Archives mensuelles : juin 2021

L’ATELIER ET L’ENEIGNEMENT DE L’ARCHITECTURE ET DE L’URBANISME.

نحتاج امثلة على لاميناجمو تاع
تيران فيه كولكتيف و سومي كوليكتيف و الانديفديال ڨروبي ماعرفتش كيفاش نخدمو 😭
حتا كان نلقا ترشيتاكت يعاوني و نخلصو بشرط اني نحتاجهم ليوم بعد
Le pitch;
Un post d’un (e) étudiant (e) , écrit en arabe algérien parlé, à la recherche « d’un aménagement de terrain, contenant de l’habitat collectif, semi-collectif et individuel groupé ». L’apprenant avoue ne pas savoir comment aborder un tel exercice (projet). Il se dit prêt à payer un architecte, à condition de lui fournir le projet aujourd’hui-même. 
Comment réceptionner ce post ?
Un cri de détresse d’un apprenant  sans soutien ?  une déclaration d’impuissance qui met à nu des pratiques frauduleuses,  déloyales, inconvenantes ?
Il y a dès le départ un constat d’échec criard, car ce « cri » ne peut s’exprimer qu’après une accumulation de faits  identiques ou proches. En fait, n’avons-nous  pas vu des Bureaux d’étude d’architecture proposer leurs services aux étudiants ? Le enseignants ne sont-ils au courant de l’ampleur de pratiques.
Trêve de  badinage. N’avons-nous pas entendu que des enseignants mêmes sont derrière cet aiguillage malveillant ?
Il y a dans cette situation les relents des insuffisances pédagogiques, didactiques et éthiques d’une caste de formateurs dont l’évaluation des performances se limite aux « produits » présentés, achevés peu importe l’origine. Dois-je préciser que souvent ce personnel enseignant se retrouve dans ce statut par défaut.  Les seuls diplômes (doctorats ou magisters)  suffisent à leur recrutement, manquant évidemment d’une culture pédagogique,  particulièrement dans l’enseignement de l’architecture et de l’urbanisme. Ainsi, la reconduction des modèles appris, avec leurs insuffisances et leurs « erreurs » sont inculqués, sans innovation sans maitrise.
Par ailleurs l’absence de maturité, de patience de ces jeunes recrues accueillants des apprenants (dont la différence d’âge est minime) arrivent à leur faire abhorrer cette filière dans laquelle ils voulaient faire carrière, usant d’une autorité excessive.
En réalité, l’enseignement de l’architecture commande une passion, un enthousiasme, une aptitude à « ramener » l’autre à aimer la filière, à le motiver, à l’aider à découvrir ses capacités en prenant le temps qu’il faut….avec patience.
En architecture la formation s’initie, se développe et croît (accent circonflexe sur le i), se perfectionne, se bonifie en ATELIER. Or aujourd’hui , ce dernier se banalise de plus en plus. En premier l’Atelier est un espace, un local, un cadre dans lequel l’étudiant « séjourne », il peut y rester travailler le temps nécessaire dans l’accomplissement de ses exercices (nuits et jours et même jours fériés et weekends). Polyvalent, l’atelier accueille les séances de cours, de TD, de TP, de débats, de présentations, de projections…..par conséquent il est aménagé et équipé pour répondre à diverses activités (y compris préparer un café…). 
Parce que ce lieu est appelé à être occupé en permanence, l’étudiant est autorisé à s’approprier un « coin » pour lui tout en respectant les règles de bien séance (propreté, respect des collègues….). Mon ami Tarek Benmohamed, a même établi une charte de son atelier. C’est dire combien l’atelier peut se substituer temporairement au « home »…car l’étudiant peut concrétiser son « habiter »!
L’Atelier devient le lieu ou se tissent la collégialité, l’amitié et la solidarité….L’enseignant est appelé à être un véritable « catalyseur » dans le groupe. Car il n’est pas la seule source des savoirs, en fait cette proximité entre les apprenants favorise une diffusion horizontale des connaissances, de l’apprentissage pratique…..
(Le cri de détresse mentionné au début  de cet article montre combien la solidarité fait défaut entre les étudiants. Car en l’absence de relations à l’intérieur de l’atelier, l’apprenant s’oriente sur l’extérieur) ). 
Mais cette forme de « pédagogie » spécifique à l’enseignement de l’architecture et de l’urbanisme n’est pas facilement admise par les responsables des universités, qui ne connaissent que les « cours, TD et TP ».  En fait, habitués à méthodes pédagogiques rigoureuses, ce personnel  administratif, par ignorance, n’y voit que de l’anarchie. (Personnellement j’ai consacré beaucoup de temps à expliquer dans diverses occasions à expliquer aux responsables universitaires la nature de l’architecture et son enseignement, qui procèdent davantage d’une origine artistique). 
   
Un jour un vice-recteur (pourtant fin pédagogue) , de passage au Département d’Architecture et d’Urbanisme (Campus Zerzara Constantine), constatant l' »anarchie » dans l’occupation des ateliers a eu cette réplique:  » …mais ce n’est pas une salle de cours, c’est un pub anglais!« .
Une de décennie après, je croise ce Monsieur (promu Recteur), j’ai eu tout le temps pour lui expliquer la spécificité de l’enseignement de l’archi. Il m’a écouté sereinement et à la fin il a compris que le « pub » est effectivement un exemple qui correspond à l’atelier d’architecture…..Il a fini par conclure: « ….donc tout est dans l’inspiration ?« .
C’est le cas de cet (te) étudiant(e)….en l’absence d’un cadre adéquat (humain et matériel) favorisant l’inspiration, il (elle) se replie sur le « marché » et la forme « projet en main ».  
Ainsi nait le consommateur, ce client solvable ….
       
Abdelouahab Bouchareb, "L’ATELIER ET L’ENEIGNEMENT DE L’ARCHITECTURE ET DE L’URBANISME.," Architectures algériennes, 10/06/2021, https://archialg.hypotheses.org/834.