Archives de catégorie : Architectures modernes 1960-2000

Architecture de l’Algérie indépendante 1960-2000

Ilyes SALHI

Mr.SALHI LYES – Architecte Manager

  • Diplômé de l’école Polytechnique d’Architecture et D’Urbanisme – EPAU – ALGER – 1980.
  • Président Directeur Général – BET’S…….Depuis 1999
  • S/Directeur Technique – Direction des Résidences Officielles – Présidence de la République ………………1991 / 1994
  • Chef de Projet de Cinq (05) Résidences d’Hôtes – Zéralda – Présidence de la République ……………..1988 / 1990
  • Chef de Projet, Ecole Supérieure des Cadres, Bouzaréah – Présidence de la République ……………..1986 / 1987
  • Directeur de Projets, Hôtel El Mithaq, Centre socioculturel – Riadh El Feth ( le Monument )……… 1983 / 1986

HOTEL BENIS (HASSI MESSAOUD)

  • Surface du terrain : 54 400 m²
  • Surface emprise au so
  • l : 8700 m²
  • Surface plancher : 31 000 m²
  • Hotel : 15 500 m²
  • Villa : 4320 m²
  • Centre conférences : 2450 m²
  • Business center : 8730 m²

240 Logements Tigditt – Mostaganem

Mohamed Larbi MERHOUM

Mohamed Larbi MERHOUM né le 16 janvier 1964 à Alger. Architecte/urbaniste diplômé de l’EPAU en  1987.

  • Passage au BEREG (Bureau d’Etude et de Recherche et d’Engineering Général).
  • En 1993 Il fonda sa propre Agence MLM. 
  • 1995-1998, président du Conseil Local de l’Ordre des Architectes d’Alger (CLOA).
  • 1999 Prix du Président de la République  avec le projet du SIEGE CNEP de Sétif.
  • 2004. Prix National d’Architecture  avec projet du SIEGE SOFINANCE Alger.
  • 2012. Prix National d’Architecture avec un projet IMMEUBLE HISTORIAL Alger.   

LE SIEGE CNEP DE SETIF 1999

HISTORIAL Rue Benmhidi ALGER 2004

 

H HOUSE ALGER 2007

 

BIBLIOTHÈQUE TELEMLY ALGER 2004

Cette bibliothèque de quartier, conçue en 2004 par l’architecte Larbi Merhoum, s’inscrit dans la lignée des édifices qui ont investi la ligne de crête depuis les années 1950.

Ce bâtiment, qui surplombe l’ancien quartier de la Robertseau, s’offre une double échelle : l’une domestique, en rapport avec le quartier pavillonnaire dans lequel il s’insère, et l’autre comme un repère urbain, puisqu’il s’adresse de manière évidente à la ville.

Son programme culturel a été l’occasion pour l’auteur de transcrire sur la façade l’esthétique de l’œuvre picturale de Mondrian.

 

 

 

 

 

 

RESIDENCE BEL HORIZON BOUISMAIL

LYCEE TIARET 

 

