Archives par mot-clé : architecture

De l’architecte et des maîtrises d’oeuvre et d’ouvrage

De par mon expérience de 45 ans en qualité d’architecte exécutant jusqu’à architecte chef de projet études et suivi, le constat est que notre mission d’architecte a beaucoup changé en tous points de vues et complexités.
Il est évident que notre formation d’architecte en 5 ans s’avère totalement insuffisante pour pouvoir exercer son métier d’architecte maître d’oeuvre.

Ce n’est qu’après plus de 20 ans d’exercice auprès de bureau d’études nationaux, d’entreprises de réalisation dans les différents corps d’état, d’administrations publiques en qualité de maître d’ouvrage délégué ainsi qu’en qualité de maître assistant chargé d’encadrement d’élève architecte au sein d’un Institut d’architecture, ce n’est qu’à partir de ce moment que j’avais accepté d’ouvrir mon cabinet privé d’architecture.

Pour mériter le titre d’architecte libéral maître d’oeuvre, il faut nécessairement prendre tout ce temps de post formation pour comprendre et assimiler la complexité de notre métier pluridisciplinaire.

Pour pouvoir étudier et réaliser un projet dans le respect de toutes les règles de l’art, la maîtrise d’ œuvre est nécessairement toute une équipe pluridisciplinaire qui travaille en parfaite symbiose pour la conception et le suivi de tout projet et ce quelque soit sa taille et compléxité.

Pour que le projet réussisse, la maîtrise d’oeuvre doit être accompagnée par un bon maître d’ouvrage, ce qui n’est pas tout le temps évident.

Au début de ma carrière d’architecte, un collègue architecte français m’avait fait cette réflexion
 » une bonne architecture nécessite un bon maître d’oeuvre et surtout un bon maître d’ouvrage  ».
Notre problème d’architecture en Algérie est surtout posé par l’absence d’un bon maître d’ouvrage en général qui définit au préalable les programmes et les attendus du projet recherché selon un calendrier et des étapes préliminaires pour la confection d’un bon cahier des charges professionnel.

Donc un architecte doit être nécessairement un bon manager dans le domaine technique mais aussi dans le domaine des relations humaines avec tous les intervenants au projet sans exceptions

En Algérie le problème est faussé dès le départ en accordant l’agrément aux nouveaux architectes qui n’ont pas les connaissances minimales de tout ce monde complexe et parfois incompétent qui nous environne.
Toutes ces questions méritent un long débat pour essayer de remettre les pendules à l’heure face à l‘anarchie qui nous environne telle que les copier-coller de l’ AADL qui ne cessent de me choquer et surtout révolter car on est entrain de dénaturer et de défigurer tous nos paysages urbains en périphérie de nos villes comme des cages à poules sans âmes ni qualité urbaine. C’est malheureux mais très grave.

Face à cette situation actuelle qui ne cesse de me mettre en colère, je m’excuse auprès de certains de mes collègues si je les ai choqués ou malmenés.

Moncef KALA 

Architecte

Posté sur FB le 22 juillet  2020 et publié ici avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Ilyes SALHI

Mr.SALHI LYES – Architecte Manager

  • Diplômé de l’école Polytechnique d’Architecture et D’Urbanisme – EPAU – ALGER – 1980.
  • Président Directeur Général – BET’S…….Depuis 1999
  • S/Directeur Technique – Direction des Résidences Officielles – Présidence de la République ………………1991 / 1994
  • Chef de Projet de Cinq (05) Résidences d’Hôtes – Zéralda – Présidence de la République ……………..1988 / 1990
  • Chef de Projet, Ecole Supérieure des Cadres, Bouzaréah – Présidence de la République ……………..1986 / 1987
  • Directeur de Projets, Hôtel El Mithaq, Centre socioculturel – Riadh El Feth ( le Monument )……… 1983 / 1986

HOTEL BENIS (HASSI MESSAOUD)

  • Surface du terrain : 54 400 m²
  • Surface emprise au so
  • l : 8700 m²
  • Surface plancher : 31 000 m²
  • Hotel : 15 500 m²
  • Villa : 4320 m²
  • Centre conférences : 2450 m²
  • Business center : 8730 m²

240 Logements Tigditt – Mostaganem

Mohamed Larbi MERHOUM

Mohamed Larbi MERHOUM né le 16 janvier 1964 à Alger. Architecte/urbaniste diplômé de l’EPAU en  1987.

