Archives par mot-clé : architecture algérienne

ARCHITECTES ET IMMEUBLES D’ALGER DU DEBUT DU XX eme S

CE QUI SUIT EST UN ARTICLE INTERESSANT, ÉCRIT DANS LA 2EME PARTIE DU XX E, QUI PERMET DE CONNAITRE QUELQUES NOMS D’ARCHITECTES DES IMMEUBLES D’ALGER. NOUS AVONS PRECISÉ, POUR NOS AMIS QUI NE CONNAITRAIENT PAS ALGER, LES NOMS DES RUES REPABTISÉES APRÈS L’INDÉPENDANCE.
“Hennebique, une entreprise qui connaissait une période florissante en métropole et notamment à Paris va venir s’installer à Alger. Elle diffusera même une revue sur un procédé nouveau de construction, le « béton armé ». Comme en métropole, beaucoup d‘architectes locaux seront conquis par cette nouveauté et notamment Petit et Garnier qui construiront en 1921 les grands magasins du Bon Marché, rue d’Isly, inaugurés en 1923.
D’autre part, les architectes associés Régnier et Guion seront les auteurs des immeubles Lafont au boulevard Saint-Saëns, (Mohamed V actuellement) du grand garage Vinson rue Sadi-Carnot (Hassiba Ben Bouali de nos jours). Puis avec l’architecte Lugan, Hennebique construira l’hôtel d’Angleterre et les immeubles des rues Denfert-Rochereau (khelifa Boukhalfa) et Clauze( Reda Houhou), ceux des boulevards Victor-Hugo et Edgar-Quinet où l’architecte élaborera un habitat original sur cour. A citer aussi la fameuse Cité Bobillot à Mustapha construite en 1926 réservée aux cadres moyens, et qui annonçait les futurs HLM.
Et pourtant le « style Jonnart » ou « néo-mauresque » conservera ses adeptes. C’est ainsi qu’en 1925, M. Titre, architecte de la commune d’El-Biar, adoptera ce style pour la mairie Dix ans plus tard son confrère Charles Henri Montaland complètera l‘ensemble néo-mauresque de la place du village avec la poste et l’école maternelle qu’il construira avec l’entreprise Vidal.
D’autre part ceux qui ont connu ce charmant village (El Biar) des « hauts d’Alger » se souviendront sûrement du fameux « balcon Saint-Raphaël » magnifique belvédère sur la baie d’Alger.
Barthélémy Sébastien Vidal et ancien collaborateur de Sir Bucknall qui venait de lui léguer ses archives, pour bâtir nombre de villas de style, dont la villa Lefevre-Laurens sur le site du balcon dont certains se souviendront.
Le fils de Sébastien, Barthélémy-Vincent Vidal poursuivra l’œuvre familiale de l’entreprise en bâtissant en ville un grand nombre d’immeubles collectifs rue Michelet (Didouche Mourad) et autres artères, ainsi que la gendarmerie du boulevard de Verdun au dessus de la Casbah. La commémoration du « Centenaire » approchait et la municipalité s’y préparait activement. Un timbre commémoratif, rappelant la présence du Président à Alger, était même diffusé.
En 1928 il était urgent de faire édifier le monument aux morts et disparus de la Grande Guerre. Le site du square Laferrière (Khemisti) fut retenu sur les lieux et place des anciens remparts et fossés.
Le monument sera l’œuvre des sculpteurs Landowski et Bigonnet et autres artistes auxiliaires. Il sera implanté au milieu de jolis jardins avec une magnifique horloge florale d’un diamètre de 5 m.
Par ailleurs, il était toujours question de construire un « Palais du Gouvernement » (futur Gouvernement général). La municipalité confiait le projet a l’architecte Jacques Guiauchain assisté de son confrère Rotival. Ces derniers s’attacheront en 1930 le concours de l’entreprise des frères Perret spécialistes en béton armé. Cette entreprise s’était déjà fait un nom tant en métropole qu’en Algérie et au Maroc .
Cet énorme bâtiment cœur administratif de la ville et du pays sera situé en haut du boulevard Laferrière(Khemisti), anciens fossés et remparts transformés en jardins, esplanades et escaliers où se trouvait d’ailleurs le monument aux morts. L’édifice de style «Perret, », implanté en terrain pentu, recevra 4500 m2 de bureaux et salles diverses sur treize étages d’un côté et huit de l’autre.
