Archives par mot-clé : Algérie

Architecture à Alger entre les deux guerres (M.Lathuillière et A.Seiller)

  • Marcel LATHUILLIERE né le 3 aout 1903 à Paris décédé 1984  Architecte DPLG

Albert SEILLER né le 28 novembre 1901 a Alger Architecte Ancien élève de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris

Immeuble Rue Dr. Trolard (Auj.MokhtarAbdellatif)      MARCEL LATHUILLIERE. Asile de nuit Alger 1932.

Marcel Lathuillière (1903-1984), père de Jean Lathuillière, étudie aux Beaux-Arts de Paris (atelier Pontremoli) et s’installe comme jeune architecte à Alger en 1928 à l’occasion du concours du Foyer civique. Associé à Albert Seiller jusqu’à la mort de celui-ci fin 1938, puis de 1947 à 1975 à Nicolas Di Martino et Jean Dudych, en enfin de 1976 à 1984 à Jean Lathuillière et Pierre Dudych, il construit notamment un grand nombre d’immeubles de logement à Alger (entre autres, HBM avant-guerre; HLM Hussein-Dey, 1961; résidences à Alger), des écoles et lycées (ainsi à El Biar: école, 1939; école normale de jeunes filles, 1953; lycée de garçons), l’aérogare d’Alger-Maison-Blanche (1956) et puis ceux de Bône, Constantine et Reggane, et la cité administrative de Médéa (1961). Dans les années cinquante l’agence intervient aussi en France (immeubles à Montpellier) où elle est rapatriée en 1962.

        SALLE DE CINEMA LA PLAZA Alger. 1938

Immeuble Rue Sadi Carnot Alger .1930 (?)

ORPHELINAT BENI MESSOUS ..ALGER 1934/35

  • SOURCES :
  • Les chantiers Nord-Africains.
  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_LATJE

 

GUSTAVE UMBDENSTOCK ET JEAN-MARIE.

Gustave UMBDENSTOCK , ne le 24 decembre 1866 à Colmar, mort le 16 novembre 1940 à Paris.

« Titulaire du diplôme d’architecte depuis 1893, deuxième second Grand Prix de Rome en 1896 et, l’année suivante, associé à Marcel Auburtin, premier prix du concours pour le Palais des Armées de terre et de mer de l’Exposition internationale de 1900, il exerçait aussi ses talents de pédagogue à l’École des beaux-arts de Paris où il était le « patron », comme cela se disait jusqu’en 1968, d’un atelier libre fondé en 1906 ou 1909. »

« Le Corbusier lui éleva, à son corps défendant sans doute, un autre monument, de papier celui-là, l’admonestant, mais publiant de nombreuses photographies de ses œuvres et le citant longuement, dans Croisade ou le crépuscule des académies, un petit ouvrage, presqu’une plaquette, écrite en 1933 au plus fort d’une polémique qui opposait les camps de la tradition et de la modernité et, en particulier, les adhérents des Congrès internationaux d’architecture moderne, ceux que le critique d’art Camille Mauclair dénonçait dans les pages du Figaro 4, d’un côté, à gauche accusait-on, ce qui n’était qu’à moitié vrai, et, de l’autre, à droite donc, ce qui paraît vraisemblable, les membres de l’Association des architectes anciens combattants dont le professeur de Polytechnique était alors le président d’honneur. Car Umbdenstock fut l’un des acteurs les plus actifs du débat architectural de l’entre-deux-guerres. Défenseur de la tradition académique mais surtout du régionalisme, cette doctrine qui affirmait que l’architecture contemporaine ne réussirait son intégration dans les paysages de France qu’en imitant les styles des bâtisses campagnardes, des styles qui se différencieraient selon les régions, il escalada quelques tribunes partisanes, fit paraître des articles dans Art national, la revue de l’Aaac, et publia à compte d’auteur une plaquette qui dénonçait les fauteurs de chômage, ces architectes du Mouvement moderne, qui avaient renoncé à la pierre taillée et moulurée, au décor sculpté, à la fresque, à tout ce qui faisait vivre les métiers d’art et les artisans du bâtiment 5. En fait les déclarations du polémiste reposaient sur des convictions profondes et des idées et valeurs architecturales qui, pendant plus de trente-cinq ans, furent enseignées rue Descartes. »

Lire la suite de l’article :

Jean-Claude Vigato«  Gustave Umbdenstock, professeur  d’architecture », Bulletin de la Sabix [Online], 16 | 1996, Online since 22 February 2012, connection on 06 May 2020URL: ttp://journals.openedition.org/sabix/804

 

  

BANQUE D’ALGERIE A SKIKDA 

BANQUE D’ALGERIE A ORAN (Bd Clemenceau) 1931/32

BANQUE D’ALGERIE ALGER

Façade principale.

SES COURS à l’Ecole Polytechnique (+ de 1000 pages)

Les Objectifs de son cours

« exposer et prouver les lois de la composition artistique communes à la peinture, la sculpture, l’architecture », puis d’« appliquer ensuite ces lois à l’architectonique, en dégager une conception philosophique indiquant la voie d’une architecture nationale française ».

  • Autre source sur les cours de Gustave Umbdenstock 

Les cours d’architecture de Gustave Umbdenstock dans le premier tiers du XXe siècle : formes orales et documents imprimés

  • Autres sources : 
  • Interview de G.Umbdenstock  in Chantiers Nord-Africains 07/1931. pp.772-773.

(On peut lire ceci :

 Aujourd’ui : le carton, non: le papier, le percé, le monde inorganique, l’invertébré.

 « On a oublié que tout est calibré, rythmé, admirablement concerté dans la nature et qu’on ne fait une œuvre d’art qu’en s’inspirant directement de la nature. Mais non, aujourd’hui, on l’interprète. Je vous demande un peu : ils interprètent la nature. Ce serait à mourir de rire, si cela ne donnait envie d’en pleurer…

Trois secondes de silence, vite :

— Mais alors l’architecte…

—• …Il doit être le chef, il doit rester un artiste et conserver toute son indépendance.

En me reconduisant, M. Umbdenstock ajoute, sur le palier :

— Notez encore — et attribuez à ceci une portée absolument générale — sans noblesse, il n’y a pas de métier… »