Archives de catégorie : DEBAT

sujets divers sur l’architecture algérienne

De l’architecte et des maîtrises d’oeuvre et d’ouvrage

De par mon expérience de 45 ans en qualité d’architecte exécutant jusqu’à architecte chef de projet études et suivi, le constat est que notre mission d’architecte a beaucoup changé en tous points de vues et complexités.
Il est évident que notre formation d’architecte en 5 ans s’avère totalement insuffisante pour pouvoir exercer son métier d’architecte maître d’oeuvre.

Ce n’est qu’après plus de 20 ans d’exercice auprès de bureau d’études nationaux, d’entreprises de réalisation dans les différents corps d’état, d’administrations publiques en qualité de maître d’ouvrage délégué ainsi qu’en qualité de maître assistant chargé d’encadrement d’élève architecte au sein d’un Institut d’architecture, ce n’est qu’à partir de ce moment que j’avais accepté d’ouvrir mon cabinet privé d’architecture.

Pour mériter le titre d’architecte libéral maître d’oeuvre, il faut nécessairement prendre tout ce temps de post formation pour comprendre et assimiler la complexité de notre métier pluridisciplinaire.

Pour pouvoir étudier et réaliser un projet dans le respect de toutes les règles de l’art, la maîtrise d’ œuvre est nécessairement toute une équipe pluridisciplinaire qui travaille en parfaite symbiose pour la conception et le suivi de tout projet et ce quelque soit sa taille et compléxité.

Pour que le projet réussisse, la maîtrise d’oeuvre doit être accompagnée par un bon maître d’ouvrage, ce qui n’est pas tout le temps évident.

Au début de ma carrière d’architecte, un collègue architecte français m’avait fait cette réflexion
 » une bonne architecture nécessite un bon maître d’oeuvre et surtout un bon maître d’ouvrage  ».
Notre problème d’architecture en Algérie est surtout posé par l’absence d’un bon maître d’ouvrage en général qui définit au préalable les programmes et les attendus du projet recherché selon un calendrier et des étapes préliminaires pour la confection d’un bon cahier des charges professionnel.

Donc un architecte doit être nécessairement un bon manager dans le domaine technique mais aussi dans le domaine des relations humaines avec tous les intervenants au projet sans exceptions

En Algérie le problème est faussé dès le départ en accordant l’agrément aux nouveaux architectes qui n’ont pas les connaissances minimales de tout ce monde complexe et parfois incompétent qui nous environne.
Toutes ces questions méritent un long débat pour essayer de remettre les pendules à l’heure face à l‘anarchie qui nous environne telle que les copier-coller de l’ AADL qui ne cessent de me choquer et surtout révolter car on est entrain de dénaturer et de défigurer tous nos paysages urbains en périphérie de nos villes comme des cages à poules sans âmes ni qualité urbaine. C’est malheureux mais très grave.

Face à cette situation actuelle qui ne cesse de me mettre en colère, je m’excuse auprès de certains de mes collègues si je les ai choqués ou malmenés.

Moncef KALA 

Architecte

Posté sur FB le 22 juillet  2020 et publié ici avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Décoloniser…

Jusqu’à quand devrions nous  supporter les « leçons » sur nos villes, nos architectures et leurs problématiques, données par des « érudits » en visite touristique dans nos contrées?   Attention, que l’on s’entende bien, je précise, nous avons produit un grand nombre de thèses, de mémoires, d’articles, d’expertises et d’écrits sur nos villes et leurs problématiques. Une véritable base de données méconnue, ignorée ou négligée.  Faut-il alors qu’un « expert » venu d’ailleurs, qui , après une lecture assidue de cette base de données accessible, et dans un élan pédantesque, élabore une synthèse bien renseignée, la débitera dans un webinaire (l’illusion technologique) pour un « parterre » fasciné.

Faut-il encore demeurer dans cette attitude immobiliste à n’accorder aucun crédit aux expertises locales, ni écouter ce que ressassent à longueur d’année les spécialistes? Il y a des travaux de grandes factures qui s’élaborent dans nos universités, produits par des chercheurs désintéressés, perspicaces et patriotes….

Faut-il encore supporter ces clichés diffusés par ces « touristes » qui ne viennent pas pour partager leurs expériences , mais pour nous faire » découvrir les notres .   

Combien de générations ont « glissé » sur cette fameuse culture « islamique » de l’Algérie et son interprétation qui avait servi à expliquer que  la hiérarchie des espaces (du public au privé) des vieilles-villes, des médinas et des dechras, est à la base de leurs  compositions spatiales?

C’était à ça que les coopérants techniques (en majorité) affectaient la « composition » spatiale, urbaine et architecturale de nos  vieilles-villes, de nos médinas, nos dechras et nos habitations….Et nous, naïfs, nous  croyons que nous avions accroché la lune….Cette panacée suivie à la lettre nous a conduit à produire non pas des villes mais des schémas.  

Soyons critiques, regardants, attentifs, tout ce qui se passe sous nos yeux, sous notre  nez (il faut le sentir aussi) , nous concerne. La problématique est là….Elle est « observable » dans une objectivation en conformité avec la relation cause/effet….   

Il y a quelques minutes, j’ai « assisté » à un webinaire dont l’intitulé m’a rappelé les anciens films d’aventures « L’arrogance du projet architectural »….(Tous projet est appelé à être ambitieux…Arrogant?). Le communiquant ne pouvait se départir des poncifs d’autrefois en parlant des villes nouvelles. Ouais, la société islamique, la famille algérienne, l’intimité,  l’introverti….la hiérarchie…Ghardaia…Ali Mendjeli…

Nom de dieu,….mais que de boulot pour décoloniser …. 