Vingt-huit ans plus tard dans la phase finale de l’Algérie française, ce sera du balcon monumental dominant la vaste esplanade du Forum noire de monde que De Gaulle achèvera son coup d’Etat sur la France en lançant le 4 juin 1958 son fameux « Je vous ai compris » . Cet énorme bâtiment deviendra le G. G, c’est-à-dire le « Gouvernement général » dans le langage courant des Algérois. Sa réalisation demandera au long des années le concours de nombreux architectes comme MM. Luyckx et Forestier et bien d’autres.
Donc installés à Alger, les frères Perret se verront aussi confier avec l’architecte Guiauchain les constructions de la Maison de l’agriculture, le Yacht-Club, le collège du Champ-de-Manœuvres ainsi que certains pavillons des hôpitaux Mustapha et El-Kettar. En ces années 1928-1929, sur le boulevard Carnot en front de mer, les architectes Auguste Bluysen et Joachim Richard se verront confier la construction du Casino d Alger jouxtant la préfecture ( actuelle APN) avec l’Hôtel Aletti. Avec le recul du temps on constate qu’une seule décade devait séparer la célébration du Centenaire du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Or, en cette époque des années trente, personne ne pouvait encore prévoir le prochain conflit. Charles Brunel, maire d’Alger, confiait l’étude du « Plan régional » de la ville aux architectes-urbanistes Maurice Rotival, Henri Prost, puis René Danger sur une base photographique de la Compagnie aérienne française. Ce vaste plan d’urbanisme avait pour objectif de créer les liaisons du centre ville avec la périphérie le Port et les communes suburbaines, ainsi que les grandes voies allant vers l’est et l’ouest en prolongeant le front de mer. Vers l’est pour desservir Hussein-Dey, Maison Carrée, Fort de l’Eau, Aïn-Taya, etc., puis vers l’ouest, tout en gagnant sur la mer par des remblais au bas des quartiers de Bab-el Oued et ceux de La Consolation, aménager les cimetières et les quartiers de Saint-Eugène (Bologuine), puis poursuivre en corniche jusqu’au village côtier et le port de Guyotville Ain Benian).
A partir de 1931 après la cession de terrains militaires, le Champ-de-Manœuvres (1r mai) va se transformer. Les architectes Jean Bevia et Xavier Salvador seront chargés de plus de 2000 logements sociaux. Leur confrère Léon Claro recevra commande d’un Foyer Civique et d’un groupe scolaire.
– Un peu plus haut vers le quartier de Mustapha, l’architecte François Bienvenu réussira avec succès un habitat « indigène » adapté au mode de vie de la communauté musulmane.
– Quant au recasement de la population du quartier vétuste de La Marine en cours de démolition pour être remembré, il sera effectif entre 1932 et 1935 avec la réalisation du groupe de logements sociaux H.B.M de Malakoff à Bab-el-Oued, œuvre de l’architecte Bienvenu. Ce dernier réalisera aussi la caserne des « gardes mobiles » au quartier des Tagarins, y compris les logements des familles de ces fonctionnaires.
– Au nouveau centre-ville les fossés et remparts venant d’être déclassés et cèdés à la ville en 1935, les travaux du boulevard Laferrière (Khemisti) en escaliers jardins et esplanades deviendront un chantier permanent jusqu’a l’espace du Forum qui deviendra célèbre vingt-sept ans plus tard. Ces travaux étaient placé sous la direction des architectes Jacques Guiauchain et Maurice Rotival.
– Ces années 1935-1940 verront un grand effort vers les grands besoins en constructions hospitalières. Des architectes comme Guiauchain et Xavier Salvador vont devenir de grands spécialistes de ces équipements. Le premier réalisera le pavillon des tuberculeux de l’hôpital de Mustapha celui des contagieux à l’hôpital d’El-Kettar, puis la pouponnière de l’assistance publique à Mustapha supérieur, et le second désigné comme conseiller de la santé publique réalisera de nombreux bâtiments d’extension au sein de ces hôpitaux, ainsi que le préventorium du Cap Matifou, l’Institut des sourds-muets et la clinique infantile de l’hôpital de Mustapha. Cet hôpital civil était devenu une véritable ville dans la ville, avant de devenir hôpital universitaire”.
Cet article a été publié sur la page FB du groupe HISTOIRE ET PATRIMOINE DE L’ALGERIE  https://www.facebook.com/groups/HistoirePatrimoineAlgerie/about.
Avec l’aimable autorisation de Farid GHILI.

