlyC0kAxUKO5KuwyM8EUw7AnoU/view?usp=sharing
  • https://drive.google.com/file/d/1RjXVVF0S_KgFt_uBiJKuha1LKu60E_bW/view?usp=sharing
  • https://drive.google.com/file/d/1KdAPxIzV4_E_MFZMW1NXU31bPk59GHHR/view?usp=sharing
Immeuble de logement pour le compte du personnel de l’EGA , Telemly, 1952. (En collaboration avec A-P.Emery).  

SOURCE:  photos. Mahdi OURAB (Mai 2020)

Architecture à Alger entre les deux guerres (M.Lathuillière et A.Seiller)

  • Marcel LATHUILLIERE né le 3 aout 1903 à Paris décédé 1984  Architecte DPLG

Albert SEILLER né le 28 novembre 1901 a Alger Architecte Ancien élève de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris

Immeuble Rue Dr. Trolard (Auj.MokhtarAbdellatif)      MARCEL LATHUILLIERE. Asile de nuit Alger 1932.

Marcel Lathuillière (1903-1984), père de Jean Lathuillière, étudie aux Beaux-Arts de Paris (atelier Pontremoli) et s’installe comme jeune architecte à Alger en 1928 à l’occasion du concours du Foyer civique. Associé à Albert Seiller jusqu’à la mort de celui-ci fin 1938, puis de 1947 à 1975 à Nicolas Di Martino et Jean Dudych, en enfin de 1976 à 1984 à Jean Lathuillière et Pierre Dudych, il construit notamment un grand nombre d’immeubles de logement à Alger (entre autres, HBM avant-guerre; HLM Hussein-Dey, 1961; résidences à Alger), des écoles et lycées (ainsi à El Biar: école, 1939; école normale de jeunes filles, 1953; lycée de garçons), l’aérogare d’Alger-Maison-Blanche (1956) et puis ceux de Bône, Constantine et Reggane, et la cité administrative de Médéa (1961). Dans les années cinquante l’agence intervient aussi en France (immeubles à Montpellier) où elle est rapatriée en 1962.

        SALLE DE CINEMA LA PLAZA Alger. 1938

Immeuble Rue Sadi Carnot Alger .1930 (?)

ORPHELINAT BENI MESSOUS ..ALGER 1934/35

  • SOURCES :
  • Les chantiers Nord-Africains.
  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_LATJE

 

LOUNES MESSAOUDI

MESSAOUDI Lounès
Architecte diplômé, Prix National d’Architecture 2012 et Nominé pour le Prix International AGA KHAN 2013
Né le 6 mars 1965 à Makouda (Algérie), diplômé de l’École d’Architecture de Paris Villemin en 1994, il a exercé dans plusieurs cabinets d’architecture parisiens avant de s’installer en tant que libéral. En 2008, il crée en France, avec l’architecte Alain Cayol, la société MC Architectes et installe un atelier d’architecture en Algérie où il obtient le Prix National d’Architecture en 2012 et est toujours à la recherche d’une solution architecturale épurée et minimaliste adaptée aux besoins complexes d’aujourd’hui. Pour lui « le produit de l’acte de bâtir ne devrait en aucun cas être une copie ou un objet formel destiné à flatter l’égo de son auteur ou de son propriétaire, mais un objet unique adapté à son contexte, résultant d’une démarche sérieuse et exigeante de l’esquisse à la livraison ».
Contact : messaoudiarchitecte@gmail.com

Tiziri Fecondation in Vitro Center

Sources bibliographiques

 

CE VOLET SERA RÉGULIÈREMENT MIS A JOUR 

Wissam Meziane, « Les limites du droit algérien dans la promotion de la ualité de l’environnement bâti », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11885

Rachid Sidi Boumedine (Sous la direction de). L’urbanisme en Algérie. Echec des instruments ou instruments de l’échec ? Ed. Les Alternatives Urbaines, 2013, 228 p.

Myriam Maachi Maïza, « L’architecture de Fernand Pouillon en Algérie », Insaniyat / إنسانيات [Online], 42 | 2008, Online since 30 September 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/6707 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.6707

Regnault, Cécile. Bousquet, Luc. (2018) Fernand Pouillon, le double exilé de la politique du logement. Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère. DOI: 10.4000/craup.769

Deluz, J. JL’urbanisme et l’architecture d’Alger. Aperçu critique. – Alger / Liége, OPU/ P. Mardaga, 1988.- 199 p.

Tewfik Guerroudj, « La question du patrimoine urbain et architectural en Algérie  », Insaniyat / إنسانيات [Online], 12 | 2000, Online since 31 October 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/7892 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.7892

Mohamed Madani, « Le travail de conception : les représentations des architectes/urbanistes », Insaniyat / إنسانيات [Online], 1 | 1997, Online since 21 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11431

,عمارة بكوش ce 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11984 ; DOI : htt« الهندسة المعمارية المدرسية », Insaniyat / إنسانيات [Online], 6 | 1998, Online sinps://doi.org/10.4000/insaniyat.11984

Ammara Bekkouche, « In memoriam », Insaniyat / إنسانيات [Online], 44-45 | 2009, Online since 13 March 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/118

Ravereau, André. – La Casbah d’Alger, et le site créa la ville. – Préface de Mostéfa Lacheraf. – Paris, Sindbad, 1989.- Collection Bibliothèque arabe.

Myriam MAACHI-MAÏZA : La composition architecturale dans l’œuvre de Fernand Pouillon. Cas d’étude : projets situés dans le Sud-ouest algérien.