Rencontre
Alger #3 : Mohamed-Larbi Marhoum “regarde la ville en architecte”
Alger est l’une des dernières métropoles populaires de la Méditerranée. Balade impressionniste, toute cette semaine,
avec des Algérois qui nous racontent leur ville. Aujourd’hui, la journaliste Ghania Mouffok rencontre l’architecte
Mohamed-Larbi Marhoum.
Quand Mohamed-Larbi Marhoum, l’un des meilleurs architectes algériens, fait l’éloge convaincu et convaincant d’Alger dans sa partie européenne, et que vous lui faites remarquer que c’était quand même une ville coloniale de laquelle étaient exclus les «indigènes » , il balaie le passé et parle d’avenir : «Je regarde cette ville en architecte. Alger a supporté les pieds-noirs, puis les Algériens se la sont appropriée en 1962. Cette ville est destinée à avoir plusieurs vies . » A 45 ans, passant facilement de l’arabe au français ou à
l’algérois, inspiré autant par le pionnier de l’abstraction Piet Mondrian que par le chaâbi, la musique populaire algéroise, Mohamed-Larbi Marhoum lâche de sa voix gouailleuse : «Nous n’avons pas réussi, depuis soixante ans, à faire un jardin, trois rues alignées correctement…»
L’aveu est d’autant plus terrible que la rue sur laquelle nous avançons porte le nom de son oncle maternel, Larbi Ben M’hidi, héros de la bataille d’Alger, assassiné par les paras français. Si l’héritage est lourd, il libère. Marhoum entre à son tour dans l’Histoire comme le premier architecte algérien à poser son empreinte sur cette rue : après des années d’attente et de travaux au ralenti, il vient de mettre la dernière main à l’Historial, un magnifique écrin pour un lieu culturel aux contours encore mal définis, voulu et financé par la ville d’Alger. Ce lieu polyvalent, mi-centre culturel, mi-médiathèque, pourrait être dirigé par l’écrivain Amine Zaoui.
L’ouvrage contemporain, blanc, est glissé comme une évidence dans cette rue historique (l’ex-rue d’Isly du temps de la colonisation), entre deux immeubles haussmanniens. A l’intérieur, tout devient transparent. Economie de murs, baies vitrées qui donnent à voir d’un
côté la rue Larbi Ben M’hidi et de l’autre, depuis la terrasse, les toits d’Alger. Au loin, la mer. « Il était impossible que quelqu’un d’autre que moi bâtisse ici, sur une rue qui porte le nom de mon oncle ! » s’exclame l’architecte, qui s’est longuement interrogé avant de dessiner le bâtiment : « Comment intervenir sur un territoire aussi dessiné ? Comment fabriquer une institution culturelle qui ne soit pas un symbole de pouvoir ? »
Pari réussi. Mais il aura fallu convaincre le maître d’ouvrage, la mairie d’Alger. Refuser de se soumettre aux canons de
l’esthétique d’aujourd’hui, entre kitscherie et pastiche d’un passé fantasmé. Imposer cette simplicité, ces surfaces sans murs, comme une idée de liberté. Plusieurs fois couronné par les pouvoirs publics, Mohamed-Larbi Marhoum exerce depuis près de vingt ans dans le privé ; il s’autorise d’ailleurs une critique radicale de la politique d’urbanisme menée par les gouvernants algériens : «
Il leur manque un projet de société.

Pendant longtemps, on a considéré que l’Algérien était monochrome, ni en haut, ni en bas, ni à gauche, ni à droite. Tout ceci fabrique des politiques urbaines… totalement à côté. Cette cécité a donné des ghettos pour riches à côté des « bombes à retardement » que sont les

grands ensembles de banlieue où « l’on déplace les Algérois de quartiers innommables pour les jeter à soixante kilomètres sans aucun repère. On va en payer le prix, c’est sûr ». Le soir tombe, les rues s’apaisent. Les embouteillages se résorbent, rendant la ville à ses habitants qui prennent l’air au pied de leurs immeubles : « Alger compte 3 millions d’habitants et 2 millions la traversent tous les jours alors qu’elle a été conçue à l’origine pour 500 000 habitants. La ville résiste et continue de fonctionner. Ce qui prouve à quel point elle a du ressort ».
Ghania MOUFFOK
le 16.07.2011
http://www.telerama.fr/monde/alger-3
QUELQUES LIENS
https://www.youtube.com/watch?v=pv2EXlBp2HI
https://www.elwatan.com/pages-hebdo/magazine/mohamed-larbi-merhoum-architecte-architecte-un-metier-de-liberte-07-06-2019
https://www.facebook.com/MLarbi.Merhoum.Architectes/
https://www.youtube.com/watch?v=o3wWJ8XqC3I
https://www.liberte-algerie.com/culture/un-nouveau-regard-sur-larchitecture-317325
https://viesdevilles.net/pvdv/459/larbi-merhoum-quand-l-experimentation-est-permise
http://www.lexpressiondz.com/culture/25-ans-de-med-larbi-merhoum-315908

https://www.cairn.info/revue-la-pensee-de-midi-2001-1-page-45.htm

MERCI à
.M.Md Larbi MERHOUM
Mme Amina Wissem BOUMACHOUK
Toute l’équipe de MLM. 

