LOUNES MESSAOUDI

MESSAOUDI Lounès
Architecte diplômé, Prix National d’Architecture 2012 et Nominé pour le Prix International AGA KHAN 2013
Né le 6 mars 1965 à Makouda (Algérie), diplômé de l’École d’Architecture de Paris Villemin en 1994, il a exercé dans plusieurs cabinets d’architecture parisiens avant de s’installer en tant que libéral. En 2008, il crée en France, avec l’architecte Alain Cayol, la société MC Architectes et installe un atelier d’architecture en Algérie où il obtient le Prix National d’Architecture en 2012 et est toujours à la recherche d’une solution architecturale épurée et minimaliste adaptée aux besoins complexes d’aujourd’hui. Pour lui « le produit de l’acte de bâtir ne devrait en aucun cas être une copie ou un objet formel destiné à flatter l’égo de son auteur ou de son propriétaire, mais un objet unique adapté à son contexte, résultant d’une démarche sérieuse et exigeante de l’esquisse à la livraison ».
Contact : messaoudiarchitecte@gmail.com

Tiziri Fecondation in Vitro Center

Sources bibliographiques

 

CE VOLET SERA RÉGULIÈREMENT MIS A JOUR 

Wissam Meziane, « Les limites du droit algérien dans la promotion de la ualité de l’environnement bâti », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11885

Rachid Sidi Boumedine (Sous la direction de). L’urbanisme en Algérie. Echec des instruments ou instruments de l’échec ? Ed. Les Alternatives Urbaines, 2013, 228 p.

Myriam Maachi Maïza, « L’architecture de Fernand Pouillon en Algérie », Insaniyat / إنسانيات [Online], 42 | 2008, Online since 30 September 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/6707 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.6707

Regnault, Cécile. Bousquet, Luc. (2018) Fernand Pouillon, le double exilé de la politique du logement. Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère. DOI: 10.4000/craup.769

Deluz, J. JL’urbanisme et l’architecture d’Alger. Aperçu critique. – Alger / Liége, OPU/ P. Mardaga, 1988.- 199 p.

Tewfik Guerroudj, « La question du patrimoine urbain et architectural en Algérie  », Insaniyat / إنسانيات [Online], 12 | 2000, Online since 31 October 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/7892 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.7892

Mohamed Madani, « Le travail de conception : les représentations des architectes/urbanistes », Insaniyat / إنسانيات [Online], 1 | 1997, Online since 21 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11431

,عمارة بكوش ce 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11984 ; DOI : htt« الهندسة المعمارية المدرسية », Insaniyat / إنسانيات [Online], 6 | 1998, Online sinps://doi.org/10.4000/insaniyat.11984

Ammara Bekkouche, « In memoriam », Insaniyat / إنسانيات [Online], 44-45 | 2009, Online since 13 March 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/118

Ravereau, André. – La Casbah d’Alger, et le site créa la ville. – Préface de Mostéfa Lacheraf. – Paris, Sindbad, 1989.- Collection Bibliothèque arabe.

Myriam MAACHI-MAÏZA : La composition architecturale dans l’œuvre de Fernand Pouillon. Cas d’étude : projets situés dans le Sud-ouest algérien.

(Directeur de recherche : Ammara BEKKOUCHE). Magister en architecture, option Habitat saharien, 124 p., 53 figures, 24 photos, 15 planches. Centre universitaire de Béchar, 2002.

Toussaint, Jean-Yves – Architecte Urbaniste. Un fragment de la crise algérienne- Thèse de Doctorat de l’Université en sociologie urbaine. Nanterre, 1993. 641 p.

Lesbet, Djafar.- La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social.- Alger, O.P.U., 1985.

Abed Bendjelid, « Villes algériennes : premier bilan, premières perspectives », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11882

Zoulikha Boumaza, « Le Vieux Constantine, ambiguïté d’un patrimoine », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11774

Abdelkader Lakjaa, « La ville : creuset d’une culture nouvelle. (Villes, cultures et société en Algérie) », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11785 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11785

Ammara Bekkouche, « Aux origines d’Oran : le ravin de Ras el-Aïn », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11858 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11858

Saddek Benkada, « La création de Médina Jdida, Oran (1845) : un exemple de la politique coloniale de regroupement urbain », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11866

Assia Malki Allouani, « Quartiers de formation coloniale : processus de réappropriation de l’espace colonial. Le cas du Coudiat-Aty à Constantine », Insaniyat / إنسانيات [Online], 14-15 | 2001, Online since 31 January 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/9631 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.9631

فوزي بودقّة, « وجه مدينة الجزائر وجوانب من مسارها العمراني », Insaniyat / إنسانيات [Online], 44-45 | 2009, Online since 11 June 2012, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/2129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.2129

Zoulikha Boumaza, « Le Vieux Constantine, ambiguïté d’un patrimoine », Insaniyat / إنسانيات [Online], 5 | 1998, Online since 31 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11774

Zoulikha Boumaza, « La rue dans le vieux Constantine : espace public, marchand ou lieu de sociabilité ? », Insaniyat / إنسانيات [Online], 2 | 1997, Online since 21 May 2013, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.11500

Nabila Chérif, « Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction », Perspective [En igne], 2 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7596 ; DOI : 10.4000/perspective.7596

Feriel Ines Boulbene-Mouadji, « Fernand Pouillon : un bilan historiographique », Perspective [Online], 2 | 2017, Online since 30 June 2018, connection on 05 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.7686

Marc Bédarida, Fernand Pouillon, Paris, 2012, avec des éléments inédits sur l’œuvre de l’architecte, une iconographie remarquable, en particulier de ses réalisations en France et en Algérie coloniale.

Bernard Marrey, Catherine Sayen et Marc Bédarida, Conversations autour… de Fernand Pouillon, modéré par Simon Texier, vidéo publiée par la Cité de l’architecture et du patrimoine en 2013 [en ligne : https://webtv.citedelarchitecture.fr/video/conversations-autourde-fernand-pouillon

Rym Merzelkad, Fernand Pouillon dans la ville d’Alger : connaissance et reconnaissance d’un habitat integré. Cas de l’ensemble du “Climat de France”, Sarrebruck, 2011.

Hadjilah, Asma. « L’architecture des premières maisons européennes d’Alger, 1830-1865. » Artl@s Bulletin 5, no. 1 (2016): Article 2

Samia Henni ARCHITECTURE DE LA CONTRE-RÉVOLUTION L’armée française dans le nord de l’Algérie. Edition B42.