  • Passage au BEREG (Bureau d’Etude et de Recherche et d’Engineering Général).
  • En 1993 Il fonda sa propre Agence MLM. 
  • 1995-1998, président du Conseil Local de l’Ordre des Architectes d’Alger (CLOA).
  • 1999 Prix du Président de la République  avec le projet du SIEGE CNEP de Sétif.
  • 2004. Prix National d’Architecture  avec projet du SIEGE SOFINANCE Alger.
  • 2012. Prix National d’Architecture avec un projet IMMEUBLE HISTORIAL Alger.   

LE SIEGE CNEP DE SETIF 1999

HISTORIAL Rue Benmhidi ALGER 2004

 

H HOUSE ALGER 2007

 

BIBLIOTHÈQUE TELEMLY ALGER 2004

Cette bibliothèque de quartier, conçue en 2004 par l’architecte Larbi Merhoum, s’inscrit dans la lignée des édifices qui ont investi la ligne de crête depuis les années 1950.

Ce bâtiment, qui surplombe l’ancien quartier de la Robertseau, s’offre une double échelle : l’une domestique, en rapport avec le quartier pavillonnaire dans lequel il s’insère, et l’autre comme un repère urbain, puisqu’il s’adresse de manière évidente à la ville.

Son programme culturel a été l’occasion pour l’auteur de transcrire sur la façade l’esthétique de l’œuvre picturale de Mondrian.

 

 

 

 

 

 

RESIDENCE BEL HORIZON BOUISMAIL

LYCEE TIARET 

 

Rencontre
Alger #3 : Mohamed-Larbi Marhoum “regarde la ville en architecte”
Alger est l’une des dernières métropoles populaires de la Méditerranée. Balade impressionniste, toute cette semaine,
avec des Algérois qui nous racontent leur ville. Aujourd’hui, la journaliste Ghania Mouffok rencontre l’architecte
Mohamed-Larbi Marhoum.
Quand Mohamed-Larbi Marhoum, l’un des meilleurs architectes algériens, fait l’éloge convaincu et convaincant d’Alger dans sa partie européenne, et que vous lui faites remarquer que c’était quand même une ville coloniale de laquelle étaient exclus les «indigènes » , il balaie le passé et parle d’avenir : «Je regarde cette ville en architecte. Alger a supporté les pieds-noirs, puis les Algériens se la sont appropriée en 1962. Cette ville est destinée à avoir plusieurs vies . » A 45 ans, passant facilement de l’arabe au français ou à
l’algérois, inspiré autant par le pionnier de l’abstraction Piet Mondrian que par le chaâbi, la musique populaire algéroise, Mohamed-Larbi Marhoum lâche de sa voix gouailleuse : «Nous n’avons pas réussi, depuis soixante ans, à faire un jardin, trois rues alignées correctement…»
L’aveu est d’autant plus terrible que la rue sur laquelle nous avançons porte le nom de son oncle maternel, Larbi Ben M’hidi, héros de la bataille d’Alger, assassiné par les paras français. Si l’héritage est lourd, il libère. Marhoum entre à son tour dans l’Histoire comme le premier architecte algérien à poser son empreinte sur cette rue : après des années d’attente et de travaux au ralenti, il vient de mettre la dernière main à l’Historial, un magnifique écrin pour un lieu culturel aux contours encore mal définis, voulu et financé par la ville d’Alger. Ce lieu polyvalent, mi-centre culturel, mi-médiathèque, pourrait être dirigé par l’écrivain Amine Zaoui.
L’ouvrage contemporain, blanc, est glissé comme une évidence dans cette rue historique (l’ex-rue d’Isly du temps de la colonisation), entre deux immeubles haussmanniens. A l’intérieur, tout devient transparent. Economie de murs, baies vitrées qui donnent à voir d’un
côté la rue Larbi Ben M’hidi et de l’autre, depuis la terrasse, les toits d’Alger. Au loin, la mer. « Il était impossible que quelqu’un d’autre que moi bâtisse ici, sur une rue qui porte le nom de mon oncle ! » s’exclame l’architecte, qui s’est longuement interrogé avant de dessiner le bâtiment : « Comment intervenir sur un territoire aussi dessiné ? Comment fabriquer une institution culturelle qui ne soit pas un symbole de pouvoir ? »
Pari réussi. Mais il aura fallu convaincre le maître d’ouvrage, la mairie d’Alger. Refuser de se soumettre aux canons de
l’esthétique d’aujourd’hui, entre kitscherie et pastiche d’un passé fantasmé. Imposer cette simplicité, ces surfaces sans murs, comme une idée de liberté. Plusieurs fois couronné par les pouvoirs publics, Mohamed-Larbi Marhoum exerce depuis près de vingt ans dans le privé ; il s’autorise d’ailleurs une critique radicale de la politique d’urbanisme menée par les gouvernants algériens : «
Il leur manque un projet de société.

