Archives de catégorie : PUBLICATIONS

Ouvrages, articles, revues, thèses.

VIE DES VILLES

Membres conseillers

  • Akli AMROUCHE, Architecte-urbaniste
    Directeur de la revue “Vies de Villes”
    a.amroucheatviesdevilles.net
  • Prof. Djillali BENOUAR, Ingénieur
    Professeur à l’Université des Sciences et de Technologies USTHB d’Alger
    d.benouaratviesdevilles.net
  • Prof. Ewa BEREZOWSKAAZZAG, Architecte-urbaniste
    Professeur, Directrice de recherche à l’EPAU d’Alger
    e.b.azzagatviesdevilles.net
  • Prof. Larbi ICHEBOUDENE, Sociologue
    Professeur à l’Université d’Alger
    l.icheboudeneatviesdevilles.net

La revue “Vies de Villes ©” est un support qui traite des sujets relatifs à la production et le devenir de la ville.

Elle est l’unique revue algérienne qui traite à la fois l’architecture, l’urbanisme et les faits de société. Forte de ses multiples positionnements, elle les professionnels, les architectes ainsi que les acteurs sociaux.

Créée en 2005, Vies de Villes est avant tout une aventure humaine, celle d’une équipe pluridisciplinaire avec des ambitions certaines et celle d’une autorité scientifique dans le souci constant d’exigence intellectuelle.

NOTRE PHILOSOPHIE

“Vies de Villes ©” s’inscrit selon une approche originale et volontairement différente en rapport avec notre patrimoine culturel et urbain.

Un principe permanent nous anime, “s’efforcer de communiquer” pour mieux diffuser une meilleure qualité architecturale auprès des professionnels autour de thématiques dont l’empreinte culturelle et environnementale sont les liens fédérateurs, s’inscrivant aussi dans une vraie démarche résolument contemporaine.

Un savoir-faire original et des compétences alliant les expériences des uns et des autres autour de valeurs communes : exigence dans le travail, volonté d’apporter des réponses précises. Nous voulons témoigner, informer, sensibiliser, rechercher et s’impliquer en participant aux débats de l’heure actuelle et en proposant des pistes et des réflexions…

NOTRE EXPERTISE

Nous voulons prendre en charge :

  • les aspects de la maîtrise d’œuvre architecturale et urbaine ;
  • les aspects techniques en construction ;
  • Les aspects techniques d’ordre social, économique et juridique ;
  • la maîtrise d’ouvrage : gestion de la ville, gouvernance,…
  • les acteurs et intervenants dans la production de l’espace.

Sources bibliographiques

 

CE VOLET SERA RÉGULIÈREMENT MIS A JOUR 

Wissam Meziane, « Les limites du droit algérien dans la promotion de la ualité de l’environnement bâti », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11885

Rachid Sidi Boumedine (Sous la direction de). L’urbanisme en Algérie. Echec des instruments ou instruments de l’échec ? Ed. Les Alternatives Urbaines, 2013, 228 p.

Myriam Maachi Maïza, « L’architecture de Fernand Pouillon en Algérie », Insaniyat / إنسانيات [Online], 42 | 2008, Online since 30 September 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/6707 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.6707

Regnault, Cécile. Bousquet, Luc. (2018) Fernand Pouillon, le double exilé de la politique du logement. Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère. DOI: 10.4000/craup.769

Deluz, J. JL’urbanisme et l’architecture d’Alger. Aperçu critique. – Alger / Liége, OPU/ P. Mardaga, 1988.- 199 p.

Tewfik Guerroudj, « La question du patrimoine urbain et architectural en Algérie  », Insaniyat / إنسانيات [Online], 12 | 2000, Online since 31 October 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/7892 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.7892

Mohamed Madani, « Le travail de conception : les représentations des architectes/urbanistes », Insaniyat / إنسانيات [Online], 1 | 1997, Online since 21 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11431

,عمارة بكوش ce 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11984 ; DOI : htt« الهندسة المعمارية المدرسية », Insaniyat / إنسانيات [Online], 6 | 1998, Online sinps://doi.org/10.4000/insaniyat.11984

Ammara Bekkouche, « In memoriam », Insaniyat / إنسانيات [Online], 44-45 | 2009, Online since 13 March 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/118

Ravereau, André. – La Casbah d’Alger, et le site créa la ville. – Préface de Mostéfa Lacheraf. – Paris, Sindbad, 1989.- Collection Bibliothèque arabe.

Myriam MAACHI-MAÏZA : La composition architecturale dans l’œuvre de Fernand Pouillon. Cas d’étude : projets situés dans le Sud-ouest algérien.