DELUZ Jean-Jacques

« Depuis quelques années, je dessine une ville nouvelle près d’Alger. C’est peut-être l’œuvre d’art la plus

informelle, la plus folle, la plus stimulante, la plus décevante aussi, qui soit, puisqu’elle se fait dans un
temps, dans une échelle qui nous échappent, et dans des conflits qui lui sont inhérents.
Mais c’est aussi le creuset dans lequel toutes les expériences se rassemblent, – l’affrontement au site,
le concept urbain, la matérialisation des espaces, les relations de l’espace à la technologie,
le mélange complexe des interférences politiques et historiques, le hasard, l’objectif et le subjectif. »

  • Les voies de l’imagination, Jean-Jacques Deluz,Éd. Bouchène, Saint-Denis, 2003

« Je suis né à Lausanne en 1930, un 8 avril, sous le signe du Bélier. »  Décédé le 30 avril 2009 à Ain Naadja. 

EPAU

L’école d’Architecture d’Alger est à l’origine un projet conçu par l’architecte Oscar Niemeyer . Située dans la commune d’El Harrach, à l’est d’Alger, l’école vient renforcer le pôle universitaire déjà établi, qui comprend l’Institut national d’Agriculture, l’École vétérinaire, l’École polytechnique et une cité universitaire.

Pour répondre au nombre toujours croissant d’étudiants, dans les années 1980, on confie à l’architecte-enseignant Jean-Jacques Deluz le projet d’extension de l’école d’Architecture.

Tout en respectant la continuité du tracé de l’ensemble, Jean-Jacques Deluz a su optimiser l’espace et le coût du projet en opposant aux volumes longilignes et fluides, conçus par l’architecte brésilien, la rigueur d’une trame et en superposant des volumes cubiques simples qui obéissent une vision rationaliste.

1998: Ville Nouvelle Sidi Abdellah: Projet de 400 logements au Quartier Sidi Bennour en collaboration avec Karim BOUKHENFOUF et LIès HAMIDI.

UNE FONTAINE DE MARBRE NOIR, UN RIDEAU D’EAU A TRAVERS LEQUEL LA MOSQUEE Emir Abdelkader (Constantine)  APPARAÎTRAIT COMME UN MIRAGE.

Pour le ministère de l’aménagement, plans de masse pour l’institut des déserts du monde à Ghardaïa. 2008

TRAVAUX URBANISME 

Les travaux suivants ont été réalisés dans le cadre de ma collaboration avec A.DAURE et H.BERI architectes à Alger, entre 1956 et 1958.

Plan d’urbanisme de détail du quartier Ameziane à Constantine, (5000 logements).
Plan de masse de la cité Les Apôtres à Constantine, (400 logements).
Plans de masse pour diverses cités d’habitation à Alger, La Concorde à Birmandreis (1000 logements), Les Jasmins au Clos Salembier, (300 logements), Taine Fau Frais Vallon, (300 logements), Les Palmiers à Ouchaya, (1000 logements).
En France, avec A.DAURE, architecte: plan d’aménagement de détail de la commune d’Argelès – plage.
Les travaux suivants ont été réalisés dans le cadre de ma collaboration à I’ Agence du Plan d’Alger, créée par le maire CHEVALLIER, avec P.DALLOZ, G.HANNING, R.HANSBERGER; j’ai repris la direction de l’Agence en 1959 après le départ de G. HANNING. A partir de 1961, l’agence du plan est devenue « l’Atelier d’Urbanisme de l’Algérois».
Plan général d’aménagement du groupement d’urbanisme de la région d’Alger, (GURA, 25 communes).
Plan d’urbanisme de détail de la cité des Annassers à Alger, (100 000 habitants).

Plans de masse des premiers quartiers, (15 000 logements, centre urbain, parc central).
Cité des Annassers: études routières; plans d’exécution des terrassements généraux ; coordination des opérations.
Étude du quartier de la Marine à Alger.
Étude du terrain Garnier, (les Asphodèles) à Ben Aknoun, Alger, (1000 logements).
Plan d’urbanisme de détail du bassin de l’oued Kniss à Alger.
Plan d’urbanisme de détail des hauts de Bab el Oued à Alger.
Plan de masse du Front de mer d’Hussein Dey à Alger.
Plan d’urbanisme de détail du bassin de l’oued Lekhal à Châteauneuf, Alger; premières esquisses du stade olympique.
Plan de masse et étude routière des Tagarins, à Alger.
Etude analytique des densités de population et de la morphologie urbaine de la région d’Alger.
Conseil au permis de construire de la ville d’Alger.
Mise à jour du plan régional d’Alger.
Plan d’urbanisme de détail du quartier d’Ouchaya à Alger.