Pendant longtemps, on a considéré que l’Algérien était monochrome, ni en haut, ni en bas, ni à gauche, ni à droite. Tout ceci fabrique des politiques urbaines… totalement à côté. Cette cécité a donné des ghettos pour riches à côté des « bombes à retardement » que sont les

grands ensembles de banlieue où « l’on déplace les Algérois de quartiers innommables pour les jeter à soixante kilomètres sans aucun repère. On va en payer le prix, c’est sûr ». Le soir tombe, les rues s’apaisent. Les embouteillages se résorbent, rendant la ville à ses habitants qui prennent l’air au pied de leurs immeubles : « Alger compte 3 millions d’habitants et 2 millions la traversent tous les jours alors qu’elle a été conçue à l’origine pour 500 000 habitants. La ville résiste et continue de fonctionner. Ce qui prouve à quel point elle a du ressort ».
Ghania MOUFFOK
le 16.07.2011
http://www.telerama.fr/monde/alger-3
QUELQUES LIENS
https://www.youtube.com/watch?v=pv2EXlBp2HI
https://www.elwatan.com/pages-hebdo/magazine/mohamed-larbi-merhoum-architecte-architecte-un-metier-de-liberte-07-06-2019
https://www.facebook.com/MLarbi.Merhoum.Architectes/
https://www.youtube.com/watch?v=o3wWJ8XqC3I
https://www.liberte-algerie.com/culture/un-nouveau-regard-sur-larchitecture-317325
https://viesdevilles.net/pvdv/459/larbi-merhoum-quand-l-experimentation-est-permise
http://www.lexpressiondz.com/culture/25-ans-de-med-larbi-merhoum-315908

https://www.cairn.info/revue-la-pensee-de-midi-2001-1-page-45.htm

MERCI à
.M.Md Larbi MERHOUM
Mme Amina Wissem BOUMACHOUK
Toute l’équipe de MLM. 

LUIGI MORETTI WALTER (années 1968-1973)

  • LUIGI MORETTI WALTER Architecte italien
  • (Rome, 22 novembre 1906 – Capraia, 14 juillet 1973)

HLM, Baïnem (wilaya d’Alger), 1976

HLM, Djen Ben Omar (Kouba, wilaya d’Alger)

HLM, El-Mohammadia (ex-Lavigerie) (wilaya d’Alger),1968

CEM (Collège d’enseignement moyen) de Hydra (wilaya d’Alger), vue générale 1969-71

  • HOTEL AURASSI Alger 1938-76
  •  Pierluigi Borlenghi, Lucio Causa, Giovanni Quadarella et l’ingénieur Silvano Zorzi, 1968-1976

D’après la liste des projets d’écoles et CEM réalisés par L.Moretti, figurent deux établissements à Constantine, un à Faubourg Lamy et l’autre à Sidi Mabrouk. Vu son style, je suis tenté par apparenter le Technicum Ali Boushaba (Sidi Mabrouk) à Luigi Moretti . (J’ai passé un cycle de ma scolarité dans ce Technicum entre 1971-1975).

Hôtel du Sahel au Club des Pins, Alger,

SOURCES :

  • http://elconum.huma-num.fr/
  • http://boowiki.info/art/architectes-italiens-du-xxe-siecle/luigi-moretti-architecte.html
  • Nabila Chérif, « Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction », Perspective [En ligne], 2 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7596 ; DOI : 10.4000/perspective.7596
  • Eleonora Carrano, « Luigi Moretti. Opere in Algeria – L’oeuvre Algérienne », Edizioni Prospettive, Rome, 2007

Merci à Mahdi Ouarab.

 

 

l’architecture-marketing sans architectes !

Architecture sans architectes ?

Une entreprise qui semble souvent spontanée,  instinctive, produit de réflexe du vivant qui refuse le destin de la passivité… Cet humain produit son « abri »,  une sorte d’accoutrement « grossier », fait de succédanés de différentes origines, un ersatz que seuls l’imaginaire et l’urgence peuvent réunir dans l’acte de bâtir…

L’architecture vernaculaire ou régionale, possède ce caractère à la différence que l’imaginaire est collectif, alors que l’acte de bâtir se base sur des expériences séculaires. L’architecture vernaculaire correspond à un ordre social et culturel issu des « codes » locaux. Au delà de l’abri fondamental à une existence stable et sécurisée, les hommes forts de leurs expériences, y insèrent le « confort » adéquat pour « habiter » en poètes.