Pour citer cet article;

Abdelouahab Bouchareb, "Décoloniser…," Architectures algériennes, 17/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/577.

VILLES, NON LIEUX.

Nos villes portent en elles nos destins passés, présent et à venir : stigmates, cicatrices sur un corps malade de ses improvisations et de ses trouvailles donquichottesques Elles portent comme fardeau nos hésitations, nos cheminements erratiques, nos tâtonnements d’aveugles, nos troublantes certitudes. C’est là où le sous développement se pavane pompeusement, effrontément en affichant ses crise multiformes…on habite la ville parce que nulle part on n’a où habiter, cela amènerait à la question : qu’est-ce qu’habiter ? Habiter c’est vivre…Ailleurs la vie s’offre végétative, médiocre, quasi carcérale…on se plierait à la tradition, à la société conservatrice …

La ville est refuge ou lieu de déperdition, elle offre comme paravent l’anonymat. A la longue, elle finit par nous habiter, par nous posséder comme un démon, et quitte à ne pas y habiter, on erre dans ses rues pour y rester comme dans le giron d’une mère indigne qui nous rejette. Il faut y venir enfant prodige ou prodigue pour y étaler ostentatoirement ses richesses, mal ou bien acquises, ses relations, son pouvoir, ses douteuses affaires, ses débauches …Et à l’acmé de la dépression souvent on ira la noyer dans la drogue ou l’alcool. Et la ville faisant fi de toutes ces conjectures d’alarmistes ringards, ira contre vents et marées d’extension en extension, broyant tout sur son passage..pervertir le paysage, ruiner l’espace, y laisser plein de ratures, de l’inachevé partout..enrichir du beau monde, être le creuset de la misère en détail et en gros…

Et la saleté s’étale méprisante devant un citoyen aigri, grincheux, qui se complaît dans la procrastination et qui jette l’anathème sur un système dépassé par ses lois, par ses commis qui deviennent de plus en plus obèses, gourous d’une jeunesse sans idéal.

Mais si vous voulez habiter la ville sachez que c’est une amante exigeante et qui dévore la tête de ses amants. Mais au fond, qui sait, vous pouvez toujours raser les murs en attendant un boulot salvateur ou prendre une felouque, qui passerait par là pour aller…habiter ailleurs.

Bencherif Mostefa (Poète/philosophe)

le 15 05 2020

Pour citer l’article .

MOSTEFA BENCHERIF. Villes, non lieux. https://archialg.hypotheses.org/496

 

25 Ans…..

Ce texte est un prélude au carnet qui a accompagné l’exposition intitulée « 25 ans et des poussières  » (2019) consacrée au parcours d’un architecte du nom de Mohamed Larbi MERHOUM. A ma connaissance, c’est la première fois qu’un tel événement met en  lumière la production d’un architecte algérien toujours en exercice…

Remarquons que la nature, la forme et la mise en scène de qualité de cette présentation (à laquelle j’ai assisté)  laisse présager que ce métier d’architecte figurera  pour longtemps dans la sphère artistique, celle la créativité, de l’inspiration et de la beauté …C’était une bouffée d’air dans une conjoncture qui tend à acculer le métier dans le registre des faire-valoir.   

Je reproduis un extrait avec l’aimable autorisation de l’auteur. 

 

L’architecte libéral que je suis, né d’un avortement .

Je dois ma liberté au FMI et à la banque mondiale, qui ont imposé à mon pays, a l’aube des années 90 un programme d’ajustement structurel délestant l’’État des missions de prestations et de service… Mon métier n’est pas la cristallisation d’un besoin social ni rnême d’une exigence de qualité et de rationalité de la dépense publique. Je suis un numéro d’inscription au tableau national de l’ordre des architectes et un cachet rond pour intermittent du spectacle.

Et pourtant, ma génération d’architectes sensibilisée à l’histoire et à la géographie, abreuvée de pensée et de rhétorique, qui a préféré quitter le « nous » des BET publics pour affirmer le « je » de l’acteur social, culturel et politique, a assumé le désert qu’ elle a eu à traverser , a supporté les quolibets des maçons, des ingénieurs et des maîtres d’ ouvrages pour qui nous ne sommes que des figurants imposés de l’acte de bâtir.

C’est un témoignage de ces 25 ans de pratique professionnelle libérale, dans les conditions sociales, économiques et politiques, qui ont imprimé à notre pays une trajectoire unique, que l’ exposition  » 25 ans et des poussières » invite le visiteur à parcourir.

Les dessins, les mots, les petites histoires qui s’offrent aux lecteurs, aux voyeurs, aux curieux et même aux détracteurs, se veulent un message d’amour pour ce métier, ce peuple et cette terre d’Algérie.

Mohamed Larbi MERHOUM

(Architecte-Urbaniste)

 

Pour citer cet article:

ML MERHOUM . 25 ans . catalogue de l’exposition « 25 ans et des poussières ». Ed.MLM.  2019. p.4.

l’architecture-marketing sans architectes !

Architecture sans architectes ?

Une entreprise qui semble souvent spontanée,  instinctive, produit de réflexe du vivant qui refuse le destin de la passivité… Cet humain produit son « abri »,  une sorte d’accoutrement « grossier », fait de succédanés de différentes origines, un ersatz que seuls l’imaginaire et l’urgence peuvent réunir dans l’acte de bâtir…

L’architecture vernaculaire ou régionale, possède ce caractère à la différence que l’imaginaire est collectif, alors que l’acte de bâtir se base sur des expériences séculaires. L’architecture vernaculaire correspond à un ordre social et culturel issu des « codes » locaux. Au delà de l’abri fondamental à une existence stable et sécurisée, les hommes forts de leurs expériences, y insèrent le « confort » adéquat pour « habiter » en poètes.