Ines Feriel Boulbene-Mouadji,       Le style neo-mauresque en algerie fondement-portee-reception : (À travers quelques exemples d’édifices à Annaba, Constantine et Skikda. Magister. Soutenu 2012.(Sous la direction de A.BOUCHAREB). Dep.d’Archi. Univ. Mentouri Constantine .

Almi Said, 2002, Urbanisme et colonisation présence française en Algérie, Paris,Pierre Mardaga.

Bacha Myriam, 2011, « Des influences traditionnelles et patrimoniales sur les architectures du Maghreb contemporain », in Architectures au Maghreb (xixe –xxe  siècles), Presses universitaires François Rabelais, p. 1-33

Aiche Boussad, Cherbi Farida et Oubouzar Leila, 2006, « Patrimoine architectural et urbain des xixe et xxe  siècles en Algérie. Projet Euromed Héritage II. Patrimoines partagés », Revue Campus n°3, Septembre 2006, p. 5-17.

Bensmail Sadri, 1995, « la ville comme lieu du changement des pratiques et de représentation idéologiques dialogue et affrontements interculturels en Algérie » in The third Nordic conference on Middle Eastern Studies , 19-22 juin, Finlande.

Cresti Federico, 2003, « Une façade pour Alger : le boulevard de l’impératrice »,in Jean-Louis Cohen, Nabila Oulebsir, Youcef Kanoun (dir.), Alger, Paysages urbain et architecture, 1800-2000, Paris, L’imprimeur, p. 64-87

Mechta Karim, 1991, Maghreb : architecture et urbanisme : patrimoine, tradition et modernité, Paris, Publisud.

Oulebsir Nabila, 1998, « Du politique à l’esthétique : l’architecture néo mauresque à Alger », in Dakhlia J. (dir.), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Actes Sud, p. 299-321

Oulebsir Nabila —, 2004, Les Usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930, Paris, La Maison des sciences de l’homme.

Oulebsir Nabila et al., 2003, Alger. Paysage urbain et architectures, 1800-2000, Paris/Besançon, L’Imprimeur Oulebsir Nabila et Volait Mercedes (dir.), 2009, L’orientalisme architectural, entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard CNRS

SMAIL MELLAOUI

  • Smail Mellaoui Architecte Algérien né le 05 aout 1970 à Arris, Batna, Algérie.
  • Exerçant à mon propre compte depuis 1998.
  • De Janvier 1998 à Septembre 1998 Architecte au bureau d’études technique et économique BE ETB BATNA, (Architecte au département d’études).
  • De Janvier 1997 à Septembre 1997 Enseignement a l’institut d Architecture de Tizi Ouzou.
  • De Janvier 1994 à Septembre 1996
  • Architecte au bureau d’études technique et économique URTO de Tizi Ouzou,
  • Architecte au département d’études.
  • Cycle des études : De Septembre 1988 à Septembre 1993 Architecte d’État à l’institut d’architecture et d’urbanisme de Constantine –

TOURING CLUB BISKRA  Projet primé ,  le premier prix national d’architecture et d’urbanisme (Prix du Président de la république). 2014.

Touring Club Biskra

HABITAT EL KANTARA (Biskra) Année ?

LABORATOIRE BATNA  Année ?

ECOLE /CEM Timgad (année ?)

https://www.youtube.com/channel/UC5CCbDFqA-3lB1NOZWznnug

https://www.facebook.com/mellaoui.smail

https://prescriptor.info/site/3329/le-prix-national-d-architecture-2014-remporte-par-smail-mellaoui

https://www.linkedin.com/in/smail-mellaoui-15717041/?originalSubdomain=dz

https://www.archilovers.com/projects/128526/touring-voyages-algerie-biskra.html

LE CHAMPS DE L’ARCHITECTURE: rétrécissement préjudiciable!

Ce texte a été posté par M.Achour MIHOUBI (Architecte) sur sa page Facebook. le jeudi 7 mai 2020 à 00h 53 . Heure inhabituelle pour lancer un débat, et pourtant les réactions enregistrées montrent qu’un grand nombre de faiseurs de la ville, de formateurs ou de citoyens partagent des soucis communs sur des questions en rapport avec la qualité du produit architectural. Avec la permission de M.Achour MIHOUBI, je reproduis in extenso  son post et les débats qu’il a suscités. 

Les architectes sont les concepteurs de la structure des bâtiments qu’ils dessinent. C’est pour cela qu’ils en sont responsables civilement au même titre que les entrepreneurs qui les réalisent. Ce n’est pas l’ingénieur en génie-civil qui doit le faire à leur place. Parce que ce n’est pas son travail. Le sien consiste uniquement à veiller au respect de l’environnement normatif et réglementaire relatif au comportement et à la limitation des risques des structures dont ils ont à établir des notes de calcul. L’architecte lui répond de son œuvre dans sa globalité.

Ces derniers temps il s’est développé, plus que tout temps avant, un travers très dommageable qui voit que l’architecture d’un bâtiment soit réduite à s’accommoder fâcheusement des dispositions structurelles inspirées par les « œillères » d’ingénieurs. Étonnement les architectes se les imposent, très souvent par incompétence, faisant de leurs projets ni plus ni moins des puzzles. Ils croient qu’un « bloc » arrêté par l’ingénieur est une pièce indispensable d’un puzzle et que son rôle se limite juste à les assembler.

Le plus grave c’est que ce conditionnement de l’architecte commence déjà à l’école et dans les départements de l’architecture à l’université. je constate non sans regret des étudiants en architecture s’encombrer des considérations de structure alors que très souvent le parti architectural de leur projet est loin d’être abouti. Ce conditionnement se prolonge lamentablement durant la vie professionnelle qui fait la part belle au diktat des notes de calcul de l’ingénieur.

Les exemples sont légion et il est nécessaire pour le bien de la profession que cela fasse l’objet de journées d’étude pour sensibiliser sur une véritable dérive dans la conception des bâtiments.

Il faut reconnaître qu’il y a indéniablement un rétrécissement monstrueux du champ de l’architecture causé par les architectes incapables de discernement et de ce qui fait véritablement leur champ d’action. Que nous ne soyons pas bons laisse le champs libre aux substituts pour investir plus de terrain cédé et ce n’est certainement pas moi qui le leur reprocherait.

Le chantier de restauration est immense.

ACHOUR MIHOUBI

(ARCHITECTE. Membre fondateur et ancien Président du SYNAA) 

 

Commentaires et débats

Imane Hamou Tout un chantier a entamé et une grande rénovation à procéder.

