Archives par mot-clé : Tange

SIGNATURES D’ARCHITECTURE MODERNE A CONSTANTINE

Quel hasard a fait  que des grandes signatures de l’Architecture Moderne se retrouvent sur un site aussi important dans le paysage constantinois ?

Sur la RN 79 au sud de Constantine remontant vers le Plateau de Ain El Bey, Oscar Niemeyer (en 1969), Fernand Pouillon (mi-années 70) et Kenzo Tange (76/77) avaient, chacun de son côté, dessiné un projet, qui aujourd’hui comme un ensemble, marque le paysage de la ville.

Franchement, nous avons (en tant qu’habitants et architectes) mis du temps pour saisir la valeur de ces interventions et les enjeux qu’elles constituent pour la ville. En effet, ces trois réalisations inscrivent Constantine dans la trame historique mondiale concernant la promotion de l’Architecture Moderne. Mis à part , Fernand Pouillon, “fils  de la maison”, adopté pour ses réalisations des complexes et autres équipements touristiques post-coloniales, les styles des deux autres  sont considérés comme “avant-gardistes”.

Oui, entre le brutalisme de Niemeyer,  poésie du béton et le métabolisme de Tange,  comme une rupture avec les préceptes figés du MM, Constantine était, sans le savoir, un ilot ou se jouait l’histoire de l’architecture dans un débat par styles interposés.

Dans ces disputations sommitales, Pouillon étalait une riche connaissances des architectures locales vernaculaires, à travers des réinterprétations savantes. Ainsi, La cité U (appelée d’ailleurs Pouillon, officiellement Mentouri) laisse entrevoir un grand nombre de détails architecturaux émanant de lectures expertes de modèles originaux issus des casbahs et des médinas….

Aujourd’hui, ce site très remarquable est en passe de “dénaturation”. 

Au niveau des édifices, l’Université de Niemeyer a subi quelques réaménagements qui ont éclipsé les performances  et l’audace voulues par l’architectes….En clôturant le tour des pilotis du Bloc des Lettres, le défi à la gravitation, jadis très visibles est aujourd’hui estompés. La Cité U 2000 lits (Aicha), n’est pas fonctionnelle….ce qui risque d’accélérer son altération. Quand à la Cité U Pouillon, le manque d’entretien est flagrant.

Au niveau du paysage, l’éperon Draa Boufrika, dont la ligne de “crête” laissait voir l’atterrissage  “élégant” des bâtiments s’est aujourd’hui complètement dilué avec les mastodontes “architecturales”, l’Hôtel Marriott et le nouveau Pôle Judiciaire….

Il y a urgence….. Il va falloir “sauver” les bâtiments et préserver le paysage.  

 

Abdelouahab Bouchareb, "SIGNATURES D’ARCHITECTURE MODERNE A CONSTANTINE," Architectures algériennes, 08/01/2021, https://archialg.hypotheses.org/761.