Une chose est sûre. Les auteurs de cette architecture sont nombreux. Ils n’avaient pas fait de  l’esthétique un souci majeur. Oui, l’esthétique ne semble pas  s’inscrire comme une « valeur  » exclusive… »Fonctionnalistes », ces concepteurs/ bâtisseurs étaient pragmatiques, comptables, économes (qui signifiait écolo également) et réalistes tenaient à préserver leur unité avant tout. Resulat ; un ensemble sobre, expressif, cohérent, « respectueux », fonctionnel, organisé…..tout ce qui assemblé, ne peut ne pas s’inscrire dans les canons de la beauté, tant il répond favorablement à un mode de vie bien défini.

Ainsi, l’esthétique est un résultat au bout d’une entreprise correspondant aux attentes d’une communauté qui n’en fait pas une fixation….

A voir certains édifices aujourd’hui, la « précipitation » de l’architecte (surement sous la pression du client et  même des maîtres d’ouvrage public), est manifeste. L’unique souci, la seule préoccupation demeure celle d’un « rendu  » fascinant, impressionnant  et éblouissant…L’esthétique est dans ce qui fait montre de puissance: le monumental, le mondial (ou mondialisé:globalisé), géant, gigantesque, imposant, titanesque, dinosaurien,  colossal…(je multiplie les qualificatifs, pour dire que tout s’opère sur le visible). L’architecture dans cette entreprise se résume à un habillage de circonstance…..Paillettes et strass sont disponibles pour flanquer un zeste d' »événementiel »  à tout édifices pour « affirmer » une  présence parmi tant d’autres qui visent le même enjeu.

Dans ce sens, cette architecture « factice » peut être classée dans la même catégorie: « sans architecte », car l’auteur agissant sous la « pression » ne peut échapper à un modèle « catalogué », répétitif, froid, impertinent,  u-topique et atemporel. Une architecture du marketing.

Le statut « effacé  » de l’auteur correspond à l’anonymat de cette architecture « savante ». On fait peu cas de l’identité et de la signature  de l’architecte….. Une architecture  sans architecte.

L’architecture vernaculaire a ceci  de particulier qu’elle est « quasi-anatomique« . Aussi une architecte , ne se regarde pas elle se côtoie

! elle met tous les sens à contribution dans le jugement….

Loos aurait dit « l’architecte est un maçon qui a appris le l

atin« … C’est tous les apprentissages émanant des savoirs  vernaculaires insérés dans la culture savante….

L’architecture actuelle ne s’encombre pas des hésitations et des moments « dramatiques » accompagnant les phases de gestation et des balbutiements.  ….Ses auteurs ont appris le langage… informatique qui souvent se montre impuissant à libérer l’instinct du poète ou l’irrationalité de l’artiste.

  • Photo 1. Pole Judiciaire Constantine (
  • Photo 2. Centre commercial Sidi Mabrouk Constantine . (12.05.2020 à 15h00)

Abdelouahab Bouchareb, "l’architecture-marketing sans architectes !," Architectures algériennes, 13/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/338.

LE CHAMPS DE L’ARCHITECTURE: rétrécissement préjudiciable!

Ce texte a été posté par M.Achour MIHOUBI (Architecte) sur sa page Facebook. le jeudi 7 mai 2020 à 00h 53 . Heure inhabituelle pour lancer un débat, et pourtant les réactions enregistrées montrent qu’un grand nombre de faiseurs de la ville, de formateurs ou de citoyens partagent des soucis communs sur des questions en rapport avec la qualité du produit architectural. Avec la permission de M.Achour MIHOUBI, je reproduis in extenso  son post et les débats qu’il a suscités. 

Les architectes sont les concepteurs de la structure des bâtiments qu’ils dessinent. C’est pour cela qu’ils en sont responsables civilement au même titre que les entrepreneurs qui les réalisent. Ce n’est pas l’ingénieur en génie-civil qui doit le faire à leur place. Parce que ce n’est pas son travail. Le sien consiste uniquement à veiller au respect de l’environnement normatif et réglementaire relatif au comportement et à la limitation des risques des structures dont ils ont à établir des notes de calcul. L’architecte lui répond de son œuvre dans sa globalité.

Ces derniers temps il s’est développé, plus que tout temps avant, un travers très dommageable qui voit que l’architecture d’un bâtiment soit réduite à s’accommoder fâcheusement des dispositions structurelles inspirées par les « œillères » d’ingénieurs. Étonnement les architectes se les imposent, très souvent par incompétence, faisant de leurs projets ni plus ni moins des puzzles. Ils croient qu’un « bloc » arrêté par l’ingénieur est une pièce indispensable d’un puzzle et que son rôle se limite juste à les assembler.

Le plus grave c’est que ce conditionnement de l’architecte commence déjà à l’école et dans les départements de l’architecture à l’université. je constate non sans regret des étudiants en architecture s’encombrer des considérations de structure alors que très souvent le parti architectural de leur projet est loin d’être abouti. Ce conditionnement se prolonge lamentablement durant la vie professionnelle qui fait la part belle au diktat des notes de calcul de l’ingénieur.

Les exemples sont légion et il est nécessaire pour le bien de la profession que cela fasse l’objet de journées d’étude pour sensibiliser sur une véritable dérive dans la conception des bâtiments.

Il faut reconnaître qu’il y a indéniablement un rétrécissement monstrueux du champ de l’architecture causé par les architectes incapables de discernement et de ce qui fait véritablement leur champ d’action. Que nous ne soyons pas bons laisse le champs libre aux substituts pour investir plus de terrain cédé et ce n’est certainement pas moi qui le leur reprocherait.

Le chantier de restauration est immense.