Une chose est sûre. Les auteurs de cette architecture sont nombreux. Ils n’avaient pas fait de  l’esthétique un souci majeur. Oui, l’esthétique ne semble pas  s’inscrire comme une « valeur  » exclusive… »Fonctionnalistes », ces concepteurs/ bâtisseurs étaient pragmatiques, comptables, économes (qui signifiait écolo également) et réalistes tenaient à préserver leur unité avant tout. Resulat ; un ensemble sobre, expressif, cohérent, « respectueux », fonctionnel, organisé…..tout ce qui assemblé, ne peut ne pas s’inscrire dans les canons de la beauté, tant il répond favorablement à un mode de vie bien défini.

Ainsi, l’esthétique est un résultat au bout d’une entreprise correspondant aux attentes d’une communauté qui n’en fait pas une fixation….

A voir certains édifices aujourd’hui, la « précipitation » de l’architecte (surement sous la pression du client et  même des maîtres d’ouvrage public), est manifeste. L’unique souci, la seule préoccupation demeure celle d’un « rendu  » fascinant, impressionnant  et éblouissant…L’esthétique est dans ce qui fait montre de puissance: le monumental, le mondial (ou mondialisé:globalisé), géant, gigantesque, imposant, titanesque, dinosaurien,  colossal…(je multiplie les qualificatifs, pour dire que tout s’opère sur le visible). L’architecture dans cette entreprise se résume à un habillage de circonstance…..Paillettes et strass sont disponibles pour flanquer un zeste d' »événementiel »  à tout édifices pour « affirmer » une  présence parmi tant d’autres qui visent le même enjeu.

Dans ce sens, cette architecture « factice » peut être classée dans la même catégorie: « sans architecte », car l’auteur agissant sous la « pression » ne peut échapper à un modèle « catalogué », répétitif, froid, impertinent,  u-topique et atemporel. Une architecture du marketing.

Le statut « effacé  » de l’auteur correspond à l’anonymat de cette architecture « savante ». On fait peu cas de l’identité et de la signature  de l’architecte….. Une architecture  sans architecte.

L’architecture vernaculaire a ceci  de particulier qu’elle est « quasi-anatomique« . Aussi une architecte , ne se regarde pas elle se côtoie

! elle met tous les sens à contribution dans le jugement….

Loos aurait dit « l’architecte est un maçon qui a appris le l

atin« … C’est tous les apprentissages émanant des savoirs  vernaculaires insérés dans la culture savante….

L’architecture actuelle ne s’encombre pas des hésitations et des moments « dramatiques » accompagnant les phases de gestation et des balbutiements.  ….Ses auteurs ont appris le langage… informatique qui souvent se montre impuissant à libérer l’instinct du poète ou l’irrationalité de l’artiste.

  • Photo 1. Pole Judiciaire Constantine (
  • Photo 2. Centre commercial Sidi Mabrouk Constantine . (12.05.2020 à 15h00)

Abdelouahab Bouchareb, "l’architecture-marketing sans architectes !," Architectures algériennes, 13/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/338.

Louis MIQUEL (Années 50)

Louis-Charles-Victor Miquel est né dans un village du Sud Oranais, Aïn Temouchent (Algérie), le 22 septembre 1913, et décédé à Sète en 1987.  Entré en 1927 à l’école des Beaux-Arts d’Alger, il obtient une bourse pour poursuivre ses études à Paris, où il travaille dans l’atelier de Le Corbusier. De retour à Alger en 1935, il monte les décors du théâtre de l’Equipe, fondé par Camus. Il est également employé au plan régional d’urbanisme de la région algéroise. En 1942, il revient en France

1957/62  Cité HLM Henri-Sellier, Alger (avec Pierre Bourlier et Pierre-André Emery, arch.)

1955 VILLA MINIMA (Ex. Orléansville, ex. El ASNAM , auj Chlef=

1950-1959. Groupe HLM Aéro-habitat, Alger (avec Pierre Bourlier et B. José Ferrer-Laloë, arch.)

1959. Villa Lehalle au Paradou, Alger (avec Pierre-André Emery, arch.)

  • Sources ;
  • Chantiers Nord-Africains.
  • https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_MIQLO

Documents à lire

  • https://drive.google.com/file/d/1v25hqMVlyC0kAxUKO5KuwyM8EUw7AnoU/view?usp=sharing
  • https://drive.google.com/file/d/1RjXVVF0S_KgFt_uBiJKuha1LKu60E_bW/view?usp=sharing
  • https://drive.google.com/file/d/1KdAPxIzV4_E_MFZMW1NXU31bPk59GHHR/view?usp=sharing
Immeuble de logement pour le compte du personnel de l’EGA , Telemly, 1952. (En collaboration avec A-P.Emery).  