Mor Med Moi je dirai plutôt le contraire normalement ce n ai pas à l architecte de concevoir la structure du bâtiment mais à l ingénieur de développé la structure adéquate pour les oeuvres malheureusement en algerie l ingénieur fait que les calculs et les pre dimensionemont chez des confrère d autre pays l architecte dessine la silhouette de l oeuvre point.

Lotfi Benmansour .   Mor Med vous vous trompez sur toute la ligne monsieur.

Lotfi Benmansour Mor Med l architecture ce n est pas un dessin et l architecte et la silhouette ça je n ai rien compris

Abderrahmane Mahgoun Mor Med la structure n’est pas dissociée du projet d’architecture, elle fait partie intégrante de la conception aux ingénieurs tout métiers confondus de répondre aux exigences du projet et de son concepteur

Abderrahmane Mahgoun La silhouette n’est pas un projet

Mor Med Lotfi Benmansour l architecte c’est un chef d’orchestre il crée l oeuvre après ses tout les autres ingénieur qui se creuse la tête afin de réalisé le ces et la structure sans pour autant touche à la conception

Mor Med Au contraire moi je n ai pas dit que l architecte est un dessinateurs ç tout le contraire c’est le créateur vérificateur mais ce n ai pas à lui de pense à la structure et les ces vous savais dans le mondantier l architecte donne son oeuvre à plusieur i…Voir plus

Lotfi Benmansour Mor Med il faut être humble monsieur Mor Med l architecte et les ingénieurs sont tous unis à réaliser la conception mise à leur disposition. Cette conception réponde à des exigences et prescriptions particulières ds le but de réaliser l œuvre architecturale la dissociation des métiers ds le monde du bâtiment n existe pas monsieur nous on répond a l l’unité de l œuvre architecturale.

Mor Med Abderrahmane Mahgoun je ne dit pas que la silhouette il faut aller plus loin je n ai pas voulais faire un long commentaire je dit juste que c’est au ingénieur de nous proposer différent structure pour le chef oeuvre

Mor Med Pour la structure des grand projet les architecte lance des concours

Mor Med Je sais mais moi personnellement donne champs libre à l ingénieur c’est être humble

Abderrahmane Mahgoun Mor Med on ne conçoit pas de projet indépendamment de l’ossature

Mor Med Car on a beau propose des structure mais l ingénieur peut innové et faire mieux que nous

Abderrahmane Mahgoun Mor Med il fait mieux s’il répond aux exigences du projet

Mor Med C’est pour sa qu’il faut travaille on collaboration et ne pas donné à l ingénieur juste les calcules et le pre dimensionement

Lotfi Benmansour Mor Med je ne sais pas l architecte pense à quoi si ce n est que la structure de son oeuvre

Abderrahmane Mahgoun Mor Med de plus en plus les « constructions » sont confinées dans un modèle de structure et d’ossature arrêté aux préalables de la conception du projet

Mohamed Drici Mor Med le projet architecturale est un projet intégrale il ne peut pas être soumis à la notion de division des tâches à la méthode fordienne, c’est un projet à une hiérarchie pyramidale ou les intervenants sont des contrôleurs et des vérificateurs  sauf l’architecte, l’ingénieur en gc c un intervenant à un problème technique, purement technique mais la structure du projet va ou delà du technique, elle peu être l’architecture même.

إزري عبدالقادر Effectivement, Oscar Niemeyer a su imposer la primauté de la conception architecturale par la maîtrise des calculs des structures que les organismes de contrôle technique des constructions ont constitué un obstacle par la mise en place de normes, hélas,faisant de l’architecture au service des techniques au lieu du contraire.

Hadj Baghli tu soulèves un problème profond , qui existe depuis la séparation de l’espace et la structure dans l’air de l’acier et du béton armé, dans l’histoire de l’architecture cette dichotomie n’existait pas, art et science en symbiose parfaite, entre l’espace et la structure un seul corp , comme notre système squelettique / musculaire/ nerveux/ cardio-vasculaire un tous organique, jamais cette unions n’a été aussi fort que dans l’architecture de la pierre ou il n’avait qu’une seul force : la compression. avec la technologie des nouveaux matériaux , la flexions et la torsions viennent pour donner à l’espace une autre dimension , mais une dimension obscure séparé par la divisions du travail humain, l’architecture est alors décortiquée par morceaux, chaque corp d’état un lobby, des intérêts, une croyance , une guerre sans merci pour un seul intérêt le pouvoir sur la paternité du projet.

Achour Mihoubi Hadj Baghli c’est bien que tu reviennes en amont pour mieux asseoir la mise en perspective du débat.

Hadj Baghli j’ai fait le tour de ta question et crois moi c’est l’origine principale de notre médiocrité architectural national.

Hadj Baghli Achour Mihoubi le mal qui ronge notre métier est étrange car un mal nécessaire ( l’informatique) un élément déterminant qui explique ta problématique avec clarté

Achour Mihoubi Hadj Baghli pas que!

Hadj Baghli Achour Mihoubi la liste peux s’allonger, ça mérite un grand débat

Wahab Bouchareb Depuis prés de deux décennies, le fond beaux-aristes a été complètement étouffé dans la formation….( la gestion des flux, la multiplication des lieux de formation, souvent ouvertes avec à la base un encadrement composé de plus d’ingénieurs que d’architectes), le souci de la « réalisation » dépasse les libertés dans l’apprentissage…

Hadj Baghli Wahab Bouchareb la problématique de achouri je la résume en deux origines l’amont l’école et Laval la réalité, leur seul point commun un titre le droit d’exercer

Achour Mihoubi Wahab Bouchareb ça fait des ravages et je suis prêt à montrer des exemples.

Hadj Baghli Achour Mihoubi les exemple ce n’est pas ça qui manque,

Hadj Baghli Achour Mihoubi il faut lancer un travail de proposition , chacun de nous donnera une pierre à l’édifice.

Achour Mihoubi Wahab Bouchareb ça fait des ravages et je suis prêt à montrer des exemples.

Hadj Baghli Achour Mihoubi les exemple ce n’est pas ça qui manque,

Hadj Baghli Achour Mihoubi il faut lancer un travail de proposition , chacun de nous donnera une pierre à l’édifice

Achour Mihoubi Hadj Baghli oui! Il faudrait une intifadha avec certains ingénieurs qui sont prêts à pousser les limites qu’on leur impose.

Hadj Baghli Achour Mihoubi certains ? tu rigoles c’est tous le CTC

Achour Mihoubi Hadj Baghli non! Et pourtant!

Abderrahmane Mahgoun Merci achour d’avoir lancer ce débat et cette prise de conscience

Chafa Ouzzani Quand Odile Decq, invitée du Synaa à Bejaia, a présenté ses projets, il était aisé de voir à quel point sa liberté de conception était immense. C’est une chose qui m’avait marqué.