ACHOUR MIHOUBI

(ARCHITECTE. Membre fondateur et ancien Président du SYNAA) 

 

Commentaires et débats

Imane Hamou Tout un chantier a entamé et une grande rénovation à procéder.

Mor Med Moi je dirai plutôt le contraire normalement ce n ai pas à l architecte de concevoir la structure du bâtiment mais à l ingénieur de développé la structure adéquate pour les oeuvres malheureusement en algerie l ingénieur fait que les calculs et les pre dimensionemont chez des confrère d autre pays l architecte dessine la silhouette de l oeuvre point.

Lotfi Benmansour .   Mor Med vous vous trompez sur toute la ligne monsieur.

Lotfi Benmansour Mor Med l architecture ce n est pas un dessin et l architecte et la silhouette ça je n ai rien compris

Abderrahmane Mahgoun Mor Med la structure n’est pas dissociée du projet d’architecture, elle fait partie intégrante de la conception aux ingénieurs tout métiers confondus de répondre aux exigences du projet et de son concepteur

Abderrahmane Mahgoun La silhouette n’est pas un projet

Mor Med Lotfi Benmansour l architecte c’est un chef d’orchestre il crée l oeuvre après ses tout les autres ingénieur qui se creuse la tête afin de réalisé le ces et la structure sans pour autant touche à la conception

Mor Med Au contraire moi je n ai pas dit que l architecte est un dessinateurs ç tout le contraire c’est le créateur vérificateur mais ce n ai pas à lui de pense à la structure et les ces vous savais dans le mondantier l architecte donne son oeuvre à plusieur i…Voir plus

Lotfi Benmansour Mor Med il faut être humble monsieur Mor Med l architecte et les ingénieurs sont tous unis à réaliser la conception mise à leur disposition. Cette conception réponde à des exigences et prescriptions particulières ds le but de réaliser l œuvre architecturale la dissociation des métiers ds le monde du bâtiment n existe pas monsieur nous on répond a l l’unité de l œuvre architecturale.

Mor Med Abderrahmane Mahgoun je ne dit pas que la silhouette il faut aller plus loin je n ai pas voulais faire un long commentaire je dit juste que c’est au ingénieur de nous proposer différent structure pour le chef oeuvre

Mor Med Pour la structure des grand projet les architecte lance des concours

Mor Med Je sais mais moi personnellement donne champs libre à l ingénieur c’est être humble

Abderrahmane Mahgoun Mor Med on ne conçoit pas de projet indépendamment de l’ossature

Mor Med Car on a beau propose des structure mais l ingénieur peut innové et faire mieux que nous

Abderrahmane Mahgoun Mor Med il fait mieux s’il répond aux exigences du projet

Mor Med C’est pour sa qu’il faut travaille on collaboration et ne pas donné à l ingénieur juste les calcules et le pre dimensionement

Lotfi Benmansour Mor Med je ne sais pas l architecte pense à quoi si ce n est que la structure de son oeuvre

Abderrahmane Mahgoun Mor Med de plus en plus les « constructions » sont confinées dans un modèle de structure et d’ossature arrêté aux préalables de la conception du projet

Mohamed Drici Mor Med le projet architecturale est un projet intégrale il ne peut pas être soumis à la notion de division des tâches à la méthode fordienne, c’est un projet à une hiérarchie pyramidale ou les intervenants sont des contrôleurs et des vérificateurs  sauf l’architecte, l’ingénieur en gc c un intervenant à un problème technique, purement technique mais la structure du projet va ou delà du technique, elle peu être l’architecture même.

إزري عبدالقادر Effectivement, Oscar Niemeyer a su imposer la primauté de la conception architecturale par la maîtrise des calculs des structures que les organismes de contrôle technique des constructions ont constitué un obstacle par la mise en place de normes, hélas,faisant de l’architecture au service des techniques au lieu du contraire.

Hadj Baghli tu soulèves un problème profond , qui existe depuis la séparation de l’espace et la structure dans l’air de l’acier et du béton armé, dans l’histoire de l’architecture cette dichotomie n’existait pas, art et science en symbiose parfaite, entre l’espace et la structure un seul corp , comme notre système squelettique / musculaire/ nerveux/ cardio-vasculaire un tous organique, jamais cette unions n’a été aussi fort que dans l’architecture de la pierre ou il n’avait qu’une seul force : la compression. avec la technologie des nouveaux matériaux , la flexions et la torsions viennent pour donner à l’espace une autre dimension , mais une dimension obscure séparé par la divisions du travail humain, l’architecture est alors décortiquée par morceaux, chaque corp d’état un lobby, des intérêts, une croyance , une guerre sans merci pour un seul intérêt le pouvoir sur la paternité du projet.

Achour Mihoubi Hadj Baghli c’est bien que tu reviennes en amont pour mieux asseoir la mise en perspective du débat.

Hadj Baghli j’ai fait le tour de ta question et crois moi c’est l’origine principale de notre médiocrité architectural national.

Hadj Baghli Achour Mihoubi le mal qui ronge notre métier est étrange car un mal nécessaire ( l’informatique) un élément déterminant qui explique ta problématique avec clarté

Achour Mihoubi Hadj Baghli pas que!

Hadj Baghli Achour Mihoubi la liste peux s’allonger, ça mérite un grand débat

Wahab Bouchareb Depuis prés de deux décennies, le fond beaux-aristes a été complètement étouffé dans la formation….( la gestion des flux, la multiplication des lieux de formation, souvent ouvertes avec à la base un encadrement composé de plus d’ingénieurs que d’architectes), le souci de la « réalisation » dépasse les libertés dans l’apprentissage…

Hadj Baghli Wahab Bouchareb la problématique de achouri je la résume en deux origines l’amont l’école et Laval la réalité, leur seul point commun un titre le droit d’exercer

Achour Mihoubi Wahab Bouchareb ça fait des ravages et je suis prêt à montrer des exemples.