Les travaux suivants ont été réalisés en collaboration avec R.HANSBERGER et A.RAVEREAU :

  • 1960 : Concours pour la ZUP Le Mirail à Toulouse.
  • 1962 : Plan directeur d’urbanisme de la Vallée du Mzab.

Comme responsable de la cellule« habitat» à l’ETAU, en 1969-1970:

3300 logements répartis à Annaba, Guelma, Tébessa, Ouenza, Harris, Merouana, Skikda, Médéa, Bou Saada, Tablat, Sour el Ghozlane, Alger, Arzew. Etudes des sites et de leur environnement, étude de système, plans de masse.

Études à titre personnel:

  • 1974 : Plan de lotissement et d’urbanisme de détail du quartier nord de Merouana.
  • 1986 : Consultation restreinte pour 700 logements à Reghaïa. (Projet retenu).
  • 1992 : Projet de l’Esplanade de la Mosquée Emir Abdelkader à Constantine, (4 hectares)
  • 1994 : Concours international pour la reconstruction des souks de Beyrouth
  • 2006 : Nouveau village de Boughzoul, (100 hectares), plan d’urbanisme de détail, plan de masse.
  • 2006 : Ville nouvelle de Boughzoul, schéma d’ensemble d’aménagement, (sur la base partielle de la proposition de Bofill)
  • 2006 : Médéa: étude d’un nouveau pôle administratif, (150 hectares)
  • 2004 : Jijel : étude du quartier de Mezghitane, urbanisme, plan de masse
  • 1999 : Plans de masse pour 600 logements sociaux répartis sur Reghaïa et Birtouta, (avec la collaboration de Karim BOUKHENFOUF)
  • 2007 : A la ville nouvelle de Sidi Abdellah : révision du plan de masse des 2000 logements AADL. (voir logements)
  • 2008 : Pour le ministère de l’aménagement, plans de masse pour l’institut des déserts du monde à Ghardaïa.
  • 2008 : Avec Y.Maïza et le Bneder: étude préalable pour une résidence présidentielle sur le littoral oranais.1997 à Ville nouvelle de Sidi Abdellah :2006  : Mission permanente de consultant en urbanisme et en architecture, de 1997 à 2006, auprès de l’Etablissement public d’aménagement de l’agglomération nouvelle de Sidi Abdellah. (EPA-ANSA).
    Plan directeur de la ville, (1000 hectares, 26 000 logements).
    Plan d’occupation du sol du quartier de Sidi Bennour, (3000 logements).
    Schéma directeur du quartier d’extension du village de Mahelma, (900 logements).
    Schéma directeur du quartier d’extension du village de Rahmania, (3200 logements).
    Plan d’occupation du sol et plan de masse du quartier d’El Menzah, (1500 logements).
    Plan d’occupation du sol et plan de masse du quartier 18, (800 logements).
    Quartier de Sidi Bennour : plan de masse de la zone sud, (1000 logements).
    Nouvelle version du plan directeur.
    Plan d’occupation du sol de la zone d’activités d’ El Boustène, (46 hectares).
    Quartier de Sidi Bennour : plan de masse pour 400 logements.

Quartier de Sidi bennour : plan de lotissement pour une coopérative, 40 maisons.
Plan de lotissement de la zone d’activités de Sidi Bennour, (8 hectares).
Quartiers 9, 10 et 25, plans d’occupation des sols et plans de masse.
Quartier 11, plan de masse pour 2000 logements. (AADL).
Quartiers 19, 20 et 21 : plans d’occupation des sols et plans de masse.
Propriété de M. Gamaz, étude de faisabilité, plan d’urbanisme et plan de masse. (Env.600 logements).
Voir plus de détails dans le document : « Rapport sur mes activités à la ville nouvelle de Sidi Abdellah de 1997 à 2007.
Plan d’occupation du sol du quartier 23.
Plan de masse du terrain Bouchachia.
Plan d’occupation du sol du quartier 8.
Nouvelle version du plan d’occupation du sol du quartier 19: secteur 1 – 2- 3.
Plan d’occupation du sol des quatriers 12 et 13.

