Archives par mot-clé : vernaculairer

L’ARCHITECTURE ALGERIENNE EXISTE, ELLE DOIT ETRE REINVENTEE

C’est une des questions qui taraudent les architectes algériens (en tout cas un bon nombre). Certains font des efforts louables pour l’inventer.  Car cela relève de leur existence en tant que cadres incarnant les “démiurges”, dont la mission est de mettre en place un environnement architectural familier, authentique et aussi performant à hauteur de la richesse des architectures vernaculaires.

Comment la faire exister? l’inventer ?

La loi de 1994 est est restée dans le flou “philosophique”. Si l’art de bâtir se nourrit des connaissances et d'”un savoir-faire“, l’architecture est “l’émanation et la traduction d’une culture“.  Si nous considérons que la culture “comme tout ce qui , dans le milieu est dû à l’homme” (M.J. Herskovits, l’anthropologie culturelle), il est suggéré  que l’architecture est un fait de culture, elle est sensée reproduire le fond culturel  local.

Qu’y a-t-il comme efforts ou travaux qui ont tenté de dépasser cet hiatus?  Rares…  Et pourtant cette architecture algérienne doit être inventée. Personnellement, et d’après mes connaissances, je cite dans cette catégorie:

  1. Le néo-mauresque initié par Jonnart (Gouverneur de l’Algérie en 1900) . Il est certainement caricatural, “faux”, mimétique et ” vicieux”. Il reconduisait des poncifs de l’orientalisme déjà éprouvés en orient. Le Maghreb (maure) est différent de l’orient, par son histoire propre,  sa proximité à Rome antique , à la Grèce antique  et à l’Andalousie (médiévale). Le lancement du néo-mauresque a été précédé d’un “engouement” artistique envers la vie sociale algérienne et domestique intime. Ce dévoilement avait mis a nu les rapports intimes des maghrébins à l’art de bâtir, aux matériaux, aux  couleurs  et à l’artisanat (Delacroix). Les artistes  peintres avaient excellé dans la reproduction des détails architecturaux et architectoniques. C’est comme s’ils préparaient le catalogue “stylistique” des éléments à faire figurer partout.  Quelques “clins d’oeil” ont été savamment incrustés dans le style classique avant 1900. Puis, des études savantes ont été effectuées  sur le style mauresque brut par les frères Marçais (Willian et Georges), sans oublier les travaux de Dutoit vers la fin du XIXe S.  Enfin la “décision” politique, incarnée par Jonnart a été incontournable.
  2. Les travaux de Simounet pour le CIAM 9 de 1953 restent quand même une expérience riche en enseignements dans l’approche de l’habitat. En fait, tout ce que l’homme réalise pour vivre (ou survivre) doit constituer une référence incontournable, avec ses malfaçons, ses maladresses et ses aberrations.  Simounet avait “retracé” (dans les détails) cet espace produit juste pour montrer que l’architecture  réside essentiellement dans l'”habiter”, en tant que rapports intimes de l’homme à l’espace. Faut-il rappeler que ces travaux avaient favorisé la naissance de l’Institut d’Urbanisme d’Alger (sous la houlette de Maisonseul). Là aussi, les études de détails, de l’intimité des rapports de l’homme à son habitat, à sa production “spontanée” (bidonvilles) ,  même pleine de “maladresses” , demeurent chez les “visionnaires” un génie populaire inestimable à exploiter. Cette innovation avait rencontré d’une volonté “politique” pour réaliser des objectifs en  permettant aux “novateurs” d’accéder à des commandes publiques .
  3. Justement, ce génie populaire  a été bien identifié par  Ravereau et Pouillon entre autres . Pour le second, il a nourri de  véritables inclinations aux  détails des “architectures vernaculaires”, qu’il avait magnifiquement réinterprétés dans ses œuvres pour l’Algérie indépendante. Il ne faut oublier aussi cet adossement à une “autorité” politique qui l’avait vraiment  priorisé dans des commandes du secteur touristique. Mais le résultat aussi probant  laisse apparaitre cette passion et ce génie de l’architecte pour le vernaculaire, dépourvu des poncifs et des clichés orientalisant.  Aujourd’hui, l’homme et ses œuvres font l’objet de thèses…  il inspire aussi des jeunes architectes à oser réinterpréter ce vernaculaire et produire aussi quelques lectures originales susceptibles de cultiver quelques orientations pour “adopter” un style national (néanmoins sans appui politique franc.).

Rapidement, nous pouvons conclure qu’une architecture algérienne ne peut se “concrétiser” sans:

  1. Une volonté politique franche, claire et motivée.
  2. Des recherches savantes sur les architectures vernaculaires, regroupant tous les corps de métiers, universitaires, sociologues, artistes, architectes, urbanistes, paysagistes, historiens, critiques d’art….
  3. Des “essais” suivis et évalués rigoureusement  dans des commandes publiques.
Abdelouahab Bouchareb, "L’ARCHITECTURE ALGERIENNE EXISTE, ELLE DOIT ETRE REINVENTEE," Architectures algériennes, 21/11/2020, https://archialg.hypotheses.org/739.