(Directeur de recherche : Ammara BEKKOUCHE). Magister en architecture, option Habitat saharien, 124 p., 53 figures, 24 photos, 15 planches. Centre universitaire de Béchar, 2002.

Toussaint, Jean-Yves – Architecte Urbaniste. Un fragment de la crise algérienne- Thèse de Doctorat de l’Université en sociologie urbaine. Nanterre, 1993. 641 p.

Lesbet, Djafar.- La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social.- Alger, O.P.U., 1985.

Abed Bendjelid, « Villes algériennes : premier bilan, premières perspectives », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11882

Zoulikha Boumaza, « Le Vieux Constantine, ambiguïté d’un patrimoine », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11774

Abdelkader Lakjaa, « La ville : creuset d’une culture nouvelle. (Villes, cultures et société en Algérie) », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11785 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11785

Ammara Bekkouche, « Aux origines d’Oran : le ravin de Ras el-Aïn », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11858 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11858

Saddek Benkada, « La création de Médina Jdida, Oran (1845) : un exemple de la politique coloniale de regroupement urbain », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11866

Assia Malki Allouani, « Quartiers de formation coloniale : processus de réappropriation de l’espace colonial. Le cas du Coudiat-Aty à Constantine », Insaniyat / إنسانيات [Online], 14-15 | 2001, Online since 31 January 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/9631 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.9631

فوزي بودقّة, « وجه مدينة الجزائر وجوانب من مسارها العمراني », Insaniyat / إنسانيات [Online], 44-45 | 2009, Online since 11 June 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/2129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.2129

Zoulikha Boumaza, « Le Vieux Constantine, ambiguïté d’un patrimoine », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11774

Zoulikha Boumaza, « La rue dans le vieux Constantine : espace public, marchand ou lieu de sociabilité ? », Insaniyat / إنسانيات [Online], 2 | 1997, Online since 21 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11500

Nabila Chérif, « Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction », Perspective [En igne], 2 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7596 ; DOI : 10.4000/perspective.7596

Feriel Ines Boulbene-Mouadji, « Fernand Pouillon : un bilan historiographique », Perspective [Online], 2 | 2017, Online since 30 June 2018, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.7686

Marc Bédarida, Fernand Pouillon, Paris, 2012, avec des éléments inédits sur l’œuvre de l’architecte, une iconographie remarquable, en particulier de ses réalisations en France et en Algérie coloniale.

Bernard Marrey, Catherine Sayen et Marc Bédarida, Conversations autour… de Fernand Pouillon, modéré par Simon Texier, vidéo publiée par la Cité de l’architecture et du patrimoine en 2013 [en ligne : https://webtv.citedelarchitecture.fr/video/conversations-autourde-fernand-pouillon

Rym Merzelkad, Fernand Pouillon dans la ville d’Alger : connaissance et reconnaissance d’un habitat integré. Cas de l’ensemble du “Climat de France”, Sarrebruck, 2011.

Hadjilah, Asma. « L’architecture des premières maisons européennes d’Alger, 1830-1865. » Artl@s Bulletin 5, no. 1 (2016): Article 2

Samia Henni ARCHITECTURE DE LA CONTRE-RÉVOLUTION L’armée française dans le nord de l’Algérie. Edition B42.

Ines Feriel Boulbene-Mouadji,       Le style neo-mauresque en algerie fondement-portee-reception : (À travers quelques exemples d’édifices à Annaba, Constantine et Skikda. Magister. Soutenu 2012.(Sous la direction de A.BOUCHAREB). Dep.d’Archi. Univ. Mentouri Constantine .

Almi Said, 2002, Urbanisme et colonisation présence française en Algérie, Paris,Pierre Mardaga.

Bacha Myriam, 2011, « Des influences traditionnelles et patrimoniales sur les architectures du Maghreb contemporain », in Architectures au Maghreb (xixe –xxe  siècles), Presses universitaires François Rabelais, p. 1-33

Aiche Boussad, Cherbi Farida et Oubouzar Leila, 2006, « Patrimoine architectural et urbain des xixe et xxe  siècles en Algérie. Projet Euromed Héritage II. Patrimoines partagés », Revue Campus n°3, Septembre 2006, p. 5-17.

Bensmail Sadri, 1995, « la ville comme lieu du changement des pratiques et de représentation idéologiques dialogue et affrontements interculturels en Algérie » in The third Nordic conference on Middle Eastern Studies , 19-22 juin, Finlande.

