Archives mensuelles : janvier 2021

Roland SIMOUNET . Bibliographie

    • SIMOUNET (Roland), Pour une invention de l’espace, Electa Moniteur, Paris, 1986, 143 p.
    •  SIMOUNET (Roland), D’une architecture juste, 1951-1996, complément de textes après décès de RIBOULET (Pierre), DIB (Mohammed), PELEGRI (Jean), Le Moniteur, Paris, 1997, 207 p.
    • SIMOUNET (Roland), Traces écrites, avec une postface par Jean de Maisonseul, Domens, Pézenas, 1997, 92p.
    • SIMOUNET (Roland) , Dialogues sur l’invention , Éditeur scientifique Richard Klein, Le Moniteur, Paris, coll. Questions d’architecture, 2005, 172 p.
    • Encyclopaedia Universalis, Dictionnaire des Architectes, Encyclopaedia Universalis et Albin Michel, Paris, 1999, 783 p.
    • KLEIN (Richard, s.dir.), Roland Simounet à l’œuvre, architecture 1951-1996, édition musée d’Art Moderne de Lille-Villeneuve d’Ascq, Lille-Villeneuve d’Ascq, 2000, 168 p.

    • SODA (Kumido), «La réalisation de la nouvelle agglomération de Timgad pendant la guerre d’Algérie : Roland Simounet et sa «mission impossible» », in

      Livraisons d’histoire de l’architecture, 2005, vol.9, p.149-159.
    • BONILLO (Jean-Lucien), MASSU (Claude), PINSON (Daniel), « L’expérience du bidonville, Roland Simounet et le groupe CIAM-Alger » in La modernité critique, autour du CIAM d’Aix-en-Provence-1953, Imbernon, Marseille, 2006, 303 p.
    •  Anthologie des écrits de Roland Simounet, inventaire et commentaires, Le Moniteur, Paris, 2004.
    • ROLAND (Simounet), «Respect et métamorphose d’un lieu» in Revue de l’Art, vol 68, n°1, 1985, p. 53-54.

  • «Le séminaire archéologie du projet et les archives de Roland Simounet» in L’annuel n°5, École d’architecture de Lille et des Régions Nord, juin 2000.
  • «Le pavillon de l’Aluminium» in La Pierre d’Angle n°27, Paris, juillet-août 2000.
  • Roland Simounet : une revendication tranquille de la modernité. Entretien ddo n°41, Lille, sept. oct. Nov. 2000.
  • «Roland Simounet à l’œuvre» in Le b.a. ba, spécial petit journal de l’exposition, Lille, octobre 2000.

  • Les archives de Roland Simounet, Paul Decaux, Raphaël Hoden, Le Corbusier et Charles Vollery – Restaurer le XXe siècle – La contribution des écoles d’architecture à l’exposition « Roland Simounet à l’œuvre », L’annuel n°6, École d’architecture de Lille et des Régions Nord, juin 2001.
  • COHEN (Jean-Louis), OULEBSIR (Nabila), KANOUN (Youcef), Autour des expositions, Alger paysage urbain et architectures , Éditions de l’Imprimeur, Paris, 2003, 400 p.
  •  « L’Orient véhiculaire de Roland Simounet » in BERTRAND (Nathalie, dir.), L’Orient des architectes, actes du colloque, la Seyne-sur-Mer, Villa Tamaris, 22-24 mai 2003, publications de l’Université de Provence, collection histoire des arts, Aix-en-Provence, 2006, 190 p.
  • MONNIER (Gérard, dir.) et al., « L’exposition Roland Simounet à l’œuvre et sa réception » in L’architecture : la réception immédiate et la réception différée, l’œuvre jugée, l’édifice habité, le monument célébré, publication de La Sorbonne, Paris, 2006, 166 p.DVD

SOURCE: ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAI

Batailles d’architecte.

ALGER Janvier 2021:  BATAILLES PERDUES, BATAILLES A PERDRE  (Acte 2) 
Concours national restreint d’ architecture no 07/2019
College base 6 ,Ain Djarda Medea
Maitre d’ ouvrage : Opgi de Medea
Janvier 2020
Il y a un an, presque jour pour jour, tombait l’avis d’attribution du collège sympathique a faire a Medea. Nous n’etions pas retenus. Nous n’avions même pas atteint la note minimale.
L’ aventure avait commencé par la mise en place d’ un groupement entre mon agence et un jeune architecte talentueux et téméraire Abdou ELEMDANI qui, après avoir fait son stage et un peu plus chez MLM ,a décidé de se lancer dans la bataille de l exercice libéral.
Je l’avais encouragé à le faire en mettant à sa disposition les références de MLM.
Nous avions particulièrement flashé pour le site de Ain Djarda, parce que Abdou est originaire de Medea et que son Papa est un confrère qui connait les arcanes locales      (condition minimale pour un algérois qui veut bosser hors d’Alger!)  Et parce que le site réunissait toutes les tares d’un plan d’aménagement de merde fait certainement par un BET public !
Terrain triangulaire présentant 7 mètres de dénivelé trop petit pour le programme demandé. Y caler un collège base 6 avec 2500 m² de cour et un terrain multisports avec piste d’athlétisme etait juste quasi impossible pour 90 % des concurrents potentiels ,y compris les habitués de l’ OPGI locale!
Pour l’ astuce offerte gratuitement ,il fallait juste poser l’ encombrant stade au point bas du terrain,faire une coupe, dégager un préau au point haut du site et caler des parties de programme en bâtiments soutènement pour soutenir une cour qui se rapprochait de la surface théorique demandée.
Compte tenu de la difficulté de l exercice, nous étions doublement confiants.
Mes 25 ans d’ expérience et ses 25 ans d’ âge ne pouvaient que démonter les belles collines de Médéa.
EBIN NON!!!
le projet fût attribué au sinistre BET public SETAME pour qui le site était devenu plat et l’ obligation d’ y caler la cour de 2500 m2 et le stade multisports avec piste d’athlétisme n’ étaient plus de rigueur.
Nous avons dû mal lire le cahier des charges!!
Nous avons bien déposé des recours auprès de l’ OPGI puis auprès de la Commission sectorielle des Marches du MHUV ,Rien n y fit.
Même le CLOA de Médéa a fait un recours documenté!
Ni le CNOA, ni la DGEP ni la DGUA mis en copie de nos recours n’ ont pu arrêter la machine bureaucratique de sévir.
Ce qui m’ a le plus attristé, ce n’ est certainement pas de perdre un concours public! Je ne fais que ça depuis 25 ans! Mais c’est plutot le désir contrarié de voir Abdou ELEMDANI signer sa première œuvre et s’ affranchir définitivement des conditions merdiques des cahiers de charges en détenant une référence administrativement admise..
Il a cru chuiya que l’ ALGERIE NOUVELLE allait, un peu avec ma complicité lui offrir un ancrage sur cette terre d’ Algérie..
EBIN NON!
Abdou, près avoir galéré deux ans,a laissé l’ Algérie nouvelle aux octogénaires et a décidé de partir a l’ étranger rejoindre les milliers d’ algeriens- ennes- qui dessinent tous les jours leur Algérie nouvelle vue des quais de la Seine.
.