Hocine Kadri L’enseignement de l’architecture doit garantir un juste équilibre entre forme, fonction et construction. Et l’un des soucis majeurs de l’architecte est de produire des formes (architecture) fonctionnelles (habitables) et (mais aussi) constructibles (réalisables). Pour cela, les notions de structure enseignées aux jeunes architectes sont là pour leur permettre une liberté dans leurs conceptions, d’une part, et de leur fournir le vocabulaire (jargon) des ingénieurs pour pouvoir défendre leur parti architectural. Mais, malheureusement, lorsque l’enseignement n’est fourni que par des académiciens, loin du terrain et de ses réalités, une fuite en avant de ses derniers les poussent à reléguer les questions de stabilité et des normes en vigueur à d’autres compétences (c’est le travail des ingénieurs !??). A mon sens, le vrai chantier serait de définir les critères de compétences des formateurs des architectes. Le programme étant assez riche dans les écoles et instituts, le vrai débat serait de reconsidérer les compétences de ceux qui sont sensés transmettre le(s) savoir(s) : savoir savoir, savoir faire et savoir être. En bref, des connaissances théoriques, des notions pratiques et surtout un comportement vis-à-vis des autres intervenants dans l’acte de bâtir. C’est ce conditionnement qui devrait être de vigueur.

Achour Mihoubi Hocine Kadri tout est réalisable. La seule chose qui change après c’est que t’as en face un client avec un budget c’est tout.

Hocine Kadri Achour Mihoubi raison de plus pour se doter de cette liberté et être capable d’une adaptabilité aux conditions (terrains, clients, budgets,…).

Achour Mihoubi Hocine Kadri tout est réalisable. La seule chose qui change après c’est que t’as en face un client avec un budget c’est tout.
Hocine Kadri Achour Mihoubi raison de plus pour se doter de cette liberté et être capable d’une adaptabilité aux conditions (terrains, clients, budgets,…).
Achour Mihoubi Hocine Kadri crois moi que j’ai vu des adaptations de structure à des projets d’étudiants lamentables. Je n’arrive pas à concevoir qu’un architecte puisse brimer l’imagination d’un étudiant par des considérations de structure inadéquates. C’est une dérive.
Hocine Kadri Achour Mihoubi je ne parle pas d’adaptabilité de la structure, mais celle de l’architecte, c’est le rendre réactif et imaginatif de structure innovante.
Achour Mihoubi Hocine Kadri ce n’est souvent pas le cas.
Wahab Bouchareb Les soucis sur le plan de la structure se posent en termes de moyens (financiers) si le commanditaire tient à la pertinence de l’oeuvre. Je crois que l’audace de Niemeyer était emblematique et elle s’était imposée aux ingénieurs et à leur « veto ».…Voir plus
Hadj Baghli Hocine Kadri c’est simple, dans nos études nous avons tous fait des cours de RDM le profs jongler avec les équations, les formules et exercices, c’était intéressant, mais je n’est jamais trouvé un seul professeur pour m’expliquer comment peux t’on trouver un appuis simple, double ou triple sur un chantier , c’est juste ça qui fait la relation entre théorie et pratique

Fateh Ben Achour Mihoubi (je suis architecte) je suis tout à fait d’accord avec vous, l’architecte engage sa responsabilité civile et profession dans chaque projet, et oui il est un chef d’orchestre Mor Med ce qui veut dire qu’il a été initié a l’ensemble des techniques du bâtiment (pour ceux qui ont vraiment étudié), l’enseignement de l’architecture Hocine Kadri malheureusement n’a rien avoirs avec le terrain (Code des Marchés Publics par exemple) par contre même avec toute la bonne volonté du monde aucun architecte ne peut valider une étude GC par le CTC (cadre juridique oblige) le vrais problème je pense c’est le fait que les lois qui encadre le domaine de la construction en générale a été fait par des administrateur qui non rien avoir avec ce domaine la.

Feriel Gasmi Issiakhem Il faut surtout travailler sur la question du geste collectif dans la construction de nos espaces de vie, le construire ensemble en tant que démarche et pré-requis pour le projet. La question du collectif permet de réinterroger le rôle et la place de de l’architecte. Il faut juste revenir sur ce travail en trois temps : le questionnement du rôle de l’architecte, les gestes collectifs et l’engagement comme vecteur et résultante. L’architecte est une personne qui projette et qui « jette en avant », si l’on doit s’interroger sur la place laissée a sa création , il faut apprendre aussi à penser et expérimenter collectivement , je pense notamment a l’aboutissement du dessein , du projet dans ses petits détails qui en font une véritable œuvre d’art majeur ,une singularité, et cela s’en ressent tout de suite lorsque le concepteur s’entoure de différents professionnels , une architecture de « façade » ne suffit pas , les CES font partie de ce collectif . l’étude de l’éclairage, la conception de luminaires spécifiques, la conception de vasques inédites, de revêtements de sols et murs, du mobilier dessiné et réalisé, la proposition d’une fresque (sculpture ou peinte) par des artistes Ferrus de colorimétrie … une singularité, c’est ce que l’œil voit. C’est ce que le cœur ressent, l’ingénieur quant à lui est grandement remercié de bien faire tenir debout la pensée de l’architecte. merci Achour pour lancer ce débat

Achour Mihoubi Feriel Gasmi Issiakhem le tour de table est continu. Bien le mener est u ne question de compétences qui s’acquièrent. Entretenir le va et vient sans cesse avec des soucis de niveaux et des limites d’investigation, de doutes, d’adrénaline…est ce qui fait carburer l’architecte et ce qui alimente en retour le travail collectif dont tu parles et en définitif ce qui replace l’architecte dans son rôle. 

Fateh Ben En parlant des CES il faut parler de l’empreinte écologique (bilan énergétique, thermique…… ).

Selmoune Kader Globalite

Md Larbi Merhoum Je pense que nos impasses sont génériques. Questionner la qualité de nos oeuvres c est questionner notre utilité sociale,culturelle et économique dans un environnement ou la distribution de la rente et la gestion bureaucratique ont fini par occulter  des notions comme rationalité,performance,culture, plus value, rendre compte…
La qualité n étant pas une exigence ( c est valable en amont et en aval de l acte de batir) il n y a rien qui tire l architecte vers le haut sinon sa propre conscience des choses et peut-être une petite ambition de servir à kk chose..
Quand la qualité devient accidentelle c est que la vue pour nous tous est trouble. Les jeunes! On parle d une corporation ou 80% des architectes et d enseignants sont des médecins et des pharmaciens contrariés!!!