Cresti Federico, 2003, « Une façade pour Alger : le boulevard de l’impératrice »,in Jean-Louis Cohen, Nabila Oulebsir, Youcef Kanoun (dir.), Alger, Paysages urbain et architecture, 1800-2000, Paris, L’imprimeur, p. 64-87

Mechta Karim, 1991, Maghreb : architecture et urbanisme : patrimoine, tradition et modernité, Paris, Publisud.

Oulebsir Nabila, 1998, « Du politique à l’esthétique : l’architecture néo mauresque à Alger », in Dakhlia J. (dir.), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Actes Sud, p. 299-321

Oulebsir Nabila —, 2004, Les Usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930, Paris, La Maison des sciences de l’homme.

Oulebsir Nabila et al., 2003, Alger. Paysage urbain et architectures, 1800-2000, Paris/Besançon, L’Imprimeur Oulebsir Nabila et Volait Mercedes (dir.), 2009, L’orientalisme architectural, entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard CNRS

«Faut-il se débarrasser des architectes ?»

paru dans El Watan du 23 juin 2014

A défaut de prendre le pouvoir, les architectes ont pris la parole. Et ils l’ont fait plutôt avec véhémence, pour dire leur ras-le-bol d’être les boucs émissaires de la médiocrité esthétique de nos villes. C’était samedi dernier, à l’occasion d’un débat de haute volée qui a réuni les gens de la profession mais aussi des artistes, des écrivains, des chercheurs en sciences sociales.

C’est un nouveau concept baptisé «Café de l’architecture», une initiative du Syndicat national des architectes agréés (Synaa). La somptueuse villa Abdeltif, joyau architectural du patrimoine fahs (fin XVIIIe) a servi d’écrin à cette première édition qui s’est déclinée sous le thème «L’Algérie sans l’architecture ?». Le débat s’est déroulé dans le patio de Dar Abdeltif, sous une lumière éclatante, dans une ambiance décontractée. Et c’est notre collègue Ameziane Ferhani, rédacteur en chef du supplément culturel d’El Watan (Arts & Lettres) qui a été le «maître d’œuvre» de cette rencontre. Usant de son entregent et de son humour, il a veillé intelligemment à la bonne circulation de la parole entre les nombreux participants à ce forum.

Dans une allocution liminaire, Hasna Hadjila, architecte et secrétaire générale du Synaa, affirme : «Le but de ces rencontres est de contribuer à instaurer un débat sur l’architecture en Algérie en réunissant des artistes, des écrivains, des acteurs économiques, des journalistes et l’ensemble de la société civile.»Dressant un constat accablant de la pratique urbanistique sous nos latitudes, elle ajoute : «L’Etat de notre environnement bâti parle de lui-même, à croire que l’Algérie n’a pas formé d’architectes.» Et de s’interroger : «Faut-il se débarrasser des architectes ? C’est une question qui se pose.»

Le débat a été structuré en trois moments. Une première séquence, intitulée «Le regard de l’émotion», a réuni essentiellement des artistes et des auteurs : Hajar Bali, Samir Toumi, Noureddine Saoudi, Mustapha Nedjaï et, pour le cinéma, le regard critique de Ahmed Bedjaoui. L’idée était de convier des néophytes du premier art à s’exprimer sur la manière dont l’architecture se reflétait dans leurs œuvres et dans leur processus de création.

Le deuxième panel, dédié au «Regard de la réflexion», a été centré sur le rapport entre la sociologie et l’architecture avec, à la clé, les interventions de Ghania Lahlouh, Rachid Sidi-Boumedine et Samia Bounaïra. Ghania Lahlouh, professeure à l’EPAU, a invité affectueusement les architectes à se déculpabiliser : «Nous sommes très sévères envers les architectes (…) alors que l’architecture est le reflet et le produit de la société.» Plus loin, elle précise : «L’architecture essaie d’élever à un niveau esthétique ce qui vient de la société.» «Les architectes sont largués, livrés à eux-mêmes, ils ne peuvent assumer toutes les contradictions de la société», fait observer Mme Lahlouh, en insistant sur l’impact de l’environnement social, culturel et institutionnel dans lequel s’inscrit le geste architectural. «Arrêtez de vous culpabiliser, les gouvernants ont un rôle à jouer aussi», plaide l’oratrice.

Pour sa part, Rachid Sidi-Boumedine, spécialiste en sociologie urbaine, analyse le statut de l’architecte et son rapport à ce «demandeur central», comme il l’appelle, qu’est l’Etat. Il rappelle que «l’architecte est un prestataire de service qui dépend d’un client» et l’Etat, selon lui, demeure le «client dominant».