Hadj Baghli Achour Mihoubi les exemple ce n’est pas ça qui manque,

Hadj Baghli Achour Mihoubi il faut lancer un travail de proposition , chacun de nous donnera une pierre à l’édifice.

Achour Mihoubi Wahab Bouchareb ça fait des ravages et je suis prêt à montrer des exemples.

Hadj Baghli Achour Mihoubi les exemple ce n’est pas ça qui manque,

Hadj Baghli Achour Mihoubi il faut lancer un travail de proposition , chacun de nous donnera une pierre à l’édifice

Achour Mihoubi Hadj Baghli oui! Il faudrait une intifadha avec certains ingénieurs qui sont prêts à pousser les limites qu’on leur impose.

Hadj Baghli Achour Mihoubi certains ? tu rigoles c’est tous le CTC

Achour Mihoubi Hadj Baghli non! Et pourtant!

Abderrahmane Mahgoun Merci achour d’avoir lancer ce débat et cette prise de conscience

Chafa Ouzzani Quand Odile Decq, invitée du Synaa à Bejaia, a présenté ses projets, il était aisé de voir à quel point sa liberté de conception était immense. C’est une chose qui m’avait marqué.

Hocine Kadri L’enseignement de l’architecture doit garantir un juste équilibre entre forme, fonction et construction. Et l’un des soucis majeurs de l’architecte est de produire des formes (architecture) fonctionnelles (habitables) et (mais aussi) constructibles (réalisables). Pour cela, les notions de structure enseignées aux jeunes architectes sont là pour leur permettre une liberté dans leurs conceptions, d’une part, et de leur fournir le vocabulaire (jargon) des ingénieurs pour pouvoir défendre leur parti architectural. Mais, malheureusement, lorsque l’enseignement n’est fourni que par des académiciens, loin du terrain et de ses réalités, une fuite en avant de ses derniers les poussent à reléguer les questions de stabilité et des normes en vigueur à d’autres compétences (c’est le travail des ingénieurs !??). A mon sens, le vrai chantier serait de définir les critères de compétences des formateurs des architectes. Le programme étant assez riche dans les écoles et instituts, le vrai débat serait de reconsidérer les compétences de ceux qui sont sensés transmettre le(s) savoir(s) : savoir savoir, savoir faire et savoir être. En bref, des connaissances théoriques, des notions pratiques et surtout un comportement vis-à-vis des autres intervenants dans l’acte de bâtir. C’est ce conditionnement qui devrait être de vigueur.

Achour Mihoubi Hocine Kadri tout est réalisable. La seule chose qui change après c’est que t’as en face un client avec un budget c’est tout.

Hocine Kadri Achour Mihoubi raison de plus pour se doter de cette liberté et être capable d’une adaptabilité aux conditions (terrains, clients, budgets,…).

Achour Mihoubi Hocine Kadri tout est réalisable. La seule chose qui change après c’est que t’as en face un client avec un budget c’est tout.
Hocine Kadri Achour Mihoubi raison de plus pour se doter de cette liberté et être capable d’une adaptabilité aux conditions (terrains, clients, budgets,…).
Achour Mihoubi Hocine Kadri crois moi que j’ai vu des adaptations de structure à des projets d’étudiants lamentables. Je n’arrive pas à concevoir qu’un architecte puisse brimer l’imagination d’un étudiant par des considérations de structure inadéquates. C’est une dérive.
Hocine Kadri Achour Mihoubi je ne parle pas d’adaptabilité de la structure, mais celle de l’architecte, c’est le rendre réactif et imaginatif de structure innovante.
Achour Mihoubi Hocine Kadri ce n’est souvent pas le cas.
Wahab Bouchareb Les soucis sur le plan de la structure se posent en termes de moyens (financiers) si le commanditaire tient à la pertinence de l’oeuvre. Je crois que l’audace de Niemeyer était emblematique et elle s’était imposée aux ingénieurs et à leur « veto ».…Voir plus
Hadj Baghli Hocine Kadri c’est simple, dans nos études nous avons tous fait des cours de RDM le profs jongler avec les équations, les formules et exercices, c’était intéressant, mais je n’est jamais trouvé un seul professeur pour m’expliquer comment peux t’on trouver un appuis simple, double ou triple sur un chantier , c’est juste ça qui fait la relation entre théorie et pratique

Fateh Ben Achour Mihoubi (je suis architecte) je suis tout à fait d’accord avec vous, l’architecte engage sa responsabilité civile et profession dans chaque projet, et oui il est un chef d’orchestre Mor Med ce qui veut dire qu’il a été initié a l’ensemble des techniques du bâtiment (pour ceux qui ont vraiment étudié), l’enseignement de l’architecture Hocine Kadri malheureusement n’a rien avoirs avec le terrain (Code des Marchés Publics par exemple) par contre même avec toute la bonne volonté du monde aucun architecte ne peut valider une étude GC par le CTC (cadre juridique oblige) le vrais problème je pense c’est le fait que les lois qui encadre le domaine de la construction en générale a été fait par des administrateur qui non rien avoir avec ce domaine la.