Samia Labou Il est vrai que nous constatons sur le terrain le recul de L’ARCHITECTE par rapport à responsabilité dans la globalité du projet .

Celya Benyahia Comme il y a des architectes qui font la dichotomie entre architecture et construction, hors la construction peut exister sans architecture mais pas l’inverse. On conçoit dons des formes bizarroïdes sans grande philosophie derrière, avec l’argument de l’inspiration étrangère et sans contexualisation et surtout sans aucune logique constructive. Le débat devrait être ouvert dans les deux sens évidemment…

Md Larbi Merhoum Comment faire de chaque projet une opportunité culturelle??

Selmoune Kader  Expression en tenant compte contexte et société

Achour Mihoubi Md Larbi Merhoum tu remarqueras que ce fut le thème du premier café du synaa et celui de son premier congrès une année après…comme quoi..

Md Larbi Merhoum Achour Mihoubi l éternel recommencement..J’ adore la teneur des échanges.. faudrait Synaaer tous ces confrères et consoeurs!! Sinon,je crois qu’ on devrait faire un séminaire sur le thème : comment dessiner une école, un collège, un lycée. On ferait oeuvre utile..sur les 500 équipements de ce genre lancés par an,90% des réponses sont en dessous de tout.

Malika Matmar L’acte de bâtir est très complexe et donc implique plusieurs intervenants de compétences différentes mais complémentaires. Je pense qu’il faut d’abord distinguer les projets qui requiert des structures simples de ceux qui impliquent des structures complexes soit volontairement ou imposée par un programme spécial. Deuxièmement , on ne peut pas réduire nos confrères ingénieurs à de simples calculateurs de structure , il existe des logiciels pour ça, par contre ce qui serait intéressant c’est qu’ils soient associé à la conception du projet car eux même sont des concepteur et non des calculateurs de structure. Il est évident que l’idéal serait de considérer la structure d’un projet comme un atout et non une contrainte mais pour cela il faudra mettre le CTC de côté.

Youcef Siyoucef Une question simple : est ce tu arrive à faire la différence entre une contrainte et une pression sans utiliser un dictionnaire? Soit honnête personne ne te regarde

Slim L’architecte Redouani Le développement de l’architecture à travers tout les temps est dût à la recherche artistique innovatrice qui ressort de l’ingéniosité de l’architecte pour une fonction bien déterminée et la structure vient en second lieu comme solution techniques pour préserver et maintenir l’oeuvre architecturale c’est ce qu’on a apprit pendant notre formation. Je vois que le contraire qui prend une naissance à partir d’une structure n’est pas de l’architecture et ne contribue en aucun cas au développement de l’art en général et de l’architecture en particulier. Le squelette est fait pour supporter une forme déjà réfléchie pour une fonction ou une mission bien étudié mais on peut pas réfléchir une forme pour un squelette !!!

Sam Mania Je partage votre avis quant au sens inversé et insensé des rapports entre les métiers où l’architecte est éclipsé dans l’exercice de l acte de bâtir et cela commence effectivement dans le cursus universitaire où les processus suit plutôt une déformation. Mais cela demeure à l’image de l’environnement et des tares politiques et administratives tant pesantes et contraignantes. Et cela est très dominant chez nous ou les esprits n ont pas avancé d une manière générale et dans tout les domaines. Ce qui est désolant est l architecte comme vous dites se trouve emprisonné pour donner libre champs à sa créativité. Une lutte et un combat sont à mener pour réhabiliter cela et rendre la baguette au vrai chef d’orchestre

Bouzid Boudiaf Thank you my friend and unfortunately that I noticed and I took some photos reflecting what you said. I had a discussion with some colleagues when I was home. In my point of view; some are assimilating and considering Building as Architecture which should not be and as far as I am concerned my first contact with the students consists always in highlighting the difference between Architecture and building. Adding to this, we are wasting too much Concrete and the last aspect we lost what I call the urban culture in a way that we can hardly distinguish between the public spaces and the development of some activities (public) is done in a random way without respecting the minimum of security; let alone about the aesthetic….etc

Tewfik Allal Cela rappelle « Le yogi et le commissaire », d’Arthur Koestler

Riad Zfd Boudemagh t’a bien dit monsieur , ou il y a ce dernier temps un débat ou bien des revendications de la part de la communauté d’ingénieur afin d’avoir leur ordre par mérite ou j’ai assisté au sein d’une comission de CLOA , les collègues architectes ont soulevé ou prétexter la RC causé par Le cca

Mohammed Salhi Les mots qui fâchent ….un pavé dans la mare ….au risque de t’atirer la foudre de la corporation ,au mieux une indifférence , ceci étant je me demande qu’elle est la profession qui n’a pas subi les affres de l’apesanteur d’une politique de la médiocrité qui avait instauré un système energivore dont la seule compétences reste le nivellement par le bas dans une société atone ou la valeur travail et l’excellence sont loin d’être des modèles à suivre ,et ou la chose fut tellement pervertie que la beauté n’a plus droit de cité ,dans cette nébuleuse , l’architecte n’est plus qu’un grain de poussière, happé par les turbulences de la vie quotidiennes et dont le seul souci réside dans la survie dans l’indifférence totale , ayant compris sa peine ce dernier se prête au jeu morbide de la médiocrité qui agit par le levier de la sous évaluation des projets et l’accession à la commande par le biais de voies détournées tout cela fini par laminé toute velléités et induit une démission intellectuelle qui nous mènent la ou nous sommes aujourd’hui …

Salim Zertal C’est le deuxième souffle d’un débat vieux de 35 ans. Déjà quand nous étions étudiants à L’EPAU entre 84-89, les prof de structures agissaient sur nos projets d’étudiants comme des gendarmes du poteau-poutre. Mais nous résistons malgré nos frustrations…On ne comprenait pas pourquoi des gestes lyrique, des ondulations, des porte-à-faux, etc.. dans tel revue d’architecture étaient possible et pas sur nos projets d’élève. En allant vivre sous d’autres cieux, on découvre que les ingénieurs ne sont pas des régulateurs du travail de l’architecte. Ils y sont associés très en amont dès l’esquisse APS. Au même titre les ingénieurs sont organisés en profession et ont leur propre agences ou cabinets. Ils répondent de leurs réalisations et engagent leurs responsabilités civile et pénale comme les architectes dans l’œuvre finale. Il n’existe pas d »organes central tel que le CTC, héritage de l’ Algérie soviétique qui dit la messe et donne sa bénédiction aux projets des maître d’œuvre.