Le sociologue parle, à ce propos, d’une «double domination», à la fois économique et politique. L’architecte, appuie-t-il, n’a pas seulement affaire à un «producteur de logements», mais aussi à un «système autoritaire producteur de normes». «L’architecte devient, dès lors, nu esclave», assène le sociologue. «Il ne lui est pas demandé de réfléchir. Il obéit.» Rachid Sid-Boumedine invite la profession à opérer une révolution mentale. «Il faut faire comme dans toute situation de libération de manière à impulser une réflexion urbanistique pour une architecture de qualité. Ne restez pas prostrés dans vos têtes», recommande-t-il.

«Construire des bâtiments qui parlent et qui chantent»

Dans le dernier panel, consacré au «Regard de la profession», la parole est enfin donnée aux architectes. A la tribune Hasna Hadjila, Larbi Marhoum, Tewfik Guerroudj et Achour Mihoubi, président du Synaa. Tewfik Guerroudj, architecte établi en France, dresse une typologie poétique des bâtiments à la manière de Paul Valéry qui, dans Eupalinos et l’Architecte, écrit : «As-tu remarqué en marchant dans la rue que la plupart des immeubles sont muets tandis que certains parlent alors que d’autres chantent ?» A quoi Guerroudj ajoute une autre catégorie : les bâtiments qui pleurent de tristesse. «C’est lié au mépris du contexte», commente-t-il. «Qu’est-ce qui différencie l’architecture de la construction ?» interroge l’auteur de Petit vocabulaire de l’urbanisme. Il répond : «L’architecture utilise la construction pour lui donner du sens, pour faire parler et chanter les bâtiments.»

Abordant le volet technique, Guerroudj évoque l’importance de l’ingénierie (l’expertise architecturale, en l’occurrence) pour amener les promoteurs immobiliers à construire du beau. «Le coût de l’ingénierie est de 20% en France. En Algérie, c’est entre 7 et 8%», dit-il. Hasna Hadjila enchaîne : «Je tiens à dénoncer une grande supercherie. On forme des architectes, mais les politiques ne commandent jamais d’architecture». «L’architecture est définie comme étant l’art de bâtir. Chez nous, les donneurs d’ordre se sont arrêtés au mot ‘bâtir’. On produit du béton alors que l’architecture s’adresse aux sens et à l’intellect.» Et d’avouer : «Hélas, il m’est difficile en tant que praticienne de vendre ça.»

Pour Larbi Marhoum, ce marasme urbanistique trahit «un malaise de toute la société». Cela participe, selon lui, d’une «crise de projet». «Il n’y a plus de superprojet qui unisse les Algériens», se désole-t-il. «Nous sommes passés d’une société sans individus à des individus sans société.» L’architecte diagnostique également un changement de paradigme, en termes économiques, en soulignant l’emprise de la logique rentière, de la «morale» ultralibérale et la corruption des poches et des âmes dans un secteur où il y a tout de même beaucoup d’argent…

«Avant, il n’y avait pas de chantage aux honoraires. On se retrouve à échanger des honoraires contre une conscience», lâche-t-il.
«Quand on dessine 1000 logements, on programme de la guerre civile, de la misère humaine à grande échelle», déplore Larbi Marhoum en référence aux hideuses «cités des 1283 logements», comme dirait Ferhani, qui enlaidissent nos villes. «L’architecture se retrouve à l’intersection de l’économie, de l’argent, de la spéculation et de la rente. Il est très difficile d’espérer jouer un rôle alors que tout le dispositif fait que l’architecte n’a plus de rôle à jouer», constate le neveu de Larbi Ben M’hidi.

«Le système nous permet de nous doter d’un super-gilet de sauvetage mais on est tous dans une embarcation qui est en train de couler». «Quand vous donnez un logement qui coûte un milliard à quelqu’un ou un crédit d’un milliard à un jeune, difficile de lui expliquer qu’il vient de vendre son âme», observe Larbi Marhoum, avant de marteler : «Nous devons faire preuve de dignité !»

Pour Achour Mihoubi, le «besoin d’architecture» est corollaire d’une «consommation culturelle». Le président du Synaa appelle à la restauration de la parole publique entre les acteurs du circuit, en soulignant l’importance de la «parole citoyenne» dans ce dialogue. Pour lui, «la chose architecturale est une chose publique» qui appelle des «arbitrages démocratiques». Moralité : il faut construire le citoyen avant de construire la cité. Et, pour paraphraser un adage cher aux professionnels du bâtiment, nous dirions : «Quand le citoyen veut, tout va»…

«Faut-il se débarrasser des architectes ?»

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search