CONCOURS: PROJET URBAIN A MHAFFER ANNABA. proposition de MLM /STUDIO-A. ,

LE COURS EL ALI.
UN PROJET URBAIN A MHAFFER ANNABA:
UNE ALTERNATIVE A L’AGRESSION PROGRAMMÉE DE LA VIEILLE VILLE..
Y A T IL UNE ALGERIE APRÈS TLIBA??
Il y a quelques années, un concours d’idées ambitieux avait été lancé par la wilaya de Annaba.. Il s’agissait , après l’opération douloureuse- heureuse de de logement – relogement des ” indus- occupants ” de la colline de Mhaffer , qui a coûté la vie à une femme et deux mômes, de réfléchir sur un projet urbain à la mesure des ambitions métropolitaines de Annaba..
Surtout pas un vulgaire projet de promotion immobilière ” avait insisté le wali de l’époque le jour de la présentation publique des projets..
Nous avions avec STUDIO -A réfléchi sur un projet urbain qui réservait la part belle aux espaces publics, aux jardins, aux activités économiques a destination des jeunes entrepreneurs, aux artisans,  aux équipements structurants et équipements de proximité qui font défaut à la ville..
Le projet proposait ,entre autres, un centre commercial et un hyper marché ,enfouis dans la pente du terrain, véritable machine a cash ,qui assurait indéniablement la viabilité économique du projet.
LE COURS EL ALI : une place publique dominant le paysage de Annaba, articulant la partie basse et la partie haute de la ville était le cœur même du projet..
La polémique actuelle autour de l’indésirable centre commercial situé dans le périmètre protégé de la vieille ville est peut-être une occasion de revisiter le projet que nous avions proposé …
Il y a quelques années, le projet avait échu , tout naturellement, à Tliba et sa redoutable machine à prédation..
Le ” Surtout pas un vulgaire projet de promotion immobilière ” est plus que jamais à l’ordre du jour.

Med Larbi MERHOUM                                                                                                                                        20.07.21

Le texte et les diapos ont été repris, avec autorisation de M.Larbi Merhoum à partir  de sa page facebook  (https://www.facebook.com/profile.php?id=100006902148733)

ARCHITECTURE KSOURIENNE. TIOUT

TIOUT 

Commune de la wilaya de Naâma en Algérie.  Elle se situe à une altitide de 1000 m dans les monts des Ksour (Atlas Saharien) à l’est de Aïn Sefra.

source  photos : الجمعية الوطنية لتنمية السياحة القصورية والواحات

Sources bibliographiques

AIT SAADI H., REMINI B., FARHI A. LE KSAR DE TIOUT (ALGERIE) : LA MAITRISE DE LA GESTION DE L’EAU ET DE LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT. Larhyss Journal, n°24, Décembre 2015, pp. 243-261 

https://www.facebook.com/tiouttour/

https://aip.scitation.org/doi/abs/10.1063/1.4959383?journalCode=apc                                   Abdelkader HadidiBoualem ReminiMohamed HabiDjamel Saba, and Milloud Benmedjaed    The oasis of Tiout in the southwest of Algeria: Water resources and sustainable development  AIP Conference Proceedings 1758, 020007 (2016). DOI https://doi.org/10.1063/1.4959383

VERNISSAGE . 25 ans et des poussières….

VERNISSAGE.
“25 ans et des poussières”…
Un quart de siècle, l’équivalent d’une génération, alternance de succès et d’insuccès, de plaisir et de déception…
Mais 25 ans d’exercice d’un métier d’art et de technique qui sème la joie, mais qui peut aussi procurer des désillusions à l’auteur…
Il faut trouver quelqu’un pour faire le récit d’un parcours qui se poursuit…
MLM (Med Larbi Merhoum) viendra le 18 et 19 janvier 2021, exposer son parcours dans les dédales de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme (Université Salah Boubnider Constantine 3).
Cet architecte, véritable mécène du XXIe S., saura parler à une génération d’un métier qui doit être renouvelé sinon réinventé.
A Constantine, le plaisir sera double: au delà de sa présence emblématique, MLM allumera énième une bougie dans son parcours de vie.
Chanceux les constantinois, car cette bougie apportera plus de clarté et de convivialité…..

ML MERHOUM: Centre de formation et de recyclage des personnels des   collectivités locales des collectivités locales.

Centre de formation et de recyclage des personnels des   collectivités locales des collectivités locales.
Le projet s’ installe tout doucement dans sa nouvelle topographie..il prend possession du lieu imaginaire que je m’ étais dessiné,inventant une poésie à un POS mortifère et sans âme.
Sans l’ abnégation de mon jeune et talentueux collaborateur M.Khalfi ,qui vient de perdre son père, j’ en serais encore à pleurer une générosité perdue dans les méandres de l’Algérie nouvelle.
Forza Setifienne.
ML. MERHOUM (le 23.11.2020)
(reprise de son mur FB)
Photos, Crédits. MLMerhoum et M.Khalfa.

L’ARCHITECTURE ALGERIENNE EXISTE, ELLE DOIT ETRE REINVENTEE

C’est une des questions qui taraudent les architectes algériens (en tout cas un bon nombre). Certains font des efforts louables pour l’inventer.  Car cela relève de leur existence en tant que cadres incarnant les “démiurges”, dont la mission est de mettre en place un environnement architectural familier, authentique et aussi performant à hauteur de la richesse des architectures vernaculaires.