En association avec J.M.FLEURY, architecte :

  • 1978 : Plan d’urbanisme de détail de la zone ouest de Djelfa.
  • 1984 : Concours pour l’aménagement urbain de l’îlot du Hamma à Alger, avec schéma d’urbanisme du quartier.
  • 1989 : Étude d’un centre urbain à Sarcelles, (France), plan de masse.

En association avec C. JUANEDA, architecte:

Concours pour 600 logements à Cheraga, 1er prix et réalisation.

En France, en collaboration avec R :HANSBERGER, architecte.

1988 : Concours pour l’aménagement de la vallée du Flon à Lausanne, (Suisse).

  • Concours pour l’aménagement de la Place de la Révolution à Blagnac, (Toulouse).
    Plan d’urbanisme de détail du quartier de la Deymarde à Orange.
  • 1989 : Concours pour l’aménagement de la Piazza Dante à Genova, (Italie).
  • Plan de structure : axe urbain Rouvière – Foch à Mazamet, (France).
  • 1989-91  : Concours pour la zone d’Avignon – nord le long du Rhône; développement de ce projet dans une étude générale de programmation et d’aménagement urbain baptisée, dans sa forme la plus récente,« Axe Médicis et axe vert de la Barthelasse».
  • 1990 : Concours pour le bâtiment du Conseil général à Marseille, aménagement urbain de l’îlot.
  • 1991 : Concours pour la Place des Suisses de l’étranger à Brunnen, (Suisse)1992 : «Parvis République»: Ilot urbain d’Avignon avenue du Blanchissage. Concours avec attribution de l’étude, non réalisée par suite d’entente illicite des adversaires : Parking, activités de centre urbain, logements et hôtel.
  • 1993 : Aménagement d’un carrefour et de ses abords à St Alexandre, (France)
  • 1994 : Aménagement d’un carrefour et de ses abords à Remoulins, (France)
  • 1998 : Esquisse d’un plan de quartier à Lagnes, (Vaucluse, France)

En association avec R.FROIDEVAUX, architecte:

  • 2002 : Concours pour l’aménagement de la Place du Château et la construction d’un nouveau Parlement à Lausanne, (Suisse)
  • Dans le cadre de l’association avec OUARDANI, architecte, et BETUR-KHABABA, bureau d’études techniques, (DOK):
  • 2003 : Études préliminaires de la ville nouvelle de Bouinan
  • 2004 : Plan d’urbanisme de détail et plan de masse de la zone prioritaire est
  • 2006 : Plan de masse de la zone prioritaire ouest, 5000 logements, (variante)
  • 2007 : Étude d’une zone prioritaire de 2000 logements.

En collaboration avec Riad BENHADDAD, architecte :

2004 : Quartier dit« SUF 3 »de 3000 logements à Oran.

Pour le compte de l’Agence Nationale d’Aménagement du Territoire (ANAT):

2002 : Ouargla, étude critique du plan d’urbanisme de la ville, projet (plan de masse) d’un quartier structurant Touggourt, esquisse d’aménagement