Annissa Belkaied Effectivement la décadence commence depuis l’école, et même avant : les bacheliers souvent sont orientés vers l’architecture ( que ce soit leur volonté ou pas) alors qu’ils ont même pas un minimum de connaissances esthétique pour ne pas dire artistique…Un étudiant d’architecture n’est pas et ne doit pas être comme les autres ( avec mon respect pour tout les autres métiers) il doit passer un concours pour savoir si la personne est apte intellectuellement et artistiquement pour ce métier. Tout comme les beaux arts d’ailleurs !

Wissam Meziane Chers amis vous semblez ignorer que la responsabilité décennale solidaire a été institué en 1804 par le code Napoléon, donc à une époque oû l’Architecte cumulait toutes les missions de la maîtrise d’oeuvre et surtout la mission de l’ingénieur civile qui n’avait pas encore acquis sa forme actuelle d’ingénieur structure … donc si l’ingénieur n’est pas cité par la loi c’est simplement que cette profession n’existait pas à l’époque de la promulgation du texte. Pour ce qui est du rôle de l’architecte en matière de conception du dispositif de structure, je rappelle que selon Vitruve la Structure fait partie de l’architecture et c’est un aspect conceptuel important qui ne peut etre délégué ou relégué aux seuls ingénieurs, d’où la nécessaire collaboration et pour cela la maîtrise des concepts de structure y compris le parasismique est une obligation pour l’architecte. Or maintenant les architectes abandonnent la Structure au bon vouloir du CTC et à leur réflexes minimalistes et au moindre effort.

Tewfik Addadahine C’est bien d’y avoir pensé mon cher Achour, pour moi l’aboutissement à un objet architectural est la conjugaison de plusieurs facteurs déterminants et ou influents sur la production de la forme de cet objet. Quand à la structure qui fait partie de ces facteurs, elle ne doit aucunement être un obstacle, au contraire elle doit être un atout qui doit supporter et rehausser la forme de l’objet désiré (exemple le stade nid d’oiseaux de Pékin). L’architecture est à la fois un art et un métier de conception et de réalisation.

Moncef Kala Notre mission d’architecte, Maître d’Oeuvre, est par essence et définition multi-disciplinaire sans oublier notre responsabilité  » décennale  » vis à vis du Maître de l’Ouvrage mais aussi et surtout vis-à-vis de tous les  » citoyens lambda  » concernés de peu ou beaucoup par nos oeuvres produites dans leurs espaces physiques et  » l’Espace Temps  » qui nous suivra jusqu’à l’Eternité. Cette responsabilité ou plutôt ce devoir qui nous incombe nécessite, tout d’abord une Formation Universitaire  » préalable  » nécessaire mais non suffisante dans tous les domaines techniques, scientifiques, sociaux, culturels, polititiques, artistiques, historiques, …… dans tous les domaines qui font, en grande partie, notre raison d’exister et D’ÊTRE. Alors nos relations de travail, de collaboration avec nos Ingénieurs en Tout Corps d’État ne sont qu’une infine partie obligatoire mais non suffisante de notre mission de Maître d’Oeuvre.
De ce fait, je suis révolté sinon choqué d’entendre beaucoup de nos confrères se faire valoir du titre  » D’architectes en TCE  » juste à leur sortie de l’Université ou après 1, 2, …. et même 10 ans de  » pratique(s)  » en qualité de salarié ou libéral. À ce jour, après 45 ans de pratique professionnel que ce soit en qualité salarié, libéral, cadre dirigeant et d’enseignant, je me fait difficilement appelé  » Architecte Tout Court, si je le mérite  » au lieu  » d’Architecte T’. C. E.  ».
De ce point de vue, nos missions, devoirs et responsabilités sont immenses.
Si on arrive à satisfaire 10 pour 100 de toutes nos missions de Maître d’Oeuvre, on pourra dire qu’on a fait Oeuvre Utile pour la postérité.
Notre rôle et collaboration avec tous les Corps d’Etats techniques tels que les Ingénieurs en Génie civil en Études, tout d’abord, en Contrôle puis le Suivi font partie de ces 10 pour 100. Notre responsabilité, dans ce cadre, est TOTALEMENT engagée pour mériter nos salaires ou rémunérations.
L’étude et la réalisation d’un édifice remarquable, en dehors de son espace, environnement et temps, exige de l’architecte, Maître d’Oeuvre, la maîtrise et la coordination pluridisciplinaire de l’ouvrage dont il assume les responsabilités qui lui incombent.
Pour ce qui me concerne, j’ai toujours refusé ces ingérences parallèles ou externes non justifiées et vérifiables, quitte à résilier le contrat de maîtrise d’oeuvre.
Je comprends que cette attitude est difficile à tenir en ces temps de vaches maigres, c’est le prix à payer si on veut que la MAÎTRISE D’OEUVRE retrouve ses lettres de noblesse en ces temps troubles et diffus.
Le 07 mai 2020 Architecte KALAIDJI Mohammed El Moncef.

(le dernier commentaire a été effectué à 15h 30 le 07 mai 2020) . 

 

«Faut-il se débarrasser des architectes ?»

paru dans El Watan du 23 juin 2014

A défaut de prendre le pouvoir, les architectes ont pris la parole. Et ils l’ont fait plutôt avec véhémence, pour dire leur ras-le-bol d’être les boucs émissaires de la médiocrité esthétique de nos villes. C’était samedi dernier, à l’occasion d’un débat de haute volée qui a réuni les gens de la profession mais aussi des artistes, des écrivains, des chercheurs en sciences sociales.

C’est un nouveau concept baptisé «Café de l’architecture», une initiative du Syndicat national des architectes agréés (Synaa). La somptueuse villa Abdeltif, joyau architectural du patrimoine fahs (fin XVIIIe) a servi d’écrin à cette première édition qui s’est déclinée sous le thème «L’Algérie sans l’architecture ?». Le débat s’est déroulé dans le patio de Dar Abdeltif, sous une lumière éclatante, dans une ambiance décontractée. Et c’est notre collègue Ameziane Ferhani, rédacteur en chef du supplément culturel d’El Watan (Arts & Lettres) qui a été le «maître d’œuvre» de cette rencontre. Usant de son entregent et de son humour, il a veillé intelligemment à la bonne circulation de la parole entre les nombreux participants à ce forum.

Dans une allocution liminaire, Hasna Hadjila, architecte et secrétaire générale du Synaa, affirme : «Le but de ces rencontres est de contribuer à instaurer un débat sur l’architecture en Algérie en réunissant des artistes, des écrivains, des acteurs économiques, des journalistes et l’ensemble de la société civile.»Dressant un constat accablant de la pratique urbanistique sous nos latitudes, elle ajoute : «L’Etat de notre environnement bâti parle de lui-même, à croire que l’Algérie n’a pas formé d’architectes.» Et de s’interroger : «Faut-il se débarrasser des architectes ? C’est une question qui se pose.»