Feriel Gasmi Issiakhem Il faut surtout travailler sur la question du geste collectif dans la construction de nos espaces de vie, le construire ensemble en tant que démarche et pré-requis pour le projet. La question du collectif permet de réinterroger le rôle et la place de de l’architecte. Il faut juste revenir sur ce travail en trois temps : le questionnement du rôle de l’architecte, les gestes collectifs et l’engagement comme vecteur et résultante. L’architecte est une personne qui projette et qui « jette en avant », si l’on doit s’interroger sur la place laissée a sa création , il faut apprendre aussi à penser et expérimenter collectivement , je pense notamment a l’aboutissement du dessein , du projet dans ses petits détails qui en font une véritable œuvre d’art majeur ,une singularité, et cela s’en ressent tout de suite lorsque le concepteur s’entoure de différents professionnels , une architecture de « façade » ne suffit pas , les CES font partie de ce collectif . l’étude de l’éclairage, la conception de luminaires spécifiques, la conception de vasques inédites, de revêtements de sols et murs, du mobilier dessiné et réalisé, la proposition d’une fresque (sculpture ou peinte) par des artistes Ferrus de colorimétrie … une singularité, c’est ce que l’œil voit. C’est ce que le cœur ressent, l’ingénieur quant à lui est grandement remercié de bien faire tenir debout la pensée de l’architecte. merci Achour pour lancer ce débat

Achour Mihoubi Feriel Gasmi Issiakhem le tour de table est continu. Bien le mener est u ne question de compétences qui s’acquièrent. Entretenir le va et vient sans cesse avec des soucis de niveaux et des limites d’investigation, de doutes, d’adrénaline…est ce qui fait carburer l’architecte et ce qui alimente en retour le travail collectif dont tu parles et en définitif ce qui replace l’architecte dans son rôle. 

Fateh Ben En parlant des CES il faut parler de l’empreinte écologique (bilan énergétique, thermique…… ).

Selmoune Kader Globalite

Md Larbi Merhoum Je pense que nos impasses sont génériques. Questionner la qualité de nos oeuvres c est questionner notre utilité sociale,culturelle et économique dans un environnement ou la distribution de la rente et la gestion bureaucratique ont fini par occulter  des notions comme rationalité,performance,culture, plus value, rendre compte…
La qualité n étant pas une exigence ( c est valable en amont et en aval de l acte de batir) il n y a rien qui tire l architecte vers le haut sinon sa propre conscience des choses et peut-être une petite ambition de servir à kk chose..
Quand la qualité devient accidentelle c est que la vue pour nous tous est trouble. Les jeunes! On parle d une corporation ou 80% des architectes et d enseignants sont des médecins et des pharmaciens contrariés!!!

Samia Labou Il est vrai que nous constatons sur le terrain le recul de L’ARCHITECTE par rapport à responsabilité dans la globalité du projet .

Celya Benyahia Comme il y a des architectes qui font la dichotomie entre architecture et construction, hors la construction peut exister sans architecture mais pas l’inverse. On conçoit dons des formes bizarroïdes sans grande philosophie derrière, avec l’argument de l’inspiration étrangère et sans contexualisation et surtout sans aucune logique constructive. Le débat devrait être ouvert dans les deux sens évidemment…

Md Larbi Merhoum Comment faire de chaque projet une opportunité culturelle??

Selmoune Kader  Expression en tenant compte contexte et société

Achour Mihoubi Md Larbi Merhoum tu remarqueras que ce fut le thème du premier café du synaa et celui de son premier congrès une année après…comme quoi..

Md Larbi Merhoum Achour Mihoubi l éternel recommencement..J’ adore la teneur des échanges.. faudrait Synaaer tous ces confrères et consoeurs!! Sinon,je crois qu’ on devrait faire un séminaire sur le thème : comment dessiner une école, un collège, un lycée. On ferait oeuvre utile..sur les 500 équipements de ce genre lancés par an,90% des réponses sont en dessous de tout.

Malika Matmar L’acte de bâtir est très complexe et donc implique plusieurs intervenants de compétences différentes mais complémentaires. Je pense qu’il faut d’abord distinguer les projets qui requiert des structures simples de ceux qui impliquent des structures complexes soit volontairement ou imposée par un programme spécial. Deuxièmement , on ne peut pas réduire nos confrères ingénieurs à de simples calculateurs de structure , il existe des logiciels pour ça, par contre ce qui serait intéressant c’est qu’ils soient associé à la conception du projet car eux même sont des concepteur et non des calculateurs de structure. Il est évident que l’idéal serait de considérer la structure d’un projet comme un atout et non une contrainte mais pour cela il faudra mettre le CTC de côté.

Youcef Siyoucef Une question simple : est ce tu arrive à faire la différence entre une contrainte et une pression sans utiliser un dictionnaire? Soit honnête personne ne te regarde

Slim L’architecte Redouani Le développement de l’architecture à travers tout les temps est dût à la recherche artistique innovatrice qui ressort de l’ingéniosité de l’architecte pour une fonction bien déterminée et la structure vient en second lieu comme solution techniques pour préserver et maintenir l’oeuvre architecturale c’est ce qu’on a apprit pendant notre formation. Je vois que le contraire qui prend une naissance à partir d’une structure n’est pas de l’architecture et ne contribue en aucun cas au développement de l’art en général et de l’architecture en particulier. Le squelette est fait pour supporter une forme déjà réfléchie pour une fonction ou une mission bien étudié mais on peut pas réfléchir une forme pour un squelette !!!