Comment la faire exister? l’inventer ?

La loi de 1994 est est restée dans le flou “philosophique”. Si l’art de bâtir se nourrit des connaissances et d'”un savoir-faire“, l’architecture est “l’émanation et la traduction d’une culture“.  Si nous considérons que la culture “comme tout ce qui , dans le milieu est dû à l’homme” (M.J. Herskovits, l’anthropologie culturelle), il est suggéré  que l’architecture est un fait de culture, elle est sensée reproduire le fond culturel  local.

Qu’y a-t-il comme efforts ou travaux qui ont tenté de dépasser cet hiatus?  Rares…  Et pourtant cette architecture algérienne doit être inventée. Personnellement, et d’après mes connaissances, je cite dans cette catégorie:

  1. Le néo-mauresque initié par Jonnart (Gouverneur de l’Algérie en 1900) . Il est certainement caricatural, “faux”, mimétique et ” vicieux”. Il reconduisait des poncifs de l’orientalisme déjà éprouvés en orient. Le Maghreb (maure) est différent de l’orient, par son histoire propre,  sa proximité à Rome antique , à la Grèce antique  et à l’Andalousie (médiévale). Le lancement du néo-mauresque a été précédé d’un “engouement” artistique envers la vie sociale algérienne et domestique intime. Ce dévoilement avait mis a nu les rapports intimes des maghrébins à l’art de bâtir, aux matériaux, aux  couleurs  et à l’artisanat (Delacroix). Les artistes  peintres avaient excellé dans la reproduction des détails architecturaux et architectoniques. C’est comme s’ils préparaient le catalogue “stylistique” des éléments à faire figurer partout.  Quelques “clins d’oeil” ont été savamment incrustés dans le style classique avant 1900. Puis, des études savantes ont été effectuées  sur le style mauresque brut par les frères Marçais (Willian et Georges), sans oublier les travaux de Dutoit vers la fin du XIXe S.  Enfin la “décision” politique, incarnée par Jonnart a été incontournable.
  2. Les travaux de Simounet pour le CIAM 9 de 1953 restent quand même une expérience riche en enseignements dans l’approche de l’habitat. En fait, tout ce que l’homme réalise pour vivre (ou survivre) doit constituer une référence incontournable, avec ses malfaçons, ses maladresses et ses aberrations.  Simounet avait “retracé” (dans les détails) cet espace produit juste pour montrer que l’architecture  réside essentiellement dans l'”habiter”, en tant que rapports intimes de l’homme à l’espace. Faut-il rappeler que ces travaux avaient favorisé la naissance de l’Institut d’Urbanisme d’Alger (sous la houlette de Maisonseul). Là aussi, les études de détails, de l’intimité des rapports de l’homme à son habitat, à sa production “spontanée” (bidonvilles) ,  même pleine de “maladresses” , demeurent chez les “visionnaires” un génie populaire inestimable à exploiter. Cette innovation avait rencontré d’une volonté “politique” pour réaliser des objectifs en  permettant aux “novateurs” d’accéder à des commandes publiques .
  3. Justement, ce génie populaire  a été bien identifié par  Ravereau et Pouillon entre autres . Pour le second, il a nourri de  véritables inclinations aux  détails des “architectures vernaculaires”, qu’il avait magnifiquement réinterprétés dans ses œuvres pour l’Algérie indépendante. Il ne faut oublier aussi cet adossement à une “autorité” politique qui l’avait vraiment  priorisé dans des commandes du secteur touristique. Mais le résultat aussi probant  laisse apparaitre cette passion et ce génie de l’architecte pour le vernaculaire, dépourvu des poncifs et des clichés orientalisant.  Aujourd’hui, l’homme et ses œuvres font l’objet de thèses…  il inspire aussi des jeunes architectes à oser réinterpréter ce vernaculaire et produire aussi quelques lectures originales susceptibles de cultiver quelques orientations pour “adopter” un style national (néanmoins sans appui politique franc.).

Rapidement, nous pouvons conclure qu’une architecture algérienne ne peut se “concrétiser” sans:

  1. Une volonté politique franche, claire et motivée.
  2. Des recherches savantes sur les architectures vernaculaires, regroupant tous les corps de métiers, universitaires, sociologues, artistes, architectes, urbanistes, paysagistes, historiens, critiques d’art….
  3. Des “essais” suivis et évalués rigoureusement  dans des commandes publiques.
Abdelouahab Bouchareb, "L’ARCHITECTURE ALGERIENNE EXISTE, ELLE DOIT ETRE REINVENTEE," Architectures algériennes, 21/11/2020, https://archialg.hypotheses.org/739.