Le débat a été structuré en trois moments. Une première séquence, intitulée «Le regard de l’émotion», a réuni essentiellement des artistes et des auteurs : Hajar Bali, Samir Toumi, Noureddine Saoudi, Mustapha Nedjaï et, pour le cinéma, le regard critique de Ahmed Bedjaoui. L’idée était de convier des néophytes du premier art à s’exprimer sur la manière dont l’architecture se reflétait dans leurs œuvres et dans leur processus de création.

Le deuxième panel, dédié au «Regard de la réflexion», a été centré sur le rapport entre la sociologie et l’architecture avec, à la clé, les interventions de Ghania Lahlouh, Rachid Sidi-Boumedine et Samia Bounaïra. Ghania Lahlouh, professeure à l’EPAU, a invité affectueusement les architectes à se déculpabiliser : «Nous sommes très sévères envers les architectes (…) alors que l’architecture est le reflet et le produit de la société.» Plus loin, elle précise : «L’architecture essaie d’élever à un niveau esthétique ce qui vient de la société.» «Les architectes sont largués, livrés à eux-mêmes, ils ne peuvent assumer toutes les contradictions de la société», fait observer Mme Lahlouh, en insistant sur l’impact de l’environnement social, culturel et institutionnel dans lequel s’inscrit le geste architectural. «Arrêtez de vous culpabiliser, les gouvernants ont un rôle à jouer aussi», plaide l’oratrice.

Pour sa part, Rachid Sidi-Boumedine, spécialiste en sociologie urbaine, analyse le statut de l’architecte et son rapport à ce «demandeur central», comme il l’appelle, qu’est l’Etat. Il rappelle que «l’architecte est un prestataire de service qui dépend d’un client» et l’Etat, selon lui, demeure le «client dominant».

Le sociologue parle, à ce propos, d’une «double domination», à la fois économique et politique. L’architecte, appuie-t-il, n’a pas seulement affaire à un «producteur de logements», mais aussi à un «système autoritaire producteur de normes». «L’architecte devient, dès lors, nu esclave», assène le sociologue. «Il ne lui est pas demandé de réfléchir. Il obéit.» Rachid Sid-Boumedine invite la profession à opérer une révolution mentale. «Il faut faire comme dans toute situation de libération de manière à impulser une réflexion urbanistique pour une architecture de qualité. Ne restez pas prostrés dans vos têtes», recommande-t-il.

«Construire des bâtiments qui parlent et qui chantent»

Dans le dernier panel, consacré au «Regard de la profession», la parole est enfin donnée aux architectes. A la tribune Hasna Hadjila, Larbi Marhoum, Tewfik Guerroudj et Achour Mihoubi, président du Synaa. Tewfik Guerroudj, architecte établi en France, dresse une typologie poétique des bâtiments à la manière de Paul Valéry qui, dans Eupalinos et l’Architecte, écrit : «As-tu remarqué en marchant dans la rue que la plupart des immeubles sont muets tandis que certains parlent alors que d’autres chantent ?» A quoi Guerroudj ajoute une autre catégorie : les bâtiments qui pleurent de tristesse. «C’est lié au mépris du contexte», commente-t-il. «Qu’est-ce qui différencie l’architecture de la construction ?» interroge l’auteur de Petit vocabulaire de l’urbanisme. Il répond : «L’architecture utilise la construction pour lui donner du sens, pour faire parler et chanter les bâtiments.»

Abordant le volet technique, Guerroudj évoque l’importance de l’ingénierie (l’expertise architecturale, en l’occurrence) pour amener les promoteurs immobiliers à construire du beau. «Le coût de l’ingénierie est de 20% en France. En Algérie, c’est entre 7 et 8%», dit-il. Hasna Hadjila enchaîne : «Je tiens à dénoncer une grande supercherie. On forme des architectes, mais les politiques ne commandent jamais d’architecture». «L’architecture est définie comme étant l’art de bâtir. Chez nous, les donneurs d’ordre se sont arrêtés au mot ‘bâtir’. On produit du béton alors que l’architecture s’adresse aux sens et à l’intellect.» Et d’avouer : «Hélas, il m’est difficile en tant que praticienne de vendre ça.»

Pour Larbi Marhoum, ce marasme urbanistique trahit «un malaise de toute la société». Cela participe, selon lui, d’une «crise de projet». «Il n’y a plus de superprojet qui unisse les Algériens», se désole-t-il. «Nous sommes passés d’une société sans individus à des individus sans société.» L’architecte diagnostique également un changement de paradigme, en termes économiques, en soulignant l’emprise de la logique rentière, de la «morale» ultralibérale et la corruption des poches et des âmes dans un secteur où il y a tout de même beaucoup d’argent…

«Avant, il n’y avait pas de chantage aux honoraires. On se retrouve à échanger des honoraires contre une conscience», lâche-t-il.
«Quand on dessine 1000 logements, on programme de la guerre civile, de la misère humaine à grande échelle», déplore Larbi Marhoum en référence aux hideuses «cités des 1283 logements», comme dirait Ferhani, qui enlaidissent nos villes. «L’architecture se retrouve à l’intersection de l’économie, de l’argent, de la spéculation et de la rente. Il est très difficile d’espérer jouer un rôle alors que tout le dispositif fait que l’architecte n’a plus de rôle à jouer», constate le neveu de Larbi Ben M’hidi.

«Le système nous permet de nous doter d’un super-gilet de sauvetage mais on est tous dans une embarcation qui est en train de couler». «Quand vous donnez un logement qui coûte un milliard à quelqu’un ou un crédit d’un milliard à un jeune, difficile de lui expliquer qu’il vient de vendre son âme», observe Larbi Marhoum, avant de marteler : «Nous devons faire preuve de dignité !»

Pour Achour Mihoubi, le «besoin d’architecture» est corollaire d’une «consommation culturelle». Le président du Synaa appelle à la restauration de la parole publique entre les acteurs du circuit, en soulignant l’importance de la «parole citoyenne» dans ce dialogue. Pour lui, «la chose architecturale est une chose publique» qui appelle des «arbitrages démocratiques». Moralité : il faut construire le citoyen avant de construire la cité. Et, pour paraphraser un adage cher aux professionnels du bâtiment, nous dirions : «Quand le citoyen veut, tout va»…

«Faut-il se débarrasser des architectes ?»