Écrits

  • Structures de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et de l’architecture; travail collectif: Bachofen, Bujard, Deluz, Gerber, Ravéreau, Ravillard, Rossier, Vivanco, Wintsch.
  • En particulier : Deluz, La formation professionnelle (architectes, ingénieurs, techniciens, etc).1980
  • Revue Techniques et architectures, n° 329, 2 mars 1980, «Algérie, L’héritage empoisonné» rebaptisé «L’héritage» par la rédaction.1980
  • «Espaces et volumes architecturaux» cours polycopié EPAU, pour 1ère année, «AO».1987
  • « Quelques réflexions autour de Le Corbusier et l’Algérie», colloque à Marseille, 24-26 septembre 1987, Le Corbusier et la Méditerranée, Actes publiés par l’université de Provence, 1991.
  • 1988 L’urbanisme et l’architecture d’Alger, P. Mardaga-Office des publications universitaires.
  • AREMM, Atlas en réseau des espaces méditerranéens, CD ROM sur Alger (en collaboration avec Mme J. Deluz-La Bruyère), Institut agronomique méditerranéen de Montpellier.
  • 1997 ? E.P.A. ANSA (Ville nouvelle de Sidi Abdellah), Charte urbanistique et architecturale.
  • 2001 Alger, chronique urbaine, Ed. Bouchène.
  • 2002 Revue Naqd, Alger, printemps-été 2002 : Des Ordres urbains. «Ordre et désordre dans les périphéries urbaines».
  • «Pour une analyse pluridisciplinaire du fait urbain, l’exemple d’Alger», colloque 4-5 juin 2002, Lumière sur la ville, publié par l’EPAU, le Centre culturel français et l’institut Cervantès d’Alger.
  • «Marseille-Alger, au miroir des mémoires : Parlez-moi d’Alger», éd. Réunion des musées nationaux.« L’urbanisme colonial à Alger» (article transformé en interview par Roncayolo en intégrant mon texte et celui de Rachid Sidi Boumediène.
  • Alger, paysage urbain et architecture, 1800-2000, Institut français d’architecture, éd. De l’imprimeur. «La contribution de l’agence du Plan, entretien avec J.-J. Deluz, 2002 », retranscrit par Rachid Ouahès.
  • E.P.A. ANSA, (Ville nouvelle de Sidi Abdellah) : charte environnementale et et culturelle, (en collaboration avec Isma et Liess Hamidi).
  • 2003 Qantara, magasine des cultures arabes et méditerranéenne, (institut du Monde arabe), n° 48, été 2003, Architectures et villes d’orient (1850-1950)
  • Les voies de l’imagination, éd. Bouchène.
  • et le plan d’Alger», titre imposé, en réalité article sur André Ravéreau.
  • 2003 ? Centre Jacques Berque (Maroc), colloque à Marrakech, 3ème séminaire, «Fabrication urbaine» université Cadi Ayad, Marrakech. Problématique urbaine au Maghreb, le cas de l’Algérie.
  • 2008 Fantasmes et réalités, recueil d’articles parus dans l’hebdomadaire Les Débats, éd. Barzakh, Alger.
  • En préparation, Les 1001 nuits de Sidi Bennour : relation d’une expérience à la ville nouvelle de Sidi Abdellah.
  • 2010 Le tout et le fragment, Barzakh, 2010. Recueil de communications et articles.

Sources ; 

http://www.jeanjacquesdeluz.org/

http://prescriptor.info/site/3994/document-d-archives-entretien-avec-le-regrette-jean-jacques-deluz?fbclid=IwAR0sttQDQw-kJt7INx_Xg8lWuJ5RvwMQRZ-ltcdOa6LDWCMo2mGrtrwkgjI

Vidéo ; JJDeluz 2006

          JJDELUZ 2006…..

 

TEMOIGNAGE. 

Je l’ai rencontré une seule fois à Constantine en 2003 lors d’un colloque internationale sur le thème de « la monumentalité ». Je ne saurai dire, un visage de messie, un Demis Roussos (en frêle), un ascète au corps fatigué, mais des yeux brillants, un regard étincelant    et une écoute très intelligente.  J’avais présenté une introduction de communication sur le sujet de la monumentalité vs la banalité, suivie  de cas présentés par mes étudiants (Place de la Brèche et les bâtiments des alentours et de l’Université Mentouri de Niemeyer).

Cette « incursion » avait soulevé quelques mécontentements d’autant que les étudiants ne sont pas allés de « main morte » sur ces « œuvres ». (Nous étions en plein préparation d’une expo dans le cadre de l’Année de l’Algérie 2003, en partenariat avec l’ENSAGrenoble). 

A La fin du Colloque, et comme le voulait la tradition, la synthèse finale et le mot de clôture ont été confiés  à l’illustre personnage. J-J. Deluz avait entamé son discours par dire qu’il a  « agréablement apprécié l’intervention de M.Bouchareb, suivie de celle de ses étudiants… ». C’était une manière pour signifier ses encouragements aux efforts pédagogiques et à l’implication des étudiants dans toutes activités et les débats sur l’architecture….C’est ce qu’il m’avait bien expliqué en aparté….