Md Larbi Merhoum (MLM architecte) 

texte publié sur ce carnet avec l’autorisation de l’auteur

VERNISSAGE . 25 ans et des poussières….

VERNISSAGE.
« 25 ans et des poussières »…
Un quart de siècle, l’équivalent d’une génération, alternance de succès et d’insuccès, de plaisir et de déception…
Mais 25 ans d’exercice d’un métier d’art et de technique qui sème la joie, mais qui peut aussi procurer des désillusions à l’auteur…
Il faut trouver quelqu’un pour faire le récit d’un parcours qui se poursuit…
MLM (Med Larbi Merhoum) viendra le 18 et 19 janvier 2021, exposer son parcours dans les dédales de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme (Université Salah Boubnider Constantine 3).
Cet architecte, véritable mécène du XXIe S., saura parler à une génération d’un métier qui doit être renouvelé sinon réinventé.
A Constantine, le plaisir sera double: au delà de sa présence emblématique, MLM allumera énième une bougie dans son parcours de vie.
Chanceux les constantinois, car cette bougie apportera plus de clarté et de convivialité…..

SIGNATURES D’ARCHITECTURE MODERNE A CONSTANTINE

Quel hasard a fait  que des grandes signatures de l’Architecture Moderne se retrouvent sur un site aussi important dans le paysage constantinois ?

Sur la RN 79 au sud de Constantine remontant vers le Plateau de Ain El Bey, Oscar Niemeyer (en 1969), Fernand Pouillon (mi-années 70) et Kenzo Tange (76/77) avaient, chacun de son côté, dessiné un projet, qui aujourd’hui comme un ensemble, marque le paysage de la ville.

Franchement, nous avons (en tant qu’habitants et architectes) mis du temps pour saisir la valeur de ces interventions et les enjeux qu’elles constituent pour la ville. En effet, ces trois réalisations inscrivent Constantine dans la trame historique mondiale concernant la promotion de l’Architecture Moderne. Mis à part , Fernand Pouillon, « fils  de la maison », adopté pour ses réalisations des complexes et autres équipements touristiques post-coloniales, les styles des deux autres  sont considérés comme « avant-gardistes ».

Oui, entre le brutalisme de Niemeyer,  poésie du béton et le métabolisme de Tange,  comme une rupture avec les préceptes figés du MM, Constantine était, sans le savoir, un ilot ou se jouait l’histoire de l’architecture dans un débat par styles interposés.

Dans ces disputations sommitales, Pouillon étalait une riche connaissances des architectures locales vernaculaires, à travers des réinterprétations savantes. Ainsi, La cité U (appelée d’ailleurs Pouillon, officiellement Mentouri) laisse entrevoir un grand nombre de détails architecturaux émanant de lectures expertes de modèles originaux issus des casbahs et des médinas….

Aujourd’hui, ce site très remarquable est en passe de « dénaturation ». 

Au niveau des édifices, l’Université de Niemeyer a subi quelques réaménagements qui ont éclipsé les performances  et l’audace voulues par l’architectes….En clôturant le tour des pilotis du Bloc des Lettres, le défi à la gravitation, jadis très visibles est aujourd’hui estompés. La Cité U 2000 lits (Aicha), n’est pas fonctionnelle….ce qui risque d’accélérer son altération. Quand à la Cité U Pouillon, le manque d’entretien est flagrant.

Au niveau du paysage, l’éperon Draa Boufrika, dont la ligne de « crête » laissait voir l’atterrissage  « élégant » des bâtiments s’est aujourd’hui complètement dilué avec les mastodontes « architecturales », l’Hôtel Marriott et le nouveau Pôle Judiciaire….

Il y a urgence….. Il va falloir « sauver » les bâtiments et préserver le paysage.  

 

Abdelouahab Bouchareb, "SIGNATURES D’ARCHITECTURE MODERNE A CONSTANTINE," Architectures algériennes, 08/01/2021, https://archialg.hypotheses.org/761.