Katia FASLA

PRÉCISION 

Le but de cette catégorie est de faire connaitre les architectes algériens. En fait, il s’agit de mettre un nom sur un édifice, un ouvrage, un aménagement. Aussi, il n’est pas question de « mettre » en exergue un produit par rapport à un autre, ni un nom par rapport à un autre. Cette valorisation sera l’apanage des « pairs » ou des lecteurs….Car ici ne figurent que les « œuvres » accessibles sur le net, ou connues  et relevés par nos soins.

Aussi, je dois signaler que les contenus de chaque « tiroir » (correspondant à chaque architecte ) demeurent ouverts, pour y insérer des nouveautés, des modifications , ou même pour introduire  un mini CV.  Il suffirait de me les envoyer.   

Katia Fasla est diplômée de l’école d’architecture EPAU d’Alger en 1986. Elle a longuement contribué à la conception, au dessin et au rendu de projets importants et aussi variés que bureaux, logements et équipements, et a régulièrement participé à des concours nationaux d’architecture dont plusieurs ont été remportés.

En 2002, elle s’installe en tant qu’architecte libérale. En cinq ans, elle est lauréate de deux concours publics importants (Ecole des impôts d’Oran, 9 000 m² et Centre de préparation des équipes nationales d’Alger, 14 000 m²) et en charge de plusieurs projets essentiellement de bureaux pour des privés (voir liste des projets).

Pour comprendre la démarche de cette architecte, il faut mesurer la complexité du contexte dans lequel elle exerce sa profession : Un contexte où se conjuguent recherche identitaire, carences institutionnelles et règlementaires de la maîtrise d’œuvre, disparition du savoir faire dans le bâtiment, suprématie d’un règlement parasismique rigide, invasion d’ investisseurs étrangers avec projets clés en mains, le tout dans une frénésie générale de construction, et dans un contexte international de mondialisation et de préoccupations environnementales. Aussi, pour Katia Fasla, l’exercice de la profession relève, avant tout d’un combat quotidien, celui d’asseoir dans son pays un métier peu connu

AMÉNAGEMENT STADE FERHANI ALGER. Année ? 

RÉSIDENCE PRIVÉE PARADOU ALGER Année ? 

IMMEUBLE DE BUREAUX HYDRA  ALGER Année ? 

GUSTAVE UMBDENSTOCK ET JEAN-MARIE.

Gustave UMBDENSTOCK , ne le 24 decembre 1866 à Colmar, mort le 16 novembre 1940 à Paris.

« Titulaire du diplôme d’architecte depuis 1893, deuxième second Grand Prix de Rome en 1896 et, l’année suivante, associé à Marcel Auburtin, premier prix du concours pour le Palais des Armées de terre et de mer de l’Exposition internationale de 1900, il exerçait aussi ses talents de pédagogue à l’École des beaux-arts de Paris où il était le « patron », comme cela se disait jusqu’en 1968, d’un atelier libre fondé en 1906 ou 1909. »

« Le Corbusier lui éleva, à son corps défendant sans doute, un autre monument, de papier celui-là, l’admonestant, mais publiant de nombreuses photographies de ses œuvres et le citant longuement, dans Croisade ou le crépuscule des académies, un petit ouvrage, presqu’une plaquette, écrite en 1933 au plus fort d’une polémique qui opposait les camps de la tradition et de la modernité et, en particulier, les adhérents des Congrès internationaux d’architecture moderne, ceux que le critique d’art Camille Mauclair dénonçait dans les pages du Figaro 4, d’un côté, à gauche accusait-on, ce qui n’était qu’à moitié vrai, et, de l’autre, à droite donc, ce qui paraît vraisemblable, les membres de l’Association des architectes anciens combattants dont le professeur de Polytechnique était alors le président d’honneur. Car Umbdenstock fut l’un des acteurs les plus actifs du débat architectural de l’entre-deux-guerres. Défenseur de la tradition académique mais surtout du régionalisme, cette doctrine qui affirmait que l’architecture contemporaine ne réussirait son intégration dans les paysages de France qu’en imitant les styles des bâtisses campagnardes, des styles qui se différencieraient selon les régions, il escalada quelques tribunes partisanes, fit paraître des articles dans Art national, la revue de l’Aaac, et publia à compte d’auteur une plaquette qui dénonçait les fauteurs de chômage, ces architectes du Mouvement moderne, qui avaient renoncé à la pierre taillée et moulurée, au décor sculpté, à la fresque, à tout ce qui faisait vivre les métiers d’art et les artisans du bâtiment 5. En fait les déclarations du polémiste reposaient sur des convictions profondes et des idées et valeurs architecturales qui, pendant plus de trente-cinq ans, furent enseignées rue Descartes. »

Lire la suite de l’article :

Jean-Claude Vigato«  Gustave Umbdenstock, professeur  d’architecture », Bulletin de la Sabix [Online], 16 | 1996, Online since 22 February 2012, connection on 06 May 2020URL: ttp://journals.openedition.org/sabix/804

 

  

BANQUE D’ALGERIE A SKIKDA 

BANQUE D’ALGERIE A ORAN (Bd Clemenceau) 1931/32

BANQUE D’ALGERIE ALGER

Façade principale.

SES COURS à l’Ecole Polytechnique (+ de 1000 pages)

Les Objectifs de son cours

« exposer et prouver les lois de la composition artistique communes à la peinture, la sculpture, l’architecture », puis d’« appliquer ensuite ces lois à l’architectonique, en dégager une conception philosophique indiquant la voie d’une architecture nationale française ».

  • Autre source sur les cours de Gustave Umbdenstock 

Les cours d’architecture de Gustave Umbdenstock dans le premier tiers du XXe siècle : formes orales et documents imprimés

  • Autres sources : 
  • Interview de G.Umbdenstock  in Chantiers Nord-Africains 07/1931. pp.772-773.

(On peut lire ceci :

 Aujourd’ui : le carton, non: le papier, le percé, le monde inorganique, l’invertébré.

 « On a oublié que tout est calibré, rythmé, admirablement concerté dans la nature et qu’on ne fait une œuvre d’art qu’en s’inspirant directement de la nature. Mais non, aujourd’hui, on l’interprète. Je vous demande un peu : ils interprètent la nature. Ce serait à mourir de rire, si cela ne donnait envie d’en pleurer…

Trois secondes de silence, vite :

— Mais alors l’architecte…

—• …Il doit être le chef, il doit rester un artiste et conserver toute son indépendance.

En me reconduisant, M. Umbdenstock ajoute, sur le palier :

— Notez encore — et attribuez à ceci une portée absolument générale — sans noblesse, il n’y a pas de métier… »

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search