SOURCE:  photos. Mahdi OURAB (Mai 2020)

GUSTAVE UMBDENSTOCK ET JEAN-MARIE.

Gustave UMBDENSTOCK , ne le 24 decembre 1866 à Colmar, mort le 16 novembre 1940 à Paris.

« Titulaire du diplôme d’architecte depuis 1893, deuxième second Grand Prix de Rome en 1896 et, l’année suivante, associé à Marcel Auburtin, premier prix du concours pour le Palais des Armées de terre et de mer de l’Exposition internationale de 1900, il exerçait aussi ses talents de pédagogue à l’École des beaux-arts de Paris où il était le « patron », comme cela se disait jusqu’en 1968, d’un atelier libre fondé en 1906 ou 1909. »

« Le Corbusier lui éleva, à son corps défendant sans doute, un autre monument, de papier celui-là, l’admonestant, mais publiant de nombreuses photographies de ses œuvres et le citant longuement, dans Croisade ou le crépuscule des académies, un petit ouvrage, presqu’une plaquette, écrite en 1933 au plus fort d’une polémique qui opposait les camps de la tradition et de la modernité et, en particulier, les adhérents des Congrès internationaux d’architecture moderne, ceux que le critique d’art Camille Mauclair dénonçait dans les pages du Figaro 4, d’un côté, à gauche accusait-on, ce qui n’était qu’à moitié vrai, et, de l’autre, à droite donc, ce qui paraît vraisemblable, les membres de l’Association des architectes anciens combattants dont le professeur de Polytechnique était alors le président d’honneur. Car Umbdenstock fut l’un des acteurs les plus actifs du débat architectural de l’entre-deux-guerres. Défenseur de la tradition académique mais surtout du régionalisme, cette doctrine qui affirmait que l’architecture contemporaine ne réussirait son intégration dans les paysages de France qu’en imitant les styles des bâtisses campagnardes, des styles qui se différencieraient selon les régions, il escalada quelques tribunes partisanes, fit paraître des articles dans Art national, la revue de l’Aaac, et publia à compte d’auteur une plaquette qui dénonçait les fauteurs de chômage, ces architectes du Mouvement moderne, qui avaient renoncé à la pierre taillée et moulurée, au décor sculpté, à la fresque, à tout ce qui faisait vivre les métiers d’art et les artisans du bâtiment 5. En fait les déclarations du polémiste reposaient sur des convictions profondes et des idées et valeurs architecturales qui, pendant plus de trente-cinq ans, furent enseignées rue Descartes. »

Lire la suite de l’article :

Jean-Claude Vigato«  Gustave Umbdenstock, professeur  d’architecture », Bulletin de la Sabix [Online], 16 | 1996, Online since 22 February 2012, connection on 06 May 2020URL: ttp://journals.openedition.org/sabix/804

 

  

BANQUE D’ALGERIE A SKIKDA 

BANQUE D’ALGERIE A ORAN (Bd Clemenceau) 1931/32

BANQUE D’ALGERIE ALGER

Façade principale.

SES COURS à l’Ecole Polytechnique (+ de 1000 pages)

Les Objectifs de son cours

« exposer et prouver les lois de la composition artistique communes à la peinture, la sculpture, l’architecture », puis d’« appliquer ensuite ces lois à l’architectonique, en dégager une conception philosophique indiquant la voie d’une architecture nationale française ».

  • Autre source sur les cours de Gustave Umbdenstock 

Les cours d’architecture de Gustave Umbdenstock dans le premier tiers du XXe siècle : formes orales et documents imprimés

  • Autres sources : 
  • Interview de G.Umbdenstock  in Chantiers Nord-Africains 07/1931. pp.772-773.

(On peut lire ceci :

 Aujourd’ui : le carton, non: le papier, le percé, le monde inorganique, l’invertébré.

 « On a oublié que tout est calibré, rythmé, admirablement concerté dans la nature et qu’on ne fait une œuvre d’art qu’en s’inspirant directement de la nature. Mais non, aujourd’hui, on l’interprète. Je vous demande un peu : ils interprètent la nature. Ce serait à mourir de rire, si cela ne donnait envie d’en pleurer…

Trois secondes de silence, vite :

— Mais alors l’architecte…

—• …Il doit être le chef, il doit rester un artiste et conserver toute son indépendance.

En me reconduisant, M. Umbdenstock ajoute, sur le palier :

— Notez encore — et attribuez à ceci une portée absolument générale — sans noblesse, il n’y a pas de métier… »