Archives par mot-clé : façadisme

l’architecture-marketing sans architectes !

Architecture sans architectes ?

Une entreprise qui semble souvent spontanée,  instinctive, produit de réflexe du vivant qui refuse le destin de la passivité… Cet humain produit son « abri »,  une sorte d’accoutrement « grossier », fait de succédanés de différentes origines, un ersatz que seuls l’imaginaire et l’urgence peuvent réunir dans l’acte de bâtir…

L’architecture vernaculaire ou régionale, possède ce caractère à la différence que l’imaginaire est collectif, alors que l’acte de bâtir se base sur des expériences séculaires. L’architecture vernaculaire correspond à un ordre social et culturel issu des « codes » locaux. Au delà de l’abri fondamental à une existence stable et sécurisée, les hommes forts de leurs expériences, y insèrent le « confort » adéquat pour « habiter » en poètes.

Une chose est sûre. Les auteurs de cette architecture sont nombreux. Ils n’avaient pas fait de  l’esthétique un souci majeur. Oui, l’esthétique ne semble pas  s’inscrire comme une « valeur  » exclusive… »Fonctionnalistes », ces concepteurs/ bâtisseurs étaient pragmatiques, comptables, économes (qui signifiait écolo également) et réalistes tenaient à préserver leur unité avant tout. Resulat ; un ensemble sobre, expressif, cohérent, « respectueux », fonctionnel, organisé…..tout ce qui assemblé, ne peut ne pas s’inscrire dans les canons de la beauté, tant il répond favorablement à un mode de vie bien défini.

Ainsi, l’esthétique est un résultat au bout d’une entreprise correspondant aux attentes d’une communauté qui n’en fait pas une fixation….

A voir certains édifices aujourd’hui, la « précipitation » de l’architecte (surement sous la pression du client et  même des maîtres d’ouvrage public), est manifeste. L’unique souci, la seule préoccupation demeure celle d’un « rendu  » fascinant, impressionnant  et éblouissant…L’esthétique est dans ce qui fait montre de puissance: le monumental, le mondial (ou mondialisé:globalisé), géant, gigantesque, imposant, titanesque, dinosaurien,  colossal…(je multiplie les qualificatifs, pour dire que tout s’opère sur le visible). L’architecture dans cette entreprise se résume à un habillage de circonstance…..Paillettes et strass sont disponibles pour flanquer un zeste d' »événementiel »  à tout édifices pour « affirmer » une  présence parmi tant d’autres qui visent le même enjeu.

Dans ce sens, cette architecture « factice » peut être classée dans la même catégorie: « sans architecte », car l’auteur agissant sous la « pression » ne peut échapper à un modèle « catalogué », répétitif, froid, impertinent,  u-topique et atemporel. Une architecture du marketing.

Le statut « effacé  » de l’auteur correspond à l’anonymat de cette architecture « savante ». On fait peu cas de l’identité et de la signature  de l’architecte….. Une architecture  sans architecte.

L’architecture vernaculaire a ceci  de particulier qu’elle est « quasi-anatomique« . Aussi une architecte , ne se regarde pas elle se côtoie

! elle met tous les sens à contribution dans le jugement….

Loos aurait dit « l’architecte est un maçon qui a appris le l

atin« … C’est tous les apprentissages émanant des savoirs  vernaculaires insérés dans la culture savante….

L’architecture actuelle ne s’encombre pas des hésitations et des moments « dramatiques » accompagnant les phases de gestation et des balbutiements.  ….Ses auteurs ont appris le langage… informatique qui souvent se montre impuissant à libérer l’instinct du poète ou l’irrationalité de l’artiste.

  • Photo 1. Pole Judiciaire Constantine (
  • Photo 2. Centre commercial Sidi Mabrouk Constantine . (12.05.2020 à 15h00)

Abdelouahab Bouchareb, "l’architecture-marketing sans architectes !," Architectures algériennes, 13/05/2020, https://archialg.hypotheses.org/338.