 

LUIGI MORETTI WALTER (années 1968-1973)

  • LUIGI MORETTI WALTER Architecte italien
  • (Rome, 22 novembre 1906 – Capraia, 14 juillet 1973)

HLM, Baïnem (wilaya d’Alger), 1976

HLM, Djen Ben Omar (Kouba, wilaya d’Alger)

HLM, El-Mohammadia (ex-Lavigerie) (wilaya d’Alger),1968

CEM (Collège d’enseignement moyen) de Hydra (wilaya d’Alger), vue générale 1969-71

  • HOTEL AURASSI Alger 1938-76
  •  Pierluigi Borlenghi, Lucio Causa, Giovanni Quadarella et l’ingénieur Silvano Zorzi, 1968-1976

D’après la liste des projets d’écoles et CEM réalisés par L.Moretti, figurent deux établissements à Constantine, un à Faubourg Lamy et l’autre à Sidi Mabrouk. Vu son style, je suis tenté par apparenter le Technicum Ali Boushaba (Sidi Mabrouk) à Luigi Moretti . (J’ai passé un cycle de ma scolarité dans ce Technicum entre 1971-1975).

Hôtel du Sahel au Club des Pins, Alger,

SOURCES :

  • http://elconum.huma-num.fr/
  • http://boowiki.info/art/architectes-italiens-du-xxe-siecle/luigi-moretti-architecte.html
  • Nabila Chérif, « Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction », Perspective [En ligne], 2 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7596 ; DOI : 10.4000/perspective.7596
  • Eleonora Carrano, « Luigi Moretti. Opere in Algeria – L’oeuvre Algérienne », Edizioni Prospettive, Rome, 2007

Merci à Mahdi Ouarab.

 

 

Abderrahmane BOUCHAMA

Né en 1910 à Alger mort en 1985.

Ingénieur à l’Institut polytechnique de Nantes puis étudie l’architecture à l’Ecole des Beaux-arts de Paris. 
Etudie la médersa Dar El Hadith (1936-1937).
Ouvre en 1963 une agence avec son fils Elias, actuel architecte du nouveau ministère des Affaires étrangères aux Annassers.
Fondateur et le premier président de l’Union des Architectes algériens.

Réalisations : les Archives nationales (Birkhadem), la Cour Suprême et le Centre culturel (Ben Aknoun), le siège du ministère du Tourisme ainsi que les Instituts islamiques de Constantine (1969), Tlemcen (1970), Caroubier (1972), mosquées dont celles d’El Biar (Place Kennedty) et de Hydra.

INSTITUT DES SCIENCES ISLAMIQUES CAROUBIER ALGER 1972

MOSQUEE MALEK IBN ANAS (année 70 ? ) 

Le LYCEE AHMED BEY CONSTANTINE (de mémoire, Institut islamique, affecté en lycée vers mi années 70)

Affiche Discours dans le Congrès Mondial des Partisans de la Paix  

OUVRAGES 

Article à lire  

  • https://drive.google.com/file/d/1QVTltr_mxzGkJQYgVhXoX8wyAm0zsFwZ/view?usp=sharing

ANDRE RAVEREAU

Né à Limoges en 1919. élelvé au rang d’Achir de l’Ordre du mérite national d’Algérie en 2012.

Cet ancien élève d’ Auguste Perret à l’École des Beaux Arts de Paris, visite la vallée du M’zab en Algérie en 1949 alors qu’il est étudiant. En découvrant les cités du M’zab, André Ravéreau prend conscience, au-delà du choc émotionnel, de ce que peut apporter cette architecture dans la définition de nouvelles pratiques.

Biographie :

En 1949, André Ravéreau étudiant en architecture se rend à Ghardaïa où il découvre l’architecture mozabite du M’Zab. Conscient de l’apport de cette architecture de tradition dans la définition de la modernité architecturale, il se décide à retourner au M’Zab avec d’autres étudiants. Les relevés des principaux monuments et édifices civils le conduisent à engager la création d’ateliers régionaux d’architecture où les étudiants conviés ont pu s’imprégner trois mois durant des lieux avant même d’engager leur travail de projetation.
En 1965, André Ravéreau est nommé architecte en chef des monuments historiques en Algérie, s’efforçant alors d’obtenir le classement de la vallée du M’Zab en 1970 avant de créer à Ghardaïa le premier atelier du ministère.
En quelques années, la réputation de l’atelier dépasse les frontières et des étudiants de toutes origines viennent s’affronter à la leçon du désert, comme en écho des leçons du célèbre Construire avec le peuple d’Hassan Fathy.
L’expérience de l’atelier du M’Zab constitue désormais une référence incontournable pour tous ceux qui essaient de concevoir une gestion du territoire plus respectueuse tout à la fois du contexte naturel et des cultures locales. C’est dans la discussion quotidienne avec les mozabites qu’André Ravéreau forge la dynamique de son projet.
Mode de vie, comme mode de construction font l’objet d’observations et de descriptions attentives que les étudiants sont invités à transcrire dans le dessin et à pratiquer sur les chantiers.