(Directeur de recherche : Ammara BEKKOUCHE). Magister en architecture, option Habitat saharien, 124 p., 53 figures, 24 photos, 15 planches. Centre universitaire de Béchar, 2002.

Toussaint, Jean-Yves – Architecte Urbaniste. Un fragment de la crise algérienne- Thèse de Doctorat de l’Université en sociologie urbaine. Nanterre, 1993. 641 p.

Lesbet, Djafar.- La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social.- Alger, O.P.U., 1985.

Abed Bendjelid, « Villes algériennes : premier bilan, premières perspectives », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11882

Zoulikha Boumaza, « Le Vieux Constantine, ambiguïté d’un patrimoine », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11774

Abdelkader Lakjaa, « La ville : creuset d’une culture nouvelle. (Villes, cultures et société en Algérie) », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11785 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11785

Ammara Bekkouche, « Aux origines d’Oran : le ravin de Ras el-Aïn », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11858 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11858

Saddek Benkada, « La création de Médina Jdida, Oran (1845) : un exemple de la politique coloniale de regroupement urbain », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11866

Assia Malki Allouani, « Quartiers de formation coloniale : processus de réappropriation de l’espace colonial. Le cas du Coudiat-Aty à Constantine », Insaniyat / إنسانيات [Online], 14-15 | 2001, Online since 31 January 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/9631 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.9631

فوزي بودقّة, « وجه مدينة الجزائر وجوانب من مسارها العمراني », Insaniyat / إنسانيات [Online], 44-45 | 2009, Online since 11 June 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/2129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.2129

Zoulikha Boumaza, « Le Vieux Constantine, ambiguïté d’un patrimoine », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11774

Zoulikha Boumaza, « La rue dans le vieux Constantine : espace public, marchand ou lieu de sociabilité ? », Insaniyat / إنسانيات [Online], 2 | 1997, Online since 21 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11500

Nabila Chérif, « Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction », Perspective [En igne], 2 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7596 ; DOI : 10.4000/perspective.7596

Feriel Ines Boulbene-Mouadji, « Fernand Pouillon : un bilan historiographique », Perspective [Online], 2 | 2017, Online since 30 June 2018, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.7686

Marc Bédarida, Fernand Pouillon, Paris, 2012, avec des éléments inédits sur l’œuvre de l’architecte, une iconographie remarquable, en particulier de ses réalisations en France et en Algérie coloniale.

Bernard Marrey, Catherine Sayen et Marc Bédarida, Conversations autour… de Fernand Pouillon, modéré par Simon Texier, vidéo publiée par la Cité de l’architecture et du patrimoine en 2013 [en ligne : https://webtv.citedelarchitecture.fr/video/conversations-autourde-fernand-pouillon

Rym Merzelkad, Fernand Pouillon dans la ville d’Alger : connaissance et reconnaissance d’un habitat integré. Cas de l’ensemble du “Climat de France”, Sarrebruck, 2011.

Hadjilah, Asma. « L’architecture des premières maisons européennes d’Alger, 1830-1865. » Artl@s Bulletin 5, no. 1 (2016): Article 2

Samia Henni ARCHITECTURE DE LA CONTRE-RÉVOLUTION L’armée française dans le nord de l’Algérie. Edition B42.

Ines Feriel Boulbene-Mouadji,       Le style neo-mauresque en algerie fondement-portee-reception : (À travers quelques exemples d’édifices à Annaba, Constantine et Skikda. Magister. Soutenu 2012.(Sous la direction de A.BOUCHAREB). Dep.d’Archi. Univ. Mentouri Constantine .

Almi Said, 2002, Urbanisme et colonisation présence française en Algérie, Paris,Pierre Mardaga.

Bacha Myriam, 2011, « Des influences traditionnelles et patrimoniales sur les architectures du Maghreb contemporain », in Architectures au Maghreb (xixe –xxe  siècles), Presses universitaires François Rabelais, p. 1-33

Aiche Boussad, Cherbi Farida et Oubouzar Leila, 2006, « Patrimoine architectural et urbain des xixe et xxe  siècles en Algérie. Projet Euromed Héritage II. Patrimoines partagés », Revue Campus n°3, Septembre 2006, p. 5-17.

Bensmail Sadri, 1995, « la ville comme lieu du changement des pratiques et de représentation idéologiques dialogue et affrontements interculturels en Algérie » in The third Nordic conference on Middle Eastern Studies , 19-22 juin, Finlande.

Cresti Federico, 2003, « Une façade pour Alger : le boulevard de l’impératrice »,in Jean-Louis Cohen, Nabila Oulebsir, Youcef Kanoun (dir.), Alger, Paysages urbain et architecture, 1800-2000, Paris, L’imprimeur, p. 64-87

Mechta Karim, 1991, Maghreb : architecture et urbanisme : patrimoine, tradition et modernité, Paris, Publisud.

Oulebsir Nabila, 1998, « Du politique à l’esthétique : l’architecture néo mauresque à Alger », in Dakhlia J. (dir.), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Actes Sud, p. 299-321

Oulebsir Nabila —, 2004, Les Usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930, Paris, La Maison des sciences de l’homme.

Oulebsir Nabila et al., 2003, Alger. Paysage urbain et architectures, 1800-2000, Paris/Besançon, L’Imprimeur Oulebsir Nabila et Volait Mercedes (dir.), 2009, L’orientalisme architectural, entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard CNRS