Archives par mot-clé : architecte

Ilyes SALHI

Mr.SALHI LYES – Architecte Manager

  • Diplômé de l’école Polytechnique d’Architecture et D’Urbanisme – EPAU – ALGER – 1980.
  • Président Directeur Général – BET’S…….Depuis 1999
  • S/Directeur Technique – Direction des Résidences Officielles – Présidence de la République ………………1991 / 1994
  • Chef de Projet de Cinq (05) Résidences d’Hôtes – Zéralda – Présidence de la République ……………..1988 / 1990
  • Chef de Projet, Ecole Supérieure des Cadres, Bouzaréah – Présidence de la République ……………..1986 / 1987
  • Directeur de Projets, Hôtel El Mithaq, Centre socioculturel – Riadh El Feth ( le Monument )……… 1983 / 1986

HOTEL BENIS (HASSI MESSAOUD)

  • Surface du terrain : 54 400 m²
  • Surface emprise au so
  • l : 8700 m²
  • Surface plancher : 31 000 m²
  • Hotel : 15 500 m²
  • Villa : 4320 m²
  • Centre conférences : 2450 m²
  • Business center : 8730 m²

240 Logements Tigditt – Mostaganem

René BRUNO

ARCHITECTE géomètre.

Projet de 40 habitations « pour indigènes » à Staouéli. 1929-1931.  

Le projet occupe un terrain communal de 991.80 m².

Le programme consiste en la construction d’habitations composées d’une chambre de 20 m& (4 m x 5 m), avec un coin atre, une cour et une « wc ». ces habitations sont dotées d’eau potable et de « connectées » à l’égout.

Cet ensemble est organisé en blocs d’habitations répartis selon un plan en damier (avec deux places).

Cette composition rappelle étrangement les villages de colonisation et les « fururs » village de regroupement des années 50/60.

 

Sources: CHANTIERS NORD-AFRICAINS. Juillet 1932.

Mohamed Larbi MERHOUM

Mohamed Larbi MERHOUM né le 16 janvier 1964 à Alger. Architecte/urbaniste diplômé de l’EPAU en  1987.

  • Passage au BEREG (Bureau d’Etude et de Recherche et d’Engineering Général).
  • En 1993 Il fonda sa propre Agence MLM. 
  • 1995-1998, président du Conseil Local de l’Ordre des Architectes d’Alger (CLOA).
  • 1999 Prix du Président de la République  avec le projet du SIEGE CNEP de Sétif.
  • 2004. Prix National d’Architecture  avec projet du SIEGE SOFINANCE Alger.
  • 2012. Prix National d’Architecture avec un projet IMMEUBLE HISTORIAL Alger.   

LE SIEGE CNEP DE SETIF 1999

HISTORIAL Rue Benmhidi ALGER 2004

 

H HOUSE ALGER 2007

 

BIBLIOTHÈQUE TELEMLY ALGER 2004

Cette bibliothèque de quartier, conçue en 2004 par l’architecte Larbi Merhoum, s’inscrit dans la lignée des édifices qui ont investi la ligne de crête depuis les années 1950.

Ce bâtiment, qui surplombe l’ancien quartier de la Robertseau, s’offre une double échelle : l’une domestique, en rapport avec le quartier pavillonnaire dans lequel il s’insère, et l’autre comme un repère urbain, puisqu’il s’adresse de manière évidente à la ville.

Son programme culturel a été l’occasion pour l’auteur de transcrire sur la façade l’esthétique de l’œuvre picturale de Mondrian.

 

 

 

 

 

 

RESIDENCE BEL HORIZON BOUISMAIL

LYCEE TIARET 

 