Source: : http://www.amazon.fr/Andr%C3%A9-Ravereau-latelier-du-d%C3%A9sert/dp/2863641204

L’architecte André Ravéreau cumule aujourd’hui une œuvre construite et écrite qui sont des manifestes en faveur d’une architecture cohérente, et “située”. Il s’est beaucoup consacré à l’étude des architectures et cultures méditerranéennes, toujours dans le soucis de comparer la pertinence du geste “savant”, à celle du savoir-faire “vernaculaire”.
En 1980, aux côtés d’Hassan Fathy, André Ravéreau obtient le prix Agha Khan d’architecture.

« Le vantail sur pivot »

« C’est dans l’architecture dite populaire que je trouve des subtilités constructives savoureuses, des inventions, une rigueur qui, à mes yeux, fait défaut à certaines architectures de “représentation”. […] Un effet statique n’a pas de culture ni d’époque, c’est le bon sens ; un sens imposé, car la sanction est immédiate. ».

André Ravéreau Élève d’Auguste Perret et marqué lors d’un voyage dans la vallée du M’Zab, il construit sa pensée entre l’enseignement d’un « poète, qui parle et pense en construction », et la « leçon » d’une architecture du désert, adaptée au contraintes de son milieu et inscrite dans l’épaisseur d’une culture.
Le vantail sur pivot est à la fois le fil rouge d’un voyage à travers la Méditerranée,un élément architectural qui nous parle d’usages et de modes d’habiter, et un détail qui permet du juger de la cohérence de l’ensemble.

Source: http://www.marseille.archi.fr/actualites/agenda/conference-le-vantail-sur-pivot-par-andre-ravereau/

Logements à Sidi Abbaz

réalisation – avec la participation de Michel Meert (suivi de chantier), et dans le cadre de l’ERSAURE

Hôtel des postes de Ghardaïa

réalisation – en association avec Michel Rossier et Béatriki Gattou
localisation  Ghardaïa, vallée du M’Zab (Algérie) – nature  réception, bureaux, logement – date  1966-1967 – client  Ministère des PTT

Plan d’urbanisme de Ghardaïa

étude – maquette réalisée par Daniel Baudet
localisation Ghardaïa, vallée du M’Zab, Algérie – nature plans d’urbanisme de détail – date 1960-62 – client OCRS (organisation commune des régions sahariennes)

J’ai été appelé en 1960 pour terminer le plan de Ghardaïa qui avait été préparé par Gerald Hanning. Le plan directeur étant en réalité achevé, je me suis attelé à la réalisation des plans de détails, notamment celui d’un ancien champ de manœuvre, situé à l’extérieur du ksar, et marqué par l’occupation française. Déjà un hôpital, une caserne, la gendarmerie, le commissariat et le palais de justice y étaient construits. L’espace entre ces bâtiments était parfois libre, parfois au contraire encombré au point de créer une sorte d’étranglement.

J’ai décidé de tirer parti des percées visuelles existantes sur le paysage environnant : le ksar de Melika, le minaret de Ghardaïa… J’ai souligné les directions de ces vues par une zone bâtie dense, permettant à la fois de canaliser la circulation, qui était très importante, et de masquer certains bâtiments trop imposants pour le lieu. L’agencement de la place était entièrement déterminé par ces percées visuelles. Plutôt que de déterminer un épannelage cherchant à caractériser les hauteurs des bâtiments à bâtir selon leur importance dans l’espace public, je voulais des constructions basses lorsque c’était nécessaire pour conserver les vues, mais je laissais le bâti libre de hauteur quand il ne les masquait pas.

Sans connaissance précise des besoins, j’ai établi un certain nombre de critères suggérés par l’interaction de chaque espace vis-à-vis de l’autre, et de l’ensemble vis-à-vis des percées visuelles ,dans un programme urbanistique très précis, indépendamment du programme d’affectation des équipements. C’est un arbitraire esthétique, mais quand il y a un contexte, ce n’est pas la peine de l’oublier.

SOURCE: http://www.aladar-assoc.fr/portfolio/plan-durbanisme-de-ghardaia/

PUBLICATIONS