Sam Mania Je partage votre avis quant au sens inversé et insensé des rapports entre les métiers où l’architecte est éclipsé dans l’exercice de l acte de bâtir et cela commence effectivement dans le cursus universitaire où les processus suit plutôt une déformation. Mais cela demeure à l’image de l’environnement et des tares politiques et administratives tant pesantes et contraignantes. Et cela est très dominant chez nous ou les esprits n ont pas avancé d une manière générale et dans tout les domaines. Ce qui est désolant est l architecte comme vous dites se trouve emprisonné pour donner libre champs à sa créativité. Une lutte et un combat sont à mener pour réhabiliter cela et rendre la baguette au vrai chef d’orchestre

Bouzid Boudiaf Thank you my friend and unfortunately that I noticed and I took some photos reflecting what you said. I had a discussion with some colleagues when I was home. In my point of view; some are assimilating and considering Building as Architecture which should not be and as far as I am concerned my first contact with the students consists always in highlighting the difference between Architecture and building. Adding to this, we are wasting too much Concrete and the last aspect we lost what I call the urban culture in a way that we can hardly distinguish between the public spaces and the development of some activities (public) is done in a random way without respecting the minimum of security; let alone about the aesthetic….etc

Tewfik Allal Cela rappelle « Le yogi et le commissaire », d’Arthur Koestler

Riad Zfd Boudemagh t’a bien dit monsieur , ou il y a ce dernier temps un débat ou bien des revendications de la part de la communauté d’ingénieur afin d’avoir leur ordre par mérite ou j’ai assisté au sein d’une comission de CLOA , les collègues architectes ont soulevé ou prétexter la RC causé par Le cca

Mohammed Salhi Les mots qui fâchent ….un pavé dans la mare ….au risque de t’atirer la foudre de la corporation ,au mieux une indifférence , ceci étant je me demande qu’elle est la profession qui n’a pas subi les affres de l’apesanteur d’une politique de la médiocrité qui avait instauré un système energivore dont la seule compétences reste le nivellement par le bas dans une société atone ou la valeur travail et l’excellence sont loin d’être des modèles à suivre ,et ou la chose fut tellement pervertie que la beauté n’a plus droit de cité ,dans cette nébuleuse , l’architecte n’est plus qu’un grain de poussière, happé par les turbulences de la vie quotidiennes et dont le seul souci réside dans la survie dans l’indifférence totale , ayant compris sa peine ce dernier se prête au jeu morbide de la médiocrité qui agit par le levier de la sous évaluation des projets et l’accession à la commande par le biais de voies détournées tout cela fini par laminé toute velléités et induit une démission intellectuelle qui nous mènent la ou nous sommes aujourd’hui …

Salim Zertal C’est le deuxième souffle d’un débat vieux de 35 ans. Déjà quand nous étions étudiants à L’EPAU entre 84-89, les prof de structures agissaient sur nos projets d’étudiants comme des gendarmes du poteau-poutre. Mais nous résistons malgré nos frustrations…On ne comprenait pas pourquoi des gestes lyrique, des ondulations, des porte-à-faux, etc.. dans tel revue d’architecture étaient possible et pas sur nos projets d’élève. En allant vivre sous d’autres cieux, on découvre que les ingénieurs ne sont pas des régulateurs du travail de l’architecte. Ils y sont associés très en amont dès l’esquisse APS. Au même titre les ingénieurs sont organisés en profession et ont leur propre agences ou cabinets. Ils répondent de leurs réalisations et engagent leurs responsabilités civile et pénale comme les architectes dans l’œuvre finale. Il n’existe pas d »organes central tel que le CTC, héritage de l’ Algérie soviétique qui dit la messe et donne sa bénédiction aux projets des maître d’œuvre.

Annissa Belkaied Effectivement la décadence commence depuis l’école, et même avant : les bacheliers souvent sont orientés vers l’architecture ( que ce soit leur volonté ou pas) alors qu’ils ont même pas un minimum de connaissances esthétique pour ne pas dire artistique…Un étudiant d’architecture n’est pas et ne doit pas être comme les autres ( avec mon respect pour tout les autres métiers) il doit passer un concours pour savoir si la personne est apte intellectuellement et artistiquement pour ce métier. Tout comme les beaux arts d’ailleurs !

Wissam Meziane Chers amis vous semblez ignorer que la responsabilité décennale solidaire a été institué en 1804 par le code Napoléon, donc à une époque oû l’Architecte cumulait toutes les missions de la maîtrise d’oeuvre et surtout la mission de l’ingénieur civile qui n’avait pas encore acquis sa forme actuelle d’ingénieur structure … donc si l’ingénieur n’est pas cité par la loi c’est simplement que cette profession n’existait pas à l’époque de la promulgation du texte. Pour ce qui est du rôle de l’architecte en matière de conception du dispositif de structure, je rappelle que selon Vitruve la Structure fait partie de l’architecture et c’est un aspect conceptuel important qui ne peut etre délégué ou relégué aux seuls ingénieurs, d’où la nécessaire collaboration et pour cela la maîtrise des concepts de structure y compris le parasismique est une obligation pour l’architecte. Or maintenant les architectes abandonnent la Structure au bon vouloir du CTC et à leur réflexes minimalistes et au moindre effort.

Tewfik Addadahine C’est bien d’y avoir pensé mon cher Achour, pour moi l’aboutissement à un objet architectural est la conjugaison de plusieurs facteurs déterminants et ou influents sur la production de la forme de cet objet. Quand à la structure qui fait partie de ces facteurs, elle ne doit aucunement être un obstacle, au contraire elle doit être un atout qui doit supporter et rehausser la forme de l’objet désiré (exemple le stade nid d’oiseaux de Pékin). L’architecture est à la fois un art et un métier de conception et de réalisation.

Moncef Kala Notre mission d’architecte, Maître d’Oeuvre, est par essence et définition multi-disciplinaire sans oublier notre responsabilité  » décennale  » vis à vis du Maître de l’Ouvrage mais aussi et surtout vis-à-vis de tous les  » citoyens lambda  » concernés de peu ou beaucoup par nos oeuvres produites dans leurs espaces physiques et  » l’Espace Temps  » qui nous suivra jusqu’à l’Eternité. Cette responsabilité ou plutôt ce devoir qui nous incombe nécessite, tout d’abord une Formation Universitaire  » préalable  » nécessaire mais non suffisante dans tous les domaines techniques, scientifiques, sociaux, culturels, polititiques, artistiques, historiques, …… dans tous les domaines qui font, en grande partie, notre raison d’exister et D’ÊTRE. Alors nos relations de travail, de collaboration avec nos Ingénieurs en Tout Corps d’État ne sont qu’une infine partie obligatoire mais non suffisante de notre mission de Maître d’Oeuvre.
De ce fait, je suis révolté sinon choqué d’entendre beaucoup de nos confrères se faire valoir du titre  » D’architectes en TCE  » juste à leur sortie de l’Université ou après 1, 2, …. et même 10 ans de  » pratique(s)  » en qualité de salarié ou libéral. À ce jour, après 45 ans de pratique professionnel que ce soit en qualité salarié, libéral, cadre dirigeant et d’enseignant, je me fait difficilement appelé  » Architecte Tout Court, si je le mérite  » au lieu  » d’Architecte T’. C. E.  ».
De ce point de vue, nos missions, devoirs et responsabilités sont immenses.
Si on arrive à satisfaire 10 pour 100 de toutes nos missions de Maître d’Oeuvre, on pourra dire qu’on a fait Oeuvre Utile pour la postérité.
Notre rôle et collaboration avec tous les Corps d’Etats techniques tels que les Ingénieurs en Génie civil en Études, tout d’abord, en Contrôle puis le Suivi font partie de ces 10 pour 100. Notre responsabilité, dans ce cadre, est TOTALEMENT engagée pour mériter nos salaires ou rémunérations.
L’étude et la réalisation d’un édifice remarquable, en dehors de son espace, environnement et temps, exige de l’architecte, Maître d’Oeuvre, la maîtrise et la coordination pluridisciplinaire de l’ouvrage dont il assume les responsabilités qui lui incombent.
Pour ce qui me concerne, j’ai toujours refusé ces ingérences parallèles ou externes non justifiées et vérifiables, quitte à résilier le contrat de maîtrise d’oeuvre.
Je comprends que cette attitude est difficile à tenir en ces temps de vaches maigres, c’est le prix à payer si on veut que la MAÎTRISE D’OEUVRE retrouve ses lettres de noblesse en ces temps troubles et diffus.
Le 07 mai 2020 Architecte KALAIDJI Mohammed El Moncef.

(le dernier commentaire a été effectué à 15h 30 le 07 mai 2020) . 

 

De la nécessité de lancer le débat sur l’architecture algérienne

L’Algérie est un musée d’architectures. Oui un musée pour le commun des mortels, pour ces gens qui ont voyagé, ces gens qui ont vu « du pays » ! Mais, pour les spécialistes, rien ne transparaît… C’est trivial, banal, peu pertinent.

Chaque architecte (qu’il soit professionnel, chercheur ou formateur) se complaît  dans son confinement, se cramponnant dans sa suffisance  à ses savoirs (ou ses non-savoirs) , ses connaissances (ou ses méconnaissances) , toujours hésitant à entamer le débat (en dehors des soucis corporatistes en rapport à l’exercice de la profession).

En tout cas le champ est toujours silencieux, ou peu bavard. Même à l’occasion des quelques rencontres organisées, les débats superficiels , circonstanciés ne peuvent outrepasser des limites d’une distanciation « normée » pour éviter les collusions de la passion. Et pourtant l’architecture et d’essence scolastique…et la passion est une condition de bonne santé. 

« L’architecture est un ensemble de connaissances et un savoir-faire réunis dans l’art de bâtir. Elle est l’émanation et la traduction d’une culture ». (Art.2. DL.94/07). Malgré sa  complétude et sa densité, il n’en demeure que cette sentence soit interrogeable  en rapport aux  détails et aux  interstices résultant de la coexistence des ses termes-clés.

Connaissances et savoir-faire, art de bâtir ou encore le rapport à la culture, cette discipline semble bien encadrée sur le plan juridique…mais la richesse proviendrait du déploiement des ressources offertes par les liens « hypertextes ». Art de bâtir, savoir-faire , héritage ou appropriation ? La culture, modèle de référence ou réinterprétation ?

Toutes ces interrogations sont en mesure de déclencher des débats houleux….Rien ! Toutes la palabres au sein de l’Ordre des Architectes sont confinées dans les « formalités » administratives en rapport avec l’exercice de la profession…(.CNOA )

Le Syndicat National des Architectes agrées Algériens ( SYNAA . A G élective du 23 janvier 2016) ) , relance le débat sur les intérêts la profession, en insistant sur la qualité architecturale et la maîtrise d’oeuvre. Ici, les chose semblent s’inverser, l’Ordre se soucie davantage des questions « socio-professionnelles » des architectes inscrits au Tableau National. Il donne cette impression d’une instance « socialisante ». Alors que le Syndicat annonce ses inclinations envers la production de la qualité architecturale et prône quelques pistes à même de lancer des débats pour trancher sur des questions fondamentales . (SYNAA)

En somme, le débat sur l’architecture demeure muet. Ce manquement est impardonnable tant le pays laisse constater que les nombreux immenses chantiers en BTP ne peuvent se dérouler dans les silence  . Car en l’absence d’un esprit critique, d’une dynamique de « sachants« , de synthèses de retours d’expériences ou d’un espace d’échange idéel, la qualité architecturale ne pourra être promue. et l’on craint que l’architecture (émanation et traduction d’une culture) ne succombe dans l’inertie des arts mécaniques .

Provocateur….peut-être qu’un sursaut...  

(photo. Beni Abbas. Nov..2013) 

 

Abdelouahab Bouchareb, "De la nécessité de lancer le débat sur l’architecture algérienne," Architectures algériennes, 04/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/31.