Rencontre
Alger #3 : Mohamed-Larbi Marhoum “regarde la ville en architecte”
Alger est l’une des dernières métropoles populaires de la Méditerranée. Balade impressionniste, toute cette semaine,
avec des Algérois qui nous racontent leur ville. Aujourd’hui, la journaliste Ghania Mouffok rencontre l’architecte
Mohamed-Larbi Marhoum.
Quand Mohamed-Larbi Marhoum, l’un des meilleurs architectes algériens, fait l’éloge convaincu et convaincant d’Alger dans sa partie européenne, et que vous lui faites remarquer que c’était quand même une ville coloniale de laquelle étaient exclus les «indigènes » , il balaie le passé et parle d’avenir : «Je regarde cette ville en architecte. Alger a supporté les pieds-noirs, puis les Algériens se la sont appropriée en 1962. Cette ville est destinée à avoir plusieurs vies . » A 45 ans, passant facilement de l’arabe au français ou à
l’algérois, inspiré autant par le pionnier de l’abstraction Piet Mondrian que par le chaâbi, la musique populaire algéroise, Mohamed-Larbi Marhoum lâche de sa voix gouailleuse : «Nous n’avons pas réussi, depuis soixante ans, à faire un jardin, trois rues alignées correctement…»
L’aveu est d’autant plus terrible que la rue sur laquelle nous avançons porte le nom de son oncle maternel, Larbi Ben M’hidi, héros de la bataille d’Alger, assassiné par les paras français. Si l’héritage est lourd, il libère. Marhoum entre à son tour dans l’Histoire comme le premier architecte algérien à poser son empreinte sur cette rue : après des années d’attente et de travaux au ralenti, il vient de mettre la dernière main à l’Historial, un magnifique écrin pour un lieu culturel aux contours encore mal définis, voulu et financé par la ville d’Alger. Ce lieu polyvalent, mi-centre culturel, mi-médiathèque, pourrait être dirigé par l’écrivain Amine Zaoui.
L’ouvrage contemporain, blanc, est glissé comme une évidence dans cette rue historique (l’ex-rue d’Isly du temps de la colonisation), entre deux immeubles haussmanniens. A l’intérieur, tout devient transparent. Economie de murs, baies vitrées qui donnent à voir d’un
côté la rue Larbi Ben M’hidi et de l’autre, depuis la terrasse, les toits d’Alger. Au loin, la mer. « Il était impossible que quelqu’un d’autre que moi bâtisse ici, sur une rue qui porte le nom de mon oncle ! » s’exclame l’architecte, qui s’est longuement interrogé avant de dessiner le bâtiment : « Comment intervenir sur un territoire aussi dessiné ? Comment fabriquer une institution culturelle qui ne soit pas un symbole de pouvoir ? »
Pari réussi. Mais il aura fallu convaincre le maître d’ouvrage, la mairie d’Alger. Refuser de se soumettre aux canons de
l’esthétique d’aujourd’hui, entre kitscherie et pastiche d’un passé fantasmé. Imposer cette simplicité, ces surfaces sans murs, comme une idée de liberté. Plusieurs fois couronné par les pouvoirs publics, Mohamed-Larbi Marhoum exerce depuis près de vingt ans dans le privé ; il s’autorise d’ailleurs une critique radicale de la politique d’urbanisme menée par les gouvernants algériens : «
Il leur manque un projet de société.

Pendant longtemps, on a considéré que l’Algérien était monochrome, ni en haut, ni en bas, ni à gauche, ni à droite. Tout ceci fabrique des politiques urbaines… totalement à côté. Cette cécité a donné des ghettos pour riches à côté des « bombes à retardement » que sont les

grands ensembles de banlieue où « l’on déplace les Algérois de quartiers innommables pour les jeter à soixante kilomètres sans aucun repère. On va en payer le prix, c’est sûr ». Le soir tombe, les rues s’apaisent. Les embouteillages se résorbent, rendant la ville à ses habitants qui prennent l’air au pied de leurs immeubles : « Alger compte 3 millions d’habitants et 2 millions la traversent tous les jours alors qu’elle a été conçue à l’origine pour 500 000 habitants. La ville résiste et continue de fonctionner. Ce qui prouve à quel point elle a du ressort ».
Ghania MOUFFOK
le 16.07.2011
http://www.telerama.fr/monde/alger-3
QUELQUES LIENS
https://www.youtube.com/watch?v=pv2EXlBp2HI
https://www.elwatan.com/pages-hebdo/magazine/mohamed-larbi-merhoum-architecte-architecte-un-metier-de-liberte-07-06-2019
https://www.facebook.com/MLarbi.Merhoum.Architectes/
https://www.youtube.com/watch?v=o3wWJ8XqC3I
https://www.liberte-algerie.com/culture/un-nouveau-regard-sur-larchitecture-317325
https://viesdevilles.net/pvdv/459/larbi-merhoum-quand-l-experimentation-est-permise
http://www.lexpressiondz.com/culture/25-ans-de-med-larbi-merhoum-315908

https://www.cairn.info/revue-la-pensee-de-midi-2001-1-page-45.htm

MERCI à
.M.Md Larbi MERHOUM
Mme Amina Wissem BOUMACHOUK
Toute l’équipe de MLM. 

LUIGI MORETTI WALTER (années 1968-1973)

  • LUIGI MORETTI WALTER Architecte italien
  • (Rome, 22 novembre 1906 – Capraia, 14 juillet 1973)

HLM, Baïnem (wilaya d’Alger), 1976

HLM, Djen Ben Omar (Kouba, wilaya d’Alger)

HLM, El-Mohammadia (ex-Lavigerie) (wilaya d’Alger),1968

CEM (Collège d’enseignement moyen) de Hydra (wilaya d’Alger), vue générale 1969-71

  • HOTEL AURASSI Alger 1938-76
  •  Pierluigi Borlenghi, Lucio Causa, Giovanni Quadarella et l’ingénieur Silvano Zorzi, 1968-1976

D’après la liste des projets d’écoles et CEM réalisés par L.Moretti, figurent deux établissements à Constantine, un à Faubourg Lamy et l’autre à Sidi Mabrouk. Vu son style, je suis tenté par apparenter le Technicum Ali Boushaba (Sidi Mabrouk) à Luigi Moretti . (J’ai passé un cycle de ma scolarité dans ce Technicum entre 1971-1975).

Hôtel du Sahel au Club des Pins, Alger,

SOURCES :

  • http://elconum.huma-num.fr/
  • http://boowiki.info/art/architectes-italiens-du-xxe-siecle/luigi-moretti-architecte.html
  • Nabila Chérif, « Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction », Perspective [En ligne], 2 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7596 ; DOI : 10.4000/perspective.7596
  • Eleonora Carrano, « Luigi Moretti. Opere in Algeria – L’oeuvre Algérienne », Edizioni Prospettive, Rome, 2007

Merci à Mahdi Ouarab.

 

 

l’architecture-marketing sans architectes !

Architecture sans architectes ?

Une entreprise qui semble souvent spontanée,  instinctive, produit de réflexe du vivant qui refuse le destin de la passivité… Cet humain produit son « abri »,  une sorte d’accoutrement « grossier », fait de succédanés de différentes origines, un ersatz que seuls l’imaginaire et l’urgence peuvent réunir dans l’acte de bâtir…

L’architecture vernaculaire ou régionale, possède ce caractère à la différence que l’imaginaire est collectif, alors que l’acte de bâtir se base sur des expériences séculaires. L’architecture vernaculaire correspond à un ordre social et culturel issu des « codes » locaux. Au delà de l’abri fondamental à une existence stable et sécurisée, les hommes forts de leurs expériences, y insèrent le « confort » adéquat pour « habiter » en poètes.

Une chose est sûre. Les auteurs de cette architecture sont nombreux. Ils n’avaient pas fait de  l’esthétique un souci majeur. Oui, l’esthétique ne semble pas  s’inscrire comme une « valeur  » exclusive… »Fonctionnalistes », ces concepteurs/ bâtisseurs étaient pragmatiques, comptables, économes (qui signifiait écolo également) et réalistes tenaient à préserver leur unité avant tout. Resulat ; un ensemble sobre, expressif, cohérent, « respectueux », fonctionnel, organisé…..tout ce qui assemblé, ne peut ne pas s’inscrire dans les canons de la beauté, tant il répond favorablement à un mode de vie bien défini.

Ainsi, l’esthétique est un résultat au bout d’une entreprise correspondant aux attentes d’une communauté qui n’en fait pas une fixation….

A voir certains édifices aujourd’hui, la « précipitation » de l’architecte (surement sous la pression du client et  même des maîtres d’ouvrage public), est manifeste. L’unique souci, la seule préoccupation demeure celle d’un « rendu  » fascinant, impressionnant  et éblouissant…L’esthétique est dans ce qui fait montre de puissance: le monumental, le mondial (ou mondialisé:globalisé), géant, gigantesque, imposant, titanesque, dinosaurien,  colossal…(je multiplie les qualificatifs, pour dire que tout s’opère sur le visible). L’architecture dans cette entreprise se résume à un habillage de circonstance…..Paillettes et strass sont disponibles pour flanquer un zeste d' »événementiel »  à tout édifices pour « affirmer » une  présence parmi tant d’autres qui visent le même enjeu.

Dans ce sens, cette architecture « factice » peut être classée dans la même catégorie: « sans architecte », car l’auteur agissant sous la « pression » ne peut échapper à un modèle « catalogué », répétitif, froid, impertinent,  u-topique et atemporel. Une architecture du marketing.

Le statut « effacé  » de l’auteur correspond à l’anonymat de cette architecture « savante ». On fait peu cas de l’identité et de la signature  de l’architecte….. Une architecture  sans architecte.

L’architecture vernaculaire a ceci  de particulier qu’elle est « quasi-anatomique« . Aussi une architecte , ne se regarde pas elle se côtoie

! elle met tous les sens à contribution dans le jugement….

Loos aurait dit « l’architecte est un maçon qui a appris le l

atin« … C’est tous les apprentissages émanant des savoirs  vernaculaires insérés dans la culture savante….

L’architecture actuelle ne s’encombre pas des hésitations et des moments « dramatiques » accompagnant les phases de gestation et des balbutiements.  ….Ses auteurs ont appris le langage… informatique qui souvent se montre impuissant à libérer l’instinct du poète ou l’irrationalité de l’artiste.

  • Photo 1. Pole Judiciaire Constantine (
  • Photo 2. Centre commercial Sidi Mabrouk Constantine . (12.05.2020 à 15h00)

Abdelouahab Bouchareb, "l’architecture-marketing sans architectes !," Architectures algériennes, 13/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/338.

Abderrahmane BOUCHAMA

Né en 1910 à Alger mort en 1985.

Ingénieur à l’Institut polytechnique de Nantes puis étudie l’architecture à l’Ecole des Beaux-arts de Paris. 
Etudie la médersa Dar El Hadith (1936-1937).
Ouvre en 1963 une agence avec son fils Elias, actuel architecte du nouveau ministère des Affaires étrangères aux Annassers.
Fondateur et le premier président de l’Union des Architectes algériens.

Réalisations : les Archives nationales (Birkhadem), la Cour Suprême et le Centre culturel (Ben Aknoun), le siège du ministère du Tourisme ainsi que les Instituts islamiques de Constantine (1969), Tlemcen (1970), Caroubier (1972), mosquées dont celles d’El Biar (Place Kennedty) et de Hydra.

INSTITUT DES SCIENCES ISLAMIQUES CAROUBIER ALGER 1972

MOSQUEE MALEK IBN ANAS (année 70 ? ) 

Le LYCEE AHMED BEY CONSTANTINE (de mémoire, Institut islamique, affecté en lycée vers mi années 70)

Affiche Discours dans le Congrès Mondial des Partisans de la Paix  

OUVRAGES 

Article à lire  

  • https://drive.google.com/file/d/1QVTltr_mxzGkJQYgVhXoX8wyAm0zsFwZ/view?usp=sharing

Architecture à Alger entre les deux guerres (M.Lathuillière et A.Seiller)

  • Marcel LATHUILLIERE né le 3 aout 1903 à Paris décédé 1984  Architecte DPLG

Albert SEILLER né le 28 novembre 1901 a Alger Architecte Ancien élève de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris

Immeuble Rue Dr. Trolard (Auj.MokhtarAbdellatif)      MARCEL LATHUILLIERE. Asile de nuit Alger 1932.

Marcel Lathuillière (1903-1984), père de Jean Lathuillière, étudie aux Beaux-Arts de Paris (atelier Pontremoli) et s’installe comme jeune architecte à Alger en 1928 à l’occasion du concours du Foyer civique. Associé à Albert Seiller jusqu’à la mort de celui-ci fin 1938, puis de 1947 à 1975 à Nicolas Di Martino et Jean Dudych, en enfin de 1976 à 1984 à Jean Lathuillière et Pierre Dudych, il construit notamment un grand nombre d’immeubles de logement à Alger (entre autres, HBM avant-guerre; HLM Hussein-Dey, 1961; résidences à Alger), des écoles et lycées (ainsi à El Biar: école, 1939; école normale de jeunes filles, 1953; lycée de garçons), l’aérogare d’Alger-Maison-Blanche (1956) et puis ceux de Bône, Constantine et Reggane, et la cité administrative de Médéa (1961). Dans les années cinquante l’agence intervient aussi en France (immeubles à Montpellier) où elle est rapatriée en 1962.

        SALLE DE CINEMA LA PLAZA Alger. 1938

Immeuble Rue Sadi Carnot Alger .1930 (?)

ORPHELINAT BENI MESSOUS ..ALGER 1934/35

  • SOURCES :
  • Les chantiers Nord-Africains